Eau de Cologne, eau de toilette, parfum : différence ?

Selon Jean-Claude Ellena (Que sais-je ? Le Parfum):

  • l’eau de Cologne : contient entre 2 à 4 % de concentré de parfum. 
  • l’eau de toilette (Cologne aux États-Unis) : contient de 5 % à 20 % de concentré de parfum (90% des ventes pour les produits masculins, 50% pour les produits féminins en France) ;
  • l’eau de parfum : contient entre 10 % et 20 % de concentré de parfum (45% des ventes pour les produits féminins en France) ;
  • l’extrait : contient entre 15 % et 35 % de concentré de parfum. C’est la composition la plus riche (2,5% des ventes pour les produits féminins en France). 

Cependant, ces dénominations ne semblent pas définies par la législation en France. Ce sont des appellations génériques que les marques peuvent employer librement (pour l’eau de Cologne en tout cas selon la DGCCRF).

La Société Française des parfumeurs déclare d’ailleurs sur son site internet vouloir bâtir un vocabulaire commun des termes usuels de la parfumerie. Selon elle, « eau de parfum », « parfum de toilette », « eau de toilette » et « eau de cologne » étaient autrefois les déclinaisons d’un même parfum (d’une même formule), de la plus concentrée à la moins concentrée. Cependant, de nouveaux produits sont depuis apparus, comme des version « light », « légère », « acqua », ou ce que l’industrie du parfum nomme les flankers, des parfums qui exploitent le nom d’un parfum déjà existant (des déclinaisons dont la formule peut être différente, ou dont seul le flacon change), par exemple Eau sauvage extreme et Eau sauvage Parfum du classique Eau sauvage de Dior (1966).

Il existe outre les concentrations des familles olfactives : boisée, cuire, fougère, hespéridée, florales, chyprée, orientale, etc.

Les parfums dits « de niche », produits le plus souvent  par des maisons indépendantes, cherchent à créer des senteurs qui se distinguent des goûts dominants du marché, pour plaire à un petit segment du marché (soit des connaisseurs, soit des consommateurs cherchant des parfums plus orignaux). 

 

Voir ici : confiture, marmelade, gelée, quelle différence ?

 

 

 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *