« Y’a-t-il », « Y a-t-il » ou « Y a-t’il  » : la règle

« Y’a-t-il », « Y a t-il » ou « Y a-t-il » ?


On écrit

Y a-t-il ? 

Pourquoi n’y a-t-il pas d’apostrophe après « y » ? L’apostrophe sert à noter l’élision d’une voyelle (c’est-à-dire sa suppression) devant un autre mot commençant par une voyelle ou un h muet.

Ce procédé permet d’éviter un hiatus, c’est-à-dire la succession de deux voyelles.

ExemplesJ’aime, l’Amérique, le père d’Hélène.

Pourquoi n’y a-t-il pas d’apostrophe après « t » ? Cette lettre n’est pas la forme élidée de « te », mais une lettre placée pour dans raisons d’euphonie, c’est-à-dire pour rendre agréable la combinaison des sons. 

Les tirets entre « a », « t » et « il » permettent de noter que ces trois lettres forment une unité sonore, comme dans la phrase « A-t-elle bien rangé sa chambre ? « . 

Exemples d’emplois de « Y a-t-il » :

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Qu’y a-t-il de plus beau que le coucher du Soleil ?

Y a-t-il encore des ours au Canada ? 

Adrian

Étudiant et passionné par les sciences humaines. N'hésitez pas à me contacter :)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *