« Dôme » & « coupole » : quelle différence ?

Dôme et coupole sont deux termes appartenant au vocabulaire de l’architecture. Ce sont deux termes proches, ce qui peut prêter à confusion.

 

Dôme : définition


Un dôme est une forme de toit à volume convexe (arrondi, bombé sur l’extérieur), galbé en quart-de-rond (Vocabulaire de l’architecture), c’est-à-dire que son profil forme une sorte de quart de cercle. Le versant d’un dôme est continu (il n’y a qu’une surface continue) ou composé de plusieurs pans (il est divisé en différentes surfaces). Sa base peut être marquée par une corniche, son sommet peut être surmonté d’un lanternon, et son versant peut par exemple accueillir des lucarnes. Le dôme est le plus souvent un toit en forme d’hémisphère qui surplombe un édifice, mais il en existe bien sûr de nombreuses déclinaisons.

– Le dôme nervuré : divisé en plusieurs parties par des nervures, c’est-à-dire des moulures saillantes, ou des arêtiers sur un dôme polygonal. Exemple : dôme de la basilique Saint-Pierre au Vatican. 

– Le dôme côtelé (terme inventé par les auteurs du Vocabulaire de l’architecture) : divisé en lobes. Exemple : le dôme de la mosquée Bibi-Khanym à Samarcande en Ouzbékistan.

dome cotele

– Le dôme carré. Exemple : le Mole antonelliana à Turin en Italie.

– Le dôme ovale ou ellipsoïdal. Exemple : dôme à Yazd en Iran.

– Le dôme polygonal. Exemple : le dôme octogonal de Santa Maria del Fiore à Florence.

– Le dôme rectangulaire. Exemple : le dôme de l’Hôtel-Dieu de Lyon.

– Le dôme surhaussé : le diamètre est inférieur à la hauteur. Exemple : dômes de la mosquée Sheikh Zayed à Abou Dabi, aux Émirats Arabes unis.

dome surhaussé

– Le dôme surbaissé : le diamètre est supérieur à la hauteur. Exemple : le dôme de Sainte-Sophie à Istanbul, en Turquie.

– Le dôme brisé : divisé en plusieurs parties superposées.

Il faut savoir que « dôme » n’a pas toujours désigné ce type d’ouvrage. Dans son Dictionnaire raisonné d’architecture, Viollet-le-Duc (1814 – 1879) considère que « dôme » s’emploie improprement pour  « coupole  ». « Dôme » désigne aussi une grande église italienne.

Selon le Dictionnaire historique de la langue française, « dôme » est emprunté à l’ancien provençal doma, qui est peut-être un emprunt par l’intermédiaire du bas latin au grec δῶμα, dôma, « maison ».

 

Coupole : définition


coupole définition

Coupole de la chapelle Notre-Dame-des-Ardilliers de Saumur

La coupole est une voûte concave qui a la forme d’un hémisphère ou d’une ellipse (ovale). Elle constitue le plus souvent la partie intérieure et concave d’un dôme. Elle peut être vue comme une coupe renversée (« coupole » vient du latin cupola, qui vient lui-même du bas latin cupula, « petite cuve »). Son profil peut être sphérique, ovale (elliptique) ou polygonal. Le mur qui permet de surélever (d’exhausser) la coupole est un tambour. Les rangées de pierres (ou d’un autre matériaux) qui la composent sont les assises, composées de voussoirs (chaque pierre qui compose l’appareil de la voûte).

La partie intérieure de la coupole est nommée l’intrados. La partie supérieure de la coupole est nommée calotte. La coupole à  « ouverture zénithale » ou « à oculus » n’a pas de calotte (comme celle du Panthéon à Rome) : l’ouverture peut notamment donner sur un lanternon ou sur une seconde coupole. Une coupolette est une petite coupole.

Une coupole en pendentifs est constituée par les pendentifs qui se rejoignent jusqu’au faîte (comme la coupole du CNIT à la Défense). Les pendentifs sont les espèces de pieds triangulaires sur lesquels repose la coupole. La coupole sur pendentifs repose sur les pendentifs, qui forment donc un tracé différent.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.