1395 Vues
Enregistrer

Quiz : philosophie (avec réponses)

Publié le 10/07/2017
7 commentaires

Ce quiz sur la philosophie est une invitation à aller explorer la philosophie des quelques penseurs évoqués ici. Les 15 questions portent sur des œuvres de penseurs « occidentaux » seulement. Trop aisé ? Trop difficile ? Voulez-vous d’autres quiz du même genre ? N’hésitez pas à le demander en commentaire. Bon courage ! Cliquez ici pour revenir à la liste de tous les quiz

Quiz : philosophie 

Les quiz dans votre boîte email 😉

#1. Chez Platon, que désignent les Idées ?

Des êtres immatériels, intelligibles, objectifs, desquels procèdent les choses.
Les opinions changeantes des sophistes, qui se forment à la mesure de tout homme.
Les concepts qui n'ont pas de manifestations réelles objectives comme la beauté, dont la définition varie en fonction de l'esprit de chacun.

#2. Quel philosophe de l’Antiquité distingue la cité terrestre de la cité de Dieu ?

Lactance
Aristote
Augustin d'Hippone
Plotin

#3. Quel philosophe conçoit les réactions animales comme similaires à de purs mécanismes, des « animaux-machines » ?

Leibniz
Montaigne
Descartes
Hume

#4. Chez Rousseau, la perfectibilité de l’humanité prouve qu’elle avance dans le sens du Progrès.

Vrai
Faux

#5. Selon Kant, l’impératif selon lequel « il faut être régulier et persévérant pour réussir ce que l’on entreprend » serait un…

un impératif catégorique ?
un impératif moral ?
un impératif légatorial ?
un impératif hypothétique ?

#6. Qu’entend Hegel par « ruse de la raison » ?

La raison est ce qui fait de l'homme un être pervers, qui tend historiquement vers le mal.
L'homme, sans s'en rendre compte, agit dans l'histoire par la raison.
La raison permet à l'homme de progresser dans l'histoire, que ce soit vers le mal ou le bien.
La raison nous détourne de la conception du monde telle qu'elle devrait être définie par les sens.

#7. Pour Auguste Comte, l’humanité évolue selon une loi, selon laquelle l’esprit humain est théologien en sa jeunesse, métaphysicien en son adolescence et positif en sa maturité. C’est…

le développement positif de l'humanité.
la loi des trois états.
la loi des stades du progrès.
le développement vers la paix perpétuelle.

#8. Quel philosophe a fait usage d’un lexique particulièrement technique dont les termes « Dasein » ou « Ek-sistenz » font partie ?

Arendt
Nietzsche
Heidegger
Kierkegaard

#9. Que désigne l’ « âge axial » de l’humanité, chez Jaspers?

Le néolithique, période à laquelle l'homme commence véritablement la spéculation intellectuelle.
La période de l'Antiquité qui a vu le développement de l'universalisme, de la philosophie, de la science, etc.
La modernité, au cours de laquelle les bases sur lesquelles vivait l'humanité ont été redéfinies.
La fin du Moyen Âge, quand l'homme prend progressivement conscience de son pouvoir créateur.

#10. Karl Popper propose le néologisme de « falsifiabilité » pour…

dénoncer toute une partie de la métaphysique, fondée sur de faux axiomes.
distinguer ce qui est de la philosophie de ce qui n'en est pas.
distinguer ce qui est une science de ce qui n'en est pas.

#11. Que veut dire le « on ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir ?

chaque femme ne devient « femme » qu’en se construisant socialement elle-même librement en tant que femme.
être femme n’est pas une donnée naturelle, c’est une construction sociale.
les individus ont un genre neutre pendant les premières années de leur enfance, mais les données naturelles prennent le dessus par la suite.

#12. Qu’est-ce que le problème de l’induction ?

On ne peut dériver des vérités de la simple induction.
On ne peut connaître l’individualité par la théorie car le monde est trop chaotique pour que les schémas se répètent.
Le raisonnement inductif masque derrière des généralisations les transformations essentielles du monde.

#13. Le principe qui énonce que nos raisonnements sont construits de telle manière qu’on ne peut considérer un fait comme existant ou vrai sans qu’une raison explique pourquoi il est ainsi et pas autrement est le principe de :

#14. Qu’est-ce que l’état de nature ?

Une théorie qui envisage l’état de la société sans domination.
Une hypothèse de travail sur l’état de la société avec son organisation politique.
L’état d’une chose dans son essence, telle qu’elle est absolument, sans l’interférence de nos sensations.
L’état de l’homme parfait et non souillé par le péché tel qu’il l’était au paradis.

#15. La philosophie analytique est-elle…

un courant de la philosophie qui se concentre sur le langage et l’analyse logique.
un courant de la philosophie qui considère que les problèmes politiques sont à la racines de tous problèmes intellectuels.
un courant de la philosophie qui considère comme caduques les réflexions portées sur le langage depuis le développement des mathématiques, qui permettent d’enquêter dans un nouveau langage.
Voir le résultat

Réponses détaillées

  1. La théorie platonicienne des idées a été conçue en réaction à la conception des sophistes selon laquelle les individus n’auraient que des croyances qui seraient au fondement de leurs jugements. Selon Platon (427 – 357 av. J.-C.), les individus forment leurs jugement parce qu’ils les rapportent à une forme partagée par tous et immuable. Je dis qu’une chose est bien, parce que je la rapporte à l’idée du bien. Idée vient du latin idea, emprunté au grec idea, ἰδέα, « aspect extérieur, apparence, forme distinctive ».
  2. Augustin d’Hippone, alias saint Augustin (354 – 430) était un philosophe romain chrétien, auteur entre autres de De la cité de Dieu contre les païens, De civitate Dei contra paganos (426-27) . La cité terrestre, dans laquelle nous vivons, est celle de l’amour de soi jusqu’au mépris de Dieu, à l’inverse de la cité céleste qui est celle de l’amour de Dieu jusqu’au mépris de soi. La cité de Dieu rassemble tous ceux, parmi les nations, qui ont ce juste amour pour Dieu. Cette théorie a été construite après le traumatisme provoqué par le sac de Rome de 410 par les Wisigoths d’Alaric.
  3. René Descartes (1596 – 1650) ne réduit pas le vivant à une machine, et ne nie pas les sentiments des animaux, mais considère que seul l’homme dispose, par le langage, de l’instrument pour produire une pensée raisonnable. L’animal est sous l’empire de l’instinct.
  4. La perfectibilité est la capacité de l’homme à progresser moralement. Mais Jean-Jacques Rousseau (1712 – 1778) n’est pas pour autant optimiste sur cette capacité : l’homme peut aussi se dépraver.
  5. Dans la morale de Emmanuel Kant (1724 – 1804), l’impératif est hypothétique quand il conditionné à un but, catégorique quand il est inconditionnel et qu’il pourrait constituer une maxime universelle. Être régulier et persévérant n’entre pas dans cette catégorie : ce sont des impératifs qui servent à atteindre un but.
  6. En réalité, la « ruse de la raison » de Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770 – 1831) s’oppose à la violence. La violence envers un objet ou une personne survient quand on s’en empare pour s’en servir comme moyen, à des fins qui lui sont étrangères. La « ruse de la raison » est le fait que la fin « se pose en rapport médiat avec l’objet, et intercale entre elle et lui un autre objet » (Science de la logique, 3, cité par J.-F. Kervégan). Appliqué à l’histoire, la ruse de la raison renvoie au fait que la portée des actions des individus ne se réduit pas aux motivations subjectives de ceux qui les entreprennent.
  7. La loi des trois états est peut-être l’idée la plus célèbre d’Auguste Comte (1798 – 1857). Il l’a notamment développée dans son Cours de philosophie positive (1830 -1848). L’état positif est l’âge de la science, c’est-à-dire le stade l’évolution de l’humanité où l’on a cessé d’étudier les causes premières ou les essences pour se concentrer sur les relations entre les phénomènes, sur les choses telles qu’elles existent réellement.
  8. La philosophie de Martin Heidegger (1889 – 1976), riche en néologismes, est difficile d’accès. Dasein, littéralement « là-être » est le fait d’être tel que l’être humain l’est, comme présence au monde.
  9. La notion d’âge axial ou de période axiale (Achsenzeit) a été présentée par le philosophe allemand Karl Jaspers (1883 – 1969) dans Origine et sens de l’Histoire (1954 pour la traduction). Celui-ci mit en avant le fait que de grandes figures ayant eu une influence décisive sur la pensée et religion sont nées de manière synchrone au premier millénaire av. J.-C. : Confucius (551 – 479 av. J.-C.) et Mencius (~ 371 – 289) en Chine, Zoroastre en Iran (dont l’existence est peut-être mythique), les prophètes d’Israël et les philosophes présocratiques. Selon le philosophe, l’âge axial fut la grande division dans l’histoire de l’humanité, après laquelle la pensée et la théologie prirent une dimension plus élaborée vers l’introspection et l’éthique.
  10. Selon Karl Popper (1902 – 1994) dans La Logique de la découverte scientifique (1934) a énoncé le concept de falsifiabilité pour distinguer la science de qui ne l’est pas. Une théorie est falsifiable si l’on peut faire une observation qui la contredit, et ainsi évoluer. Elle ne peut jamais être définitivement affirmée. Le critère de « falsifiabilité » est toutefois discuté.
  11. « On ne naît pas femme, on le devient » : cet incipit célèbre du Deuxième Sexe (1949) de Simone de Beauvoir (1908 – 1986) énonce que le concept de « femme » n’est pas défini d’après ce que des déterminismes biologiques ou psychologiques ont produit, mais d’après ce que l’histoire a produit. Le concept de « femme » est un concept social produit par les sociétés. Il n’y aurait pas d’« essence » de la femme.
  12. L’induction est le fait de tirer des conclusions générales d’après des phénomènes particuliers : je vois le soleil se lever chaque matin, alors il se lèvera toujours. Le problème de l’induction a été formulée à deux reprises par David Hume (1711 – 1776) dans son Traité de la nature humaine (1739-40) et son Enquête sur l’entendement humain (1748). Le philosophe s’est interrogé sur la nature de la logique qui nous pousse à valider des raisonnements de nature inductive, fondés sur l’observation de phénomènes passés qui peuvent toujours être contredits à l’avenir : si le soleil s’est levé chaque matin jusqu’à aujourd’hui, il pourrait ne pas se lever demain.
  13. Selon le principe de raison suffisante, énoncé par Gottfried Wilhelm Leibniz (1646 – 1707), rien n’existe sans raison, on peut, en principe (si l’on a ces informations) toujours expliquer pourquoi une chose existe, et déterminer pourquoi elle est ainsi et pas autrement. Il n’y a donc pas de faits inexplicables, une vérité est une vérité si l’on peut en donner une raison qui l’explique.
  14. L’état de nature n’est pas une conception « historique » de l’état de l’humanité avant qu’elle s’organise en société, mais une « hypothèse de travail » qui permet aux philosophes de déterminer sur quels fondements les individus se sont constitués en société (le contrat social). Il a été fameusement employé par Thomas Hobbes (1588 – 1679), dans le Leviathan (1651), John Locke dans le Deuxième Traité du gouvernement civil (1689) et Jean-Jacques Rousseau (1712 – 1778) dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755) et son Contrat social (1762).
  15. Il est difficile de définir la philosophie analytique, mais cette expression désigne en général la philosophie telle que pratiquée dans le monde anglo-saxon, qui se concentre sur le langage et l’élucidation des règles de la logique. Ses plus grandes figures premières sont les britanniques Bertrand Russell (1872 – 1970) et George Edward Moore (1873 – 1958). On considère parfois Gottlob Frege (1848 – 1925) comme son fondateur.

Cliquez ici pour revenir à la liste de tous les quiz