L’accord du participe passé suivi d’un infinitif

accord du participe passe infinitif

L’accord du participe passé suivi d’un infinitif


Lorsque le COD subit l’action exprimée par l’infinitif : pas d’accord. 

En d’autres termes, quand le COD (complément d’objet direct, repris par que dans les exemples ci-dessous) qui précède le verbe à l’infinitif dans la phrase, subit l’action exprimée par cet infinitif, il ne faut pas accorder le participe passé.

Pourquoi ? Le COD est en fait le COD de l’infinitif, pas du participe passé.

Exemples

Des légendes qu‘il a écouté conter.

-> Ce ne sont pas les légendes qui content. Elle sont contées.

Les valets que tu as envoyé chercher.

-> Ce ne sont pas les valets qui envoient chercher. Ils ont été cherchés.

Les pièces que j’ai regardé jouer.

-> Ce ne sont pas les pièces qui jouent. Elle sont jouées.

 

Lorsque le COD fait l’action exprimée par l’infinitif : accord.

En d’autres termes, quand le COD (complément d’objet direct, repris par que dans les exemples ci-dessous) qui précède le verbe à l’infinitif dans la phrase, effectue l’action exprimée par cet infinitif, il faut accorder le participe passé.

Le COD se rapporte donc au participe passé : il y a accord.

Exemples

Les personnes que nous avons vues courir autour du lac.

La maison que j’ai regardée brûler appartenait au maire.

Les ustensiles que vous avez vus tomber sur le sol.

 

Astuce 1 : on peut essayer de déplacer le COD entre le participe passé et le verbe à l’infinitif. Si la phrase a toujours du sens, alors il faut accorder.

On peut aussi ajouter « en train de » entre le participe passé et l’infinitif. Si la phrase a toujours du sens, alors il faut accorder.

Exemples :

Des légendes qu’il a écouté conter.

-> Il a écouté des légendes conter.

–> La phrase n’a pas de sens. Il ne faut pas accorder.

Les personnes que nous avons vues courir autour du lac.

-> Les personnes que nous avons vu en train de courir autour du lac.

–> La phrase reste correcte. Il faut accorder.

 

Astuce 2 : si l’infinitif est suivi de « par», alors le participe passé reste invariable.

Exemples :

Les maisons que nous avons regardé construire par les maçons.

Les légumes que j’ai vu vendre par les marchands.

 

L’accord du participe passé suivi d’un infinitif : les exceptions 

1. Le participe du verbe « faire » ou « se faire » est toujours invariable, même lorsqu’il est suivi d’un infinitif et précédé d’un COD. En fait, le verbe « faire » n’est pas autonome : il ne porte pas le sens à lui seul. Le Grevisse donne ces exemples :

Je les ai fait combattre, et voilà qu’ils sont morts !

Hugo, Hernani, III, 4.

La secrétaire que j’ai fait entrer dans cette société, que j’ai fait engager.

Les fruits que j’ai fait macérer dans l’alcool.

 

2. Les infinitifs qui suivent les participes passés du verbe « laisser » peuvent fonctionner sur la même règle que « faire » depuis la réforme de 1990. Mais cette règle fait l’objet d’un débat

Exemples :

Les jambons que nous avons laissé sécher.

La mauvaise humeur qu’il a laissé voir. (Grevisse)

 

Le participe passé des verbes d’opinion (croire, penser, espérer, estimer, prétendre, supposer, etc. ) ou de déclaration (dire, affirmer, raconter, témoigner, promettre, etc.) suivi d’un infinitif est invariable

Exemples :

Ces lettres que m’avez dit être de madame d’Ange

Dumas fils, Demi-monde, III, 12, cité par le Grevisse

 

Une petite coupe de porcelaine, vieille et qu’on eût cru venir d’un Orient plus lointain 

Gide, Incidences, cité par le Grevisse

 

Une éducation que j’ai su depuis avoir été brillante

Bourget, Drames de famille, cité par le Grevisse

Adrian

Étudiant et passionné par les sciences humaines. N'hésitez pas à me contacter :)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *