Le bœuf écorché | Poème d’Édouard Glissant

Le bœuf écorché, Rembrandt, 1655

C’est de la viande où passait le sang, de la viande 
Où tremblait la miraculeuse, 
L’incompréhensible chaleur des corps.

Il y a encore

Quelque chose de la lueur du fond de l’œil.

On pourrait encore caresser ce flanc,

On pourrait encore y poser la tète

Et chantonner contre la peur.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.