Les 126 plus beaux poèmes de la langue française

Photo de Brandi Redd

Les 126 plus beaux poèmes de la langue française


Cette liste reprend en partie l’anthologie établie par Jean Orizet.

Contrairement à l’ouvrage de Georges Pompidou, celle-ci a le mérite d’être plus courte. Elle va à l’essentiel. 

Pour vous procurer cet ouvrage, cliquez ici.

Les textes présentés ne sont pas tous des poèmes. Certains sont des fables, des chansons ou des extraits de pièce de théâtre dont la beauté les a érigés en véritables modèles stylistiques.

Votre poème préféré pourrait manquer. Catastrophe ! Cette liste est bien sûr subjective. N’hésitez pas, alors, à signaler une absence scandaleuse dans les commentaires !

 

Poèmes français du Moyen Âge


Codex Manesse | Wikimedia Commons

Poème de Marie de France

Ni vous sans moi, ni moi sans vous

« Belle amie ainsi est de nous
Ni vous sans moi, ni moi sans vous. »

Lire la suite

 

Poèmes de Rutebeuf

De la Griesche d’Yver

Contre le tenz qu’aubres def­fuelle,
Qu’il ne remaint en branche fuelle
Qui n’aut a terre,
Por povre­tei qui moi aterre,

Lire la suite

 

La complainte

Li mal ne sevent seul venir :
Tout ce m’estoit à avenir
S’est avenu.

Lire la suite

 

Poèmes de Charles d’Orléans

Rondeaux

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s’est vêtu de broderie,
De soleil luisant, clair et beau.

Lire la suite

 

Poèmes François Villon

Ballade des dames du temps jadis

Mais ou sont les neiges d’antan ?

Lire le poème

 

Ballade des pendus

Frères humains, qui après nous vivez,
N’ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.

Lire la suite

 

Poèmes français de la Renaissance


Portrait d’un poète, Palma Vecchio, 1516 | Wikimedia Commons

Poèmes de Clément Marot

Plus ne suis que j’ai été

Plus ne suis ce que j’ai été,
Et plus ne saurais jamais l’être :
Mon beau printemps et mon été
Ont fait le saut par la fenêtre.

Lire la suite

 

De sa grande amie

Dedans Paris, ville jolie,
Un jour, passant mélancolie,
Je pris alliance nouvelle
A la plus gaie demoiselle
Qui soit d’ici en Italie.

Lire la suite

 

Dizain de neige

Anne, par jeu, me jeta de la neige,
Que je cuidais froide certainement;
Mais c’était feu; l’expérience en ai-je,
Car embrasé je fus soudainement.

Lire la suite

 

Petite épître au roi

En m’esbatant je faiz Rondeaux en rime,
Et en rimant bien souvent je m’enrime:
Brief, c’est pitié d’entre nous Rimailleurs,
Car vous trouvez assez de rime ailleurs,

Lire la suite

 

Poèmes de Joachim du Bellay

« Heureux qui, comme Ulysse… »

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !

Lire la suite

 

France, mère des arts, des armes et des lois

France, mère des arts, des armes et des lois,
Tu m’as nourri longtemps du lait de ta mamelle :
Ores, comme un agneau qui sa nourrice appelle,
Je remplis de ton nom les antres et les bois.

Lire la suite

 

Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome

Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome
Et rien de Rome en Rome n’aperçois,
Ces vieux palais, ces vieux arcs que tu vois,
Et ces vieux murs, c’est ce que Rome on nomme.

Lire la suite

 

À Vénus

Ayant après long désir
Pris de ma douce ennemie
Quelques arrhes du plaisir,
Que sa rigueur me dénie,

Lire la suite

 

Poèmes de Pierre de Ronsard

Mignonne, allons voir si la rose…

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu cette vêprée

Lire la suite

 

Quand vous serez bien vieille…

Quand vous serez bien vieille, au soir à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz chantant mes vers, en vous émerveillant :
« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle. »

Lire la suite

 

Poème de Louise Labé

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J’ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m’est et trop molle et trop dure.
J’ai grands ennuis entremêlés de joie.

Lire la suite

 

Poèmes de François de Malherbe

Consolation à Monsieur du Périer sur la mort de sa fille

Ta douleur, Du Périer, sera donc éternelle,
               Et les tristes discours
Que te met en l’esprit l’amitié paternelle
               L’augmenteront toujours !

Lire la suite

 

Dessein de quitter une dame qui ne le contentait que de promesse

Beauté, mon beau souci, de qui l’âme incertaine
A, comme l’océan, son flux et son reflux,
Pensez de vous résoudre à soulager ma peine,
Ou je me vais résoudre à ne la souffrir plus.

Lire la suite

 

Poèmes français du XVIIe siècle


Portrait de Jean Racine | Wikimedia Commons

Théâtre de Pierre Corneille

Stances à la Marquise

Marquise, si mon visage
À quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu’à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Lire la suite

 

Les imprécations de Camille

Rome, l’unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d’immoler mon amant !
Rome qui t’a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu’elle t’honore !

Lire la suite

 

Récit de Rodrigue

Sous moi donc cette troupe s’avance,
Et porte sur le front une mâle assurance.
Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port,

Lire la suite

 

Stances du Cid

Percé jusques au fond du cœur
D’une atteinte imprévue aussi bien que mortelle,
Misérable vengeur d’une juste querelle,
Et malheureux objet d’une injuste rigueur,
Je demeure immobile, et mon âme abattue
Cède au coup qui me tue.
Si près de voir mon feu récompensé,
Ô Dieu, l’étrange peine !
En cet affront mon père est l’offensé,
Et l’offenseur le père de Chimène !

Lire la suite

 

Fables de Jean de la Fontaine

La cigale et la fourmi

La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :

Lire la suite

 

Le corbeau et le renard

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :

Lire la suite

 

Le lièvre et la tortue

Rien ne sert de courir ; il faut partir à point.
Le lièvre et la tortue en sont un témoignage.
Gageons, dit celle-ci, que vous n’atteindrez point
Sitôt que moi ce but. – Sitôt ? Etes-vous sage ?

Lire la suite

 

Poèmes de Nicolas Boileau

Amitié fidèle

Iris, tu fus alors moins à plaindre que moi : 
Et, bien qu’un triste solrt t’ait fait perdre la vie, 
Hélas ! en te perdant j’ai perdu plus que toi.

Lire le poème

 

Les embarras de Paris

Qui frappe l’air, bon Dieu ! de ces lugubres cris ? 
Est-ce donc pour veiller qu’on se couche à Paris ? 

Lire la suite

 

Théâtre de Jean Racine

Le récit Théramène

À peine nous sortions des portes de Trézène,
Il était sur son char. Ses gardes affligés
Imitaient son silence, autour de lui rangés ;
Il suivait tout pensif le chemin de Mycènes ;

Lire la suite

 

Le songe d’Athalie

C’était pendant l’horreur d’une profonde nuit.
Ma mère Jézabel devant moi s’est montrée,
Comme au jour de sa mort pompeusement parée.
Ses malheurs n’avaient point abattu sa fierté ;

Lire la suite

 

Poèmes français du XVIIIe siècle


Poèmes de Voltaire

À Madame du Châtelet

Si vous voulez que j’aime encore,
Rendez-moi l’âge des amours ;
Au crépuscule de mes jours
Rejoignez, s’il se peut, l’aurore.

Lire la suite

 

Épigramme – Sur Fréron

L’autre jour, au fond d’un vallon,
Un serpent piqua Jean Fréron ; 
Que pensez-vous qu’il arriva ?

Lire la suite

 

Poème de Jean-Jacques Rousseau

Daphnis et Chloé

Dans un nouveau parentage,
Te souviendras-tu de moi ?
Ah ! je te laisse pour gage
Mon serment, mon cœur, ma foi.

Lire la suite

 

Opéra de Philippe Fabre d’Églantine

L’hospitalité (Il pleut, il pleut, bergère)

Il pleut, il pleut bergère
Rentre tes blancs moutons
Allons sous ma chaumière
Bergère, vite allons
J’entends sous le feuillage
L’eau qui tombe à grand bruit.
Voici, venir l’orage,
Voici l’éclair qui luit.

Lire la suite

Poèmes de Jean-Pierre Claris de Florian

Plaisir d’amour

Plaisir d’amour ne dure qu’un moment, 
Chagrin d’amour dure toute la vie.

Lire la suite

 

Le voyage

Partir avant le jour, à tâtons, sans voir goutte,
Sans songer seulement à demander sa route ;
Aller de chute en chute, et, se traînant ainsi,
Faire un tiers du chemin jusqu’à près de midi ;

Lire la suite

 

La guenon, le singe et la noix

Une jeune guenon cueillit
Une noix dans sa coque verte ;
Elle y porte la dent, fait la grimace… ah ! Certes,
Dit-elle, ma mère mentit

Lire la suite

 

Le grillon

Oh ! oh ! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux, vivons caché.

Lire la suite

 

Poèmes d’André Chénier

La jeune captive

L’épi naissant mûrit de la faux respecté ;
Sans crainte du pressoir, le pampre tout l’été
Boit les doux présents de l’aurore ;
Et moi, comme lui belle, et jeune comme lui,
Quoi que l’heure présente ait de trouble et d’ennui,
Je ne veux point mourir encore.

Lire la suite

 

La jeune tarentine

Pleurez, doux alcyons ! ô vous, oiseaux sacrés,
Oiseaux chers à Thétis, doux alcyons, pleurez !
Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine !

Lire la suite

 

Poèmes français du XIXe siècle 


Le pauvre poète, Carl Spitzweg, 1837 | Wikimedia Commons

Poèmes de Marceline Desbordes-Valmore

Les roses de Saadi

J’ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j’en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les noeuds trop serrés n’ont pu les contenir.

Lire la suite

 

Les séparés

N’écris pas. Je suis triste, et je voudrais m’éteindre.
les beaux étés sans toi, c’est la nuit sans flambeau.
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre,
Et frapper à mon cœur, c’est frapper au tombeau.
N’écris pas !

Lire la suite

 

Poèmes d’Alphonse de Lamartine

L’isolement

Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières,
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ?
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.

Lire la suite

 

L’automne

Salut, bois couronnés d’un reste de verdure !
Feuillages jaunissants sur les gazons épars !
Salut, derniers beaux jours ! le deuil de la nature
Convient à la douleur, et plaît à mes regards.

Lire la suite



Les voiles

Quand j’étais jeune et fier et que j’ouvrais mes ailes, 
Les ailes de mon âme à tous les vents des mers, 
Les voiles emportaient ma pensée avec elles, 
Et mes rêves flottaient sur tous les flots amers. 

Lire la suite

 

Le lac

Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

Lire le poème

 

Poèmes d’Alfred de Vigny

Le Cor

J’aime le son du Cor, le soir, au fond des bois,
Soit qu’il chante les pleurs de la biche aux abois,
Ou l’adieu du chasseur que l’écho faible accueille,
Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

Lire la suite

 

La mort du loup

Les nuages couraient sur la lune enflammée
Comme sur l’incendie on voit fuir la fumée,
Et les bois étaient noirs jusques à l’horizon.
Nous marchions, sans parler, dans l’humide gazon,

Lire la suite

 

Poèmes de Victor Hugo

Lorsque l’enfant paraît

Lorsque l’enfant paraît, le cercle de famille 
Applaudit à grands cris. 
Son doux regard qui brille 
Fait briller tous les yeux, 
Et les plus tristes fronts, les plus souillés peut-être, 
Se dérident soudain à voir l’enfant paraître, 
Innocent et joyeux.

Lire la suite

 

Oceano nox

Oh ! combien de marins, combien de capitaines 
Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines, 
Dans ce morne horizon se sont évanouis ? 

Lire la suite

 

Demain, dès l’aube

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.

Lire la suite

 

Après la bataille

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d’un seul housard qu’il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d’une bataille,

Lire la suite

 

Jeanne au pain sec

Jeanne était au pain sec dans le cabinet noir,
Pour un crime quelconque, et, manquant au devoir,
J’allai voir la proscrite en pleine forfaiture,
Et lui glissai dans l’ombre un pot de confiture

Lire la suite

 

Ce siècle avait deux ans

Ce siècle avait deux ans ! Rome remplaçait Sparte, 
Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte, 
Et du premier consul, déjà, par maint endroit, 
Le front de l’empereur brisait le masque étroit. 

Lire la suite

 

Booz endormi

Booz s’était couché de fatigue accablé ;
Il avait tout le jour travaillé dans son aire ;
Puis avait fait son lit à sa place ordinaire ;
Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé.

Lire la suite

 

Poème de Félix Arvers

Sonnet d’Arvers

« Mon âme a son secret, ma vie a son mystère :
Un amour éternel en un moment conçu.
Le mal est sans espoir, aussi j’ai dû le taire,
Et celle qui l’a fait n’en a jamais rien su.

Lire la suite

 

Poèmes de Gérard de Nerval

Fantaisie

Il est un air pour qui je donnerais
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets.

Lire la suite

 

Une allée du Luxembourg

Elle a passé, la jeune fille
Vive et preste comme un oiseau
À la main une fleur qui brille,
À la bouche un refrain nouveau.

Lire la suite

 

Le relais

En voyage, on s’arrête, on descend de voiture ;
Puis entre deux maisons on passe à l’aventure,
Des chevaux, de la route et des fouets étourdi,
L’oeil fatigué de voir et le corps engourdi.

Lire la suite

 

El desdichado

Je suis le ténébreux, – le veuf, – l’inconsolé,
Le prince d’Aquitaine à la tour abolie :
Ma seule étoile est morte, – et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.

Lire la suite

 

Poèmes d’Alfred de Musset

Tristesse

J’ai perdu ma force et ma vie,
Et mes amis et ma gaieté;
J’ai perdu jusqu’à la fierté
Qui faisait croire à mon génie.

Lire la suite

 

La nuit de mai

Partons, dans un baiser, pour un monde inconnu, 
Éveillons au hasard les échos de ta vie, 
Parlons-nous de bonheur, de gloire et de folie, 
Et que ce soit un rêve, et le premier venu. 

Lire la suite

 

Venise

Dans Venise la rouge, 
Pas un bateau qui bouge ; 
Pas un pêcheur dans l’eau, 
Pas un falot.

Lire la suite

 

Poème de Sophie d’Arbouville

La grand-mère

Dansez, fillettes du village,
Chantez vos doux refrains d’amour :
Trop vite, hélas ! un ciel d’orage
Vient obscurcir le plus beau jour.

Lire la suite

 

Poèmes de Théophile Gautier

Premier sourire de printemps

Tandis qu’à leurs oeuvres perverses
Les hommes courent haletants,
Mars qui rit, malgré les averses,
Prépare en secret le printemps.

Lire la suite

 

Ce qui disent les hirondelles

Déjà plus d’une feuille sèche
Parsème les gazons jaunis ;
Soir et matin, la brise est fraîche :
Hélas ! les beaux jours sont finis !On voit s’ouvrir les fleurs que garde
Le jardin, pour dernier trésor :
Le dahlia met sa cocarde,
Et le souci sa toque d’or.

Lire la suite

 

Poèmes Charles-Marie Leconte de Lisle

Midi

Midiroi des étésépandu sur la plaine,
Tombe en nappes d’argent des hauteurs du ciel bleu.
Tout se taitL’air flamboie et brûle sans haleine ;
La terre est assoupie en sa robe de feu.

Lire la suite

 

Le rêve du jaguar

Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,
Dans l’air lourd, immobile et saturé de mouches,
Pendent, et, s’enroulant en bas parmi les souches,
Bercent le perroquet splendide et querelleur,
L’araignée au dos jaune et les singes farouches.

Lire la suite

 

Poèmes de Charles Baudelaire

À une passante

Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais !

Lire le poème

 

Au lecteur

La sottise, l’erreur, le péché, la lésine,
Occupent nos esprits et travaillent nos corps,
Et nous alimentons nos aimables remords,
Comme les mendiants nourrissent leur vermine.

Lire la suite

 

L’albatros

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

Lire la suite

 

L’homme et la mer

Homme libre, toujours tu chériras la mer !

Lire la suite

 

Spleen

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Lire la suite

 

L’invitation au voyage

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Lire le poème

 

Poème de Théodore de Banville

Le salut du tremplin

Clown admirable, en vérité !
Je crois que la postérité,
Dont sans cesse l’horizon bouge,
Le reverra, sa plaie au flanc.

Lire la suite

 

Chanson d’André Theuriet

La chanson du vannier

Brins d’osier, brins d’osier, 
Courbez-vous assouplis sous les doigts du vannier.

Brins d’osier, vous serez le lit frêle où la mère 
Berce un petit enfant aux sons d’un vieux couplet :
L’enfant, la lèvre encor toute blanche de lait, 
S’endort en souriant dans sa couche légère.

Lire la suite

 

Poème de Jean-Baptiste Clément

Le temps des cerises

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol, et merle moqueur
Seront tous en fête !

Lire la suite

 

Poèmes de Sully Prudhomme

Les yeux

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux,
Et le soleil se lève encore.

Lire la suite

 

Le cygne

Sans bruit, sous le miroir des lacs profonds et calmes,
Le cygne chasse l’onde avec ses larges palmes,
Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil
A des neiges d’avril qui croulent au soleil ;

Lire la suite

 

Poèmes de Stéphane Mallarmé

L’azur

De l’éternel azur la sereine ironie
Accable, belle indolemment comme les fleurs 
Le poète impuissant qui maudit son génie 
A travers un désert stérile de Douleurs.

Lire la suite

 

Brise marine

La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres.
Fuir ! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres
D’être parmi l’écume inconnue et les cieux !

Lire la suite

 

Poèmes de José Maria de Heredia

Les conquérants

Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal,
Fatigués de porter leurs misères hautaines,
De Palos de Moguer, routiers et capitaines
Partaient, ivres d’un rêve héroïque et brutal.

Lire la suite

 

La Trebbia

L’aube d’un jour sinistre a blanchi les hauteurs.
Le camp s’éveille. En bas roule et gronde le fleuve
Où l’escadron léger des Numides s’abreuve.
Partout sonne l’appel clair des buccinateurs.

Lire la suite

 

Poèmes de Paul Verlaine

Chanson d’automne

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte.

Lire le poème

 

Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

Lire la suite

 

Il pleure dans mon cœur

Il pleure dans mon coeur
Comme il pleut sur la ville ;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon coeur ?

Lire la suite

 

Poème de Tristan Corbière

Rondel

Il fait noir, enfant, voleur d’étincelles !
Il n’est plus de nuits, il n’est plus de jours ;
Dors… en attendant venir toutes celles
Qui disaient : Jamais ! Qui disaient : Toujours !

Lire la suite

 

Poème de Maurice Rollinat

La biche

La biche brame au clair de lune 
Et pleure à se fondre les yeux : 
Son petit faon délicieux 
A disparu dans la nuit brune.

Lire la suite

 

Poèmes d’Arthur Rimbaud

Le dormeur du val

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Lire la suite

 

Ma bohème

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal :
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là là ! que d’amours splendides j’ai rêvées!

Lire la suite

 

Le bateau ivre

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-Rouges criards les avaient pris pour cibles
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

Lire la suite

 

Mauvais sang

J’ai de mes ancêtres gaulois l’oeil bleu blanc, la cervelle étroite, et la maladresse dans la lutte. Je trouve mon habillement aussi barbare que le leur. Mais je ne beurre pas ma chevelure.

Lire la suite

 

Poème d’Émile Verhaeren

Les usines

Se regardant avec les yeux cassés de leurs fenêtres
Et se mirant dans l’eau de poix et de salpêtre
D’un canal droit, marquant sa barre à l’infini.

Lire la suite

 

Poème de Jules Laforgue

L’hiver qui vient

Blocus sentimental ! Messageries du Levant !…
Oh, tombée de la pluie ! Oh ! tombée de la nuit,
Oh ! le vent !…
La Toussaint, la Noël et la Nouvelle Année,
Oh, dans les bruines, toutes mes cheminées !…
D’usines…

Lire la suite

 

Spleen

Tout m’ennuie aujourd’hui. J’écarte mon rideau,
En haut ciel gris rayé d’une éternelle pluie,
En bas la rue où dans une brume de suie
Des ombres vont, glissant parmi les flaques d’eau.

Lire la suite

 

Poème d’Henri de Régnier

Odelette

Un petit roseau m’a suffi
Pour faire frémir l’herbe haute
Et tout le pré
Et les doux saules

Lire la suite

 

Poème de Paul-Jean Toulet

En Arles

Dans Arles, où sont les Aliscans,
Quand l’ombre est rouge, sous les roses,
Et clair le temps,

Lire la suite

 

Théâtre d’Edmond Rostand

Tirade des nez

Descriptif : « C’est un roc ! … c’est un pic ! … c’est un cap !
Que dis-je, c’est un cap ? … C’est une péninsule ! »

Lire la suite

 

Poèmes français du XXe siècle


Calligramme – Poème du 9 février 1915, Guillaume Apollinaire | Wikimedia Commons

Poème de Francis Jammes

Le village à midi

Le village à midi. La mouche d’or bourdonne
entre les cornes des bœufs.
Nous irons, si tu le veux,
Si tu le veux, dans la campagne monotone.

Lire la suite

 

Poème d’André Suarès

Âme de la nuit

Mol et sans voix, le couperet de l’ombre descend du ciel et le jour tombe, la face contre terre, dans le fatal étang ; et les yeux s’enfoncent dans la fosse. Long crépuscule. 

Lire la suite

 

Poème de Paul Valéry

Le cimetière marin

Ce toit tranquille, où marchent des colombes,
Entre les pins palpite, entre les tombes ;
Midi le juste y compose de feux
La mer, la mer, toujours recommencée !
Ô récompense après une pensée
Qu’un long regard sur le calme des dieux !

Lire la suite

 

Poème de Paul Fort

Le bonheur

Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite, cours-y vite. Le bonheur est dans le pré. Cours-y vite. Il va filer.

Lire la suite

 

Poème de Charles Péguy

Adieu à la Meuse

Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance,
Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas.
Meuse, adieu: j’ai déjà commencé ma partance
En des pays nouveaux où tu ne coules pas.

Lire la suite

 

Poèmes de Guillaume Apollinaire

Le pont Mirabeau

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
       Et nos amours
   Faut-il qu’il m’en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Lire la suite

 

L’Adieu

J’ai cueilli ce brin de bruyère
L’automne est morte souviens-t’en
Nous ne nous verrons plus sur terre

Lire la suite

 

Automne malade

Automne malade et adoré
Tu mourras quand l’ouragan soufflera dans les roseraies
Quand il aura neigé
Dans les vergers

Lire la suite

 

Poème de Jules Supervielle

Les amis inconnus

Il vous naît un poisson qui se met à tourner
Tout de suite au plus noir d’une lame profonde,
Il vous naît une étoile au-dessus de la tête,
Elle voudrait chanter mais ne peut faire mieux
Que ses sœurs de la nuit, les étoiles muettes.

Lire la suite

 

Chanson de Francis Carco

Le doux caboulot

Le doux caboulot
Fleuri sous les branches
Est tous les dimanches
Plein de populo.

Lire la suite

 

Poème de Blaise Cendrars

Tu es plus belle que le ciel et la mer

Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir

Lire la suite

 

Poème de Saint-John Perse

Azur !

Azur! nos bêtes sont bondées d’un cri !

Lire la suite

 

Poèmes de Paul Eluard

Couvre-feu

Que voulez-vous la porte était gardée

Que voulez-vous nous étions enfermés

Que voulez-vous la rue était barrée

Lire la suite

 

Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Lire la suite

 

La courbe de tes yeux

La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur,
Un rond de danse et de douceur,
Auréole du temps, berceau nocturne et sûr,
Et si je ne sais plus tout ce que j’ai vécu
C’est que tes yeux ne m’ont pas toujours vu.

Lire la suite

 

Poèmes Louis Aragon

Les yeux d’Elsa

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire 
J’ai vu tous les soleils y venir se mirer 
S’y jeter à mourir tous les désespérés 
Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire

Lire la suite

 

Il n’y a pas d’amour heureux

Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force 
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit 
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix 
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie 
Sa vie est un étrange et douloureux divorce 
Il n’y a pas d’amour heureux

Lire la suite

 

Poème de Robert Desnos

J’ai tant rêvé de toi

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
et de baiser sur cette bouche la naissance
de la voix qui m’est chère ?

Lire la suite

 

Chanson de Joseph Kessel et Maurice de Druon

Le chant des partisans

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines? 
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne? 

Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c’est l’alarme. 

Lire la suite

 

Poèmes de Jacques Prévert

Barbara

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara

Lire la suite

 

Le cancre

Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout

Lire la suite

 

Poème de Birago Diop

Viatique

Dans un des trois canaris
des trois canaris où reviennent certains soirs
les âmes satisfaites et sereines,
les souffles des ancêtres,
des ancêtres qui furent des hommes
des aïeux qui furent des sages,
Mère a trempé trois doigts,
trois doigts de sa main gauche
le pouce, l’index et le majeur ;

Lire la suite

 

Poèmes de Léopold Sédar Senghor

Je ne sais

Je ne sais en quel temps c’était, je confonds toujours l’enfance et l’Éden Comme je mêle la Mort et la Vie – un pont de douceur les relie.

Lire la suite

 

In memoriam

C’est dimanche 
j’ai peur de la foule de mes semblables au visage de pierre 
De ma tour de verre qu’habitent les migraines, les Ancêtres impatients. 
je contemple toits et collines dans la brume. 
Dans la paix – les cheminées sont graves et nues. 

Lire la suite

 

Femme noire

Femme nue, femme noire
Vétue de ta couleur qui est vie, de ta forme qui est beauté
J’ai grandi à ton ombre ; la douceur de tes mains bandait mes yeux
Et voilà qu’au cœur de l’Eté et de Midi,
Je te découvre, Terre promise, du haut d’un haut col calciné
Et ta beauté me foudroie en plein cœur, comme l’éclair d’un aigle

Lire la suite

 

Poème de René Guy Cadou

Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?

– Pourquoi n’allez-vous pas à Paris ?
– Mais l’odeur des lys ! Mais l’odeur des lys !

Lire la suite

 

Poème d’Aimé Césaire

Prophétie

Là 

où l’aventure garde les yeux clairs 
là où les femmes rayonnent de langage 
là où la mort est belle dans la main comme un oiseau 
saison de lait 
là où le souterrain cueille de sa propre génuflexion un luxe 
de prunelles plus violent que des chenilles 
là où la merveille agile fait flèche et feu de tout bois 

Lire la suite

 

Poème d’Édouard Glissant

Bœuf écorché

C’est de la viande où passait le sang, de la viande 
Où tremblait la miraculeuse, 
L’incompréhensible chaleur des corps.

Lire la suite

 

Adrian

Étudiant et passionné par les sciences humaines. N'hésitez pas à me contacter :)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *