248 Vues
Enregistrer

Se faire la malle : définition & origine (expression) 🧳

Publié le 26/07/2021
0 commentaire

Définition

Se faire la malle signifie : s’enfuir, partir. Cette expression est familière.

Synonymes

se faire la belle, filer à l’anglaise.

Exemples 

  • Les deux voleurs ont réussi à se faire la malle après avoir vidé tous les coffres de la banque.
  • Harry et Meghan se font la malle Le couple princier a provoqué la stupeur en annonçant qu’il se retirait de son rôle de «membre de premier plan de la famille royale», son intention étant de «devenir financièrement indépendant» et de partager son temps entre le Royaume-Uni et l’Amérique du Nord. (liberation.fr)
  • Un prisonnier s’est évadé de la prison de Seysses, près de Toulouse. L’information, révélée par La Dépêche du Midi est confirmée à France Bleu Occitanie par David, surveillant au centre pénitentiaire de Toulouse-Seysses : « Ce que l’on sait c’est que le détenu dans le quartier des courtes peines s’est fait la malle. On suppose que c’était entre 4h et 6h du matin. » (Francebleu.fr)

Se faire la malle : origine de l’expression

Ce coffre de bois est destiné à ranger ses effets pour faire un voyage. De là l’idée de « fuite ». Selon Sophie Chantreau et Alain Rey (Dictionnaire d’expressions et locutions), cette expression appartient à l’argot carcéral, comme « se faire la belle ». Selon le même dictionnaire, l’expression « se faire la malle » s’est peut-être construite sur l’argot du XIXe siècle où « se faire » était employé pour « s’enfuir ». Quoi qu’il en soit, l’usage d’une forme pronominale là où on attendrait plutôt « faire sa malle » rend l’expression amusante. Ses premières occurrences apparaissent au milieu du XXe siècle:

  • Vers la fin de la matinée, une prisonnier s’élance dans les champs, à découvert. En trois coups, un homme de l’escorte l’abat, à deux pas d’une pièce de blé où il aurait pu disparaître. Pas de chance. Mais ce n’était pas raisonnable non plus. Les bons endroits ne manquaient pas, pour se faire la malle. (Jacques Zimmermann, En revenant des kommandos, 1945)
  • Se faire la malle n’est rien. La difficile est de se planquer. (La Franc-Tireur. 1er octobre 1947)

À lire ici : pourquoi dit-on « pisser dans un violon » ?