169 Vues
Enregistrer

« Jours de congés » ou « jours de congé » ? orthographe

Publié le 19/10/2021
0 commentaire

On écrit : « jours de congé » ou « jours de congés ». On privilégie le singulier, qui est la forme traditionnelle, parce qu’il est question ici de la situation d’une personne, ou de l’état d’une personne (les jours où l’on est « en congé »). « Un congé » au singulier car ce terme désigne la permission de s’absenter du lieu de travail, l’autorisation de se retirer (du latin commeatus, « passage, autorisation d’aller et de venir »). Le singulier est le plus courant dans la littérature :

  • « […] au sujet d’ouvrières dont on ne sait pas les jours de congé […] » (Proust, À la recherche du temps perdu)
  • « Sais-tu, depuis trois mois (le commencement d’octobre), combien j’ai pris de jours de congé ? » (Flaubert, Correspondance)

Le pluriel, dont l’usage est courant, est toutefois possible. Il s’explique probablement par le fait que « congé » est pris comme une unité de temps pendant laquel on ne travaille pas tout en touchant son salaire. On peut très bien envisager que « jours de congés » est la formulation elliptique de « jours de congés payés », ce que semble confirmer son émergence à partir des années 1930 et des réformes du Front populaire. La forme au pluriel semble d’ailleurs plus courante et donc, peut-être, plus naturelle aux yeux des locuteurs : 2 millions de résultats contre 1,1 million environ pour le singulier. Les administrations utilisent les deux formes. Exemples :

  • sur la même page (travail-emploi.gouv.fr) :
    • « Lorsque le nombre de jours de congés acquis n’est pas entier, la durée du congé est portée au nombre immédiatement supérieur […] »
    • « Les salariés de moins de 21 ans au 30 avril de l’année précédente bénéficient de 2 jours de congé supplémentaires par enfant à charge. »
  • sur le site de l’administration suisse :
    • L’employeur accorde au surplus (des vacances) au travailleur les heures et jours de congés usuels. (eda.admin.ch)
    • Le père, respectivement l’épouse de la mère a donc droit à quatorze indemnités journalières et bénéficie au total de dix jours de congé. (bsv.admin.ch)