Démon de midi : définition & origine [expression]

Le démon de midi signifie : tentation de l’adultère, tentation sexuelle d’une personne au milieu de sa vie.

 

Le démon de midi : origine de l’expression


Cette expression traduit le daemonio meridiano du verset 6 du psaume 91 de la Vulgate, traduction de la Bible en latin (IVe siècle) :

a sagitta volante in die a negotio perambulante in tenebris ab incursu et daemonio meridiano (vulgate)

Toutefois la traduction latine peut ne pas correspondre à des traductions contemporaines de la Bible en français. Il est parfois identifié à un péché, l’acédie (pour un moine, situation d’apathie, de lassitude, d’impossibilité à se concentrer et donc à prier).

On trouve « démon du midi » au XVIe siècle, mais « démon de midi » se diffuse surtout à la fin du XVIIe siècle : 

La cinquiême est une tentation embarrassante, et si j’ose m’expliquer ainsi, c’est une tentation compliquée, par laquelle nous nous sentons comme contrains de tomber dans un peché ou dans un autre, par laquelle en pensant éviter un mal nous en faisons un autre, nous sauvant d’un premier écüeil pour heurter contre un second ou un troisiéme qui est encore plus dangereux. C’est là ce démon de midi, qui s’arme de ce qu’il a d’adresse & de malignité pour nous perdre : & comme à l’heure de midi la lumiéré & la chaleur sont plus grandes que dans le reste du jour ; de même dans cette tentation il y a plus d’artifice & de fureur que dans les autres. 

Discours moraux sur les Évangiles de tous les dimanches de l’année, 1685

L’expression est notamment relevée par Furetière (1690) :

Le Demon du Midi, est, selon quelques-uns, une tentation diabolique, suivant ce qui est dit au Pseaume 90. ab incursu & daemonio meridiano. Ce mot d’incursus est pris souvent pour l’épilepsie. Ce qui fait que le Pere Mabillon a prouvé par plusieurs passages par luy citez, que ce Demon de Midi est une maladie soudaine & violente qui prive les personnes de l’usage des sens & de la raison ; ainsi appellée, parce qu’on croyoit qu’elle venoit de l’Esprit malin, & parce qu’elle arrivoit ordinairement au plus haut du jour.

On trouve aussi démon méridien :

Aprés tout, devant que vous abandonner aux tentations de ce Demon meridien & sanguinaire…

Yves de Paris, Le Gentilhomme chrestien, 1666

L’expression est parfois employée au XIXe siècle (souvent par Joseph Méry), avec divers sens, mais renvoie souvent à l’idée de tentation sexuelle ou affective interdite (l’adultère par exemple) : 

C’est en prêtre encore que M. Renan paraît avoir aimé les femmes. Il n’en dit pas long sur ce chapitre. Tout physiologiste qu’il soit, une décence particulière lui a défendu de nous apprendre s’il fut tenté, s’il vainquit ce démon de minuit dont parlent les ascètes…

Gil Blas, 9 mai 1883

Au XXe siècle, le sens de l’expression se fixe sur celui de « tentation de l’adultère » (le plus souvent chez l’homme), peut-être parce que cette tentation apparaît au midi de la vie (et au milieu du corps, comme le suggère le Dictionnaire d’expressions et locutions). 

Mais c’est à croire que ces vertus ne suffisent pas car l’âge venu, cette épouse perdant ses chames, le mari tenté par le démon de midi, celui-ci oublia les longues année de bonheur et de fidélité et résolut d’épouser une seconde femme.

Images, 20 juillet 1930

 

Exemple contemporain :

Rien de très original. Bezos n’est pas le premier milliardaire pris par le démon de midi et qui se livre à des déclarations enflammées d’une mièvrerie consternante. Mais le patron d’Amazon veut savoir qui a fait fuiter ces messages.

Lepoint.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *