« Art nouveau » et « art déco » : quelle différence ?

Art nouveau et art déco sont deux courants artistiques. 

 

Qu’est-ce que l’Art nouveau ?


art nouveau art deco

La villa majorelle à Nancy

L’Art nouveau est un courant artistique européen né à la fin du XIXe siècle, et qui s’éteint progressivement dans les premières années du XXe siècle. C’est l’art de la « Belle Époque », la période qui précède la Première Guerre mondiale (1914 – 1918), une période de bouleversements techniques et industriels (la « deuxième révolution industrielle »). Les artistes Art nouveau s’illustrent notamment pendant l’Exposition universelle de 1900 à Paris.

L’art nouveau réintroduit la nature dans un monde industriel à la rationalité asséchante. À la dureté angulaire des machines en métal, aux lignes droites sans surprise, à la monochromie, les artistes de l’art nouveau préfèrent les courbes, les ondes, les arabesques, la polychromie, les sinuosités, l’asymétrie, les lignes longues. Ils utilisent comme motifs des animaux, des oiseaux ou des insectes, des figures mythologiques, notamment des dragons, des plantes, des feuilles, et même des motifs orientaux, comme les feuilles de palmier ou le papyrus. L’art nouveau favorise les couleurs pastels (couleurs aux tons doux), il utilisent le verre, la pierre, mais aussi des matériaux modernes, comme le chrome ou l’acier inoxydable.

L’art nouveau refuse les distinctions entre arts majeurs (en l’occurence, l’architecture, la sculpture, la peinture, etc.) et les arts mineurs (les arts décoratifs). On cherche un art total, réunissant art et artisanat, qui touche tout autant la peinture, l’architecture, que la céramique, le mobilier ou la joaillerie. Contre l’académisme, l’art nouveau veut habiter tous les objets.

L’art nouveau est un courant artistique international. Il naît du mouvement Arts&Crafts, dont la figure centrale est le britannique William Morris (1834 – 1896), qui prône, dans les années 1860, un retour à la nature, aux ondulations, à la délicatesse, défend l’artisanat contre la production industrielle, et remet au goût du jour la tapisserie. La découverte des arts du Japon, et le mouvement symboliste, sont deux autres influences fortes. En Allemagne, l’art nouveau devient le Jugendstil dans l’espace allemand, le Tiffany aux États-Unis, l’Arte Joven en Espagne, etc. Son nom français vient de la galerie La Maison de l’Art nouveau, ouverte par le marchand d’art Siegfried Bing (1838 – 1905) à Paris en 1895.

Des artistes célèbres ont popularisé l’art nouveau en Europe.

En France : Hector Guimard (1867 – 1942), célèbre pour les entrées du métro à Paris et nombre de bâtiments au style singulier (le Castel Béranger par exemple) ; le tchèque Alfons Mucha (1860 – 1939) pour ses affiches publicitaires pour la pièce Gismonda, jouée par Sarah Bernardt, ses vitraux à Prague, etc. ; l’école de Nancy, créée en 1901 dans cette ville laboratoire de l’Art nouveau, autour d’Émile Gallé (1846 – 1904, créateur de La Main aux algues et aux coquillages, 1904) Louis Majorelle (1859 – 1926), ou Eugène Vallin (1856 – 1922). Henri Sauvage (1873 – 1922) et Lucien Weissenburger (1860 – 1929) y conçoivent la villa Majorelle (1902), chef-d’œuvre Art nouveau. On peut ajouter à cette liste Georges Fouquet (1852 – 1957) et René Lalique (1860 – 1945) pour leurs bijoux, Pierre-Adrien Dalpayrat (1844 – 1944) pour sa céramique, Eugène Grasset (1845 – 1917), etc.

En Belgique : Victor Horta (1861 – 1847), architecte de l’hôtel Tassel (1893), une des démonstrations les plus abouties de l’Art nouveau, et célèbre aussi pour sa propre maison, ainsi que les architectes Paul Hankar (1859 – 1901) et Henry Van de Velde (1863 – 1957).

Au Royaume-Uni : C.R. Mackintosh (1868 – 1928), créateur d’un « Art nouveau géométrique », ainsi qu’Aubrey Beardsley (1872 – 1898), qui a illustré Le Morte d’Arthur de Thomas Mallory (1405 – 1471).

On peut aussi citer les Autrichiens Gustav Klimt (1862 – 1918), pour la peinture, Otto Wagner (1841 – 1918) et Josef Hoffmann (1870 – 1956) pour l’architecture, l’influence du dernier étant déterminante dans le passage plus tard à l’Art déco, le Catalan Antoni Gaudí (1852 – 1926), célèbre pour le parc Güell ou la toujours inachevée Sagrada Família, l’Italien Carlo Bugatti (1856 – 1940), etc.

Cette liste n’est bien sûr pas exhaustive.

 

Qu’est-ce que l’Art déco ?


difference art deco art nouveau

Le Grand Rex à Paris

L’Art déco apparaît après la Première Guerre mondiale. Ce mouvement tient son nom de l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes organisée à Paris en 1925. Il devient, en France, un style national, voire officiel, qui guide la conception des bâtiments de la République. 

L’Art déco est, après les fantaisies de l’Art nouveau, un retour à l’épure, à l’ordre, à la raison, à la géométrie et à la symétrie. Il célèbre, contrairement à l’Art nouveau, le progrès, la technologie, mais aussi la mondialisation à travers l’exotisme.

L’Art déco est un style qui accepte l’âge moderne et l’industrialisation. Il est en effet inspiré par les objets produits par des machines et utilise des matériaux modernes comme l’acier inoxydable, l’aluminium, le verre plat et le plastique. Les bâtiments Art déco sont souvent en béton armé et en brique. Ils possèdent de nombreuses fenêtres, voire des bow windows. Certains artistes qui ont influencé l’Art déco s’opposent à la décoration et à l’ornementation, notamment Adolf Loos (1870 – 1933), qui aura une grande influence sur Le Corbusier (1887 – 1965). Cependant, nombre d’œuvres Art déco utilisent le zigzag, les chevrons, les ondes, des frises en bas-reliefs, ainsi que des motifs végétaux et animaux.

Tout comme l’Art nouveau, l’Art déco transcende les distinctions entre les arts. Il touche tout aussi bien les arts décoratifs que l’architecture, les transports, le vêtement, la typographie, la tapisserie, etc. C’est en outre, tout comme son aîné, un courant artistique international, dont la production a été considérable.

Quelques exemples de productions et d’artistes Art déco :

  • À New York : le Chrysler Building à New York (1930), le Rockefeller Center (1930, avec ses statues d’Atlas et Prométhée) ou l’Empire State Building (1931).
  • À Paris : le théâtre des Champs-Élysées (1913), l’hôtel Prince de Galles (1928), le Grand Rex (1932), le palais de Chaillot et le palais de Tokyo, construits pour l’Exposition universelle de 1937.
  • À Bruxelles : le palais Stoclet (1904) de Josef Hoffmann, dont la construction annonce le passage de la période à Art nouveau à la période Art déco.
  • La statue du Christ Rédempteur (1931) à Rio de Janeiro, par le Français Paul Landowski (1875 – 1961) et le Roumain Gheorghe Leonida (1892 ou 1893 – 1942).
  • Les arts décoratifs de Jean Dunand (1877 – 1922), Jean-Michel Franck (1895 – 1941), André Mare (1885 – 1932), Eugène Printz (1889 – 1948), Jacques-Émile Ruhlmann (1879 – 1933) et André Véra (1881 – 1971).
  • Le couturier Paul Poiret (1879 – 1944).
  • Les sculpteurs Jean et Joël Martel (1896 – 1966) ou Alfred Janniot (1889 – 1969), voire Carlo Sarrabezolles (1888 – 1971) et Francois Pompon (1855 – 1933).
  • Les architectes Henri Sauvage (1873 – 1932), Pierre Patout (1879 – 1965) ou Louis Süe (1875 – 1968).
  • Le maître-potier Jean Besnard (1889 – 1958).
  • Les peintres et affichistes Jean Dupas (1882 – 1964), Charles Gesmar (1900 – 1928, célèbre pour ses affiches de Mistinguett), Paul Colin (1892 – 1985, pour ses affiches représentant Joséphine Baker), Tamara de Lempicka (1898 – 1980) ou Paul Jouve (1878 – 1973).
  • Le modèle automobile Type 57 de Bugatti (1934), les locomotives du 20th Century Limited à New York, le paquebot Normandie (1932). 

 

Voir ici la différence entre cathédrale, église et basilique.

 

Un tableau pour distinguer art nouveau et art déco


difference art nouveau art deco

Alfons Mucha (Art nouveau) et Tamara de Lempicka (Art déco)

 

À lire

Jean-Claude Caron et Michel Vernus, L’Europe au 19e siècle, Chapitre 8 – Cultures nationales ou culture européenne ?

Jean-Claude Yon, Histoire culturelle de la France au XIXe siècle, Chapitre 8 – Le temps des avant-gardes

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

7 réponses

  1. Hamdi dit :

    Parfait

  2. Jean-Jacques Courage dit :

    Excellent article qui m’a rafraichi les idées au sujet de cette différenciation. Merci pour cet exposé concis et complet.

  3. Très clair. Synthétique et pédagogique.

  4. Hernandez F dit :

    Épatant brillant merci cela m’a apporté de la différence. C’était très clair et bref

  5. Un article qui résume bien les 2 périodes !

  6. Aude dit :

    Clair, net et précis. Merci !

  7. Raphaele dit :

    Le Palais Stoclet se rattache au mouvement de la Sécession viennoise, même s’il inspire et anticipe l’art déco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *