Les patrons du CAC 40 : liste

Cet article vous présente certains des principaux dirigeants des grandes sociétés qui composent le CAC 40. 

Créé le 31 décembre 1987, le CAC 40 est le principal indice boursier (un groupe d’actions) de la bourse de Paris. Cet indice est composé de 40 valeurs de sociétés françaises. Ces sociétés sont choisies parmi les 100 sociétés françaises dont le volume d’échanges de titres est le plus important. Le CAC (qui signifie Cotation Assistée en Continu) est la principale mesure de la santé boursière en France.

PDG signifie : président-directeur-général. Il cumule deux fonctions.

Le président correspond à « président du conseil d’administration », qui est chargé de représenter les actionnaires de la société. 

Le directeur général est quant à lui chargé de la gestion de l’entreprise. 

Parmi les dirigeants de cette liste, 7 ont fait l’École nationale d’administration (ENA), 11 l’école Polytechnique.

 

Le PDG d’AIR LIQUIDE


Benoît Potier (né le 03 septembre 1957).

PDG depuis 2006, son mandat se terminera en 2022. Son successeur, déjà nommé, sera François Jackow. Benoît Potier restera Président du Conseil d’Administration à la fin de son mandat. 

Diplômes : Centrale Supélec, qui à l’époque s’appelait Centrale Paris.

Rémunération : 5,9 millions d’euros.

 

Le PDG d’AIRBUS


Guillaume Faury (né le 22.02.1968)

PDG depuis avril 2019.

Diplômes : de l’École polytechnique puis de l’École nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace. Il poursuit à l’école de personnel naviguant d’essais et de réception à Istres puis effectue un DESS de l’institut d’administration des entreprises à Aix-en-Provence. 

Rémunération : 4,9 millions d’euros

Passionné de trail, il est membre depuis 2012 d’un groupe appelé « la confrérie des choumettes » qui regroupe une quinzaine de fans de trail et de nature.

 

Le PDG d’ALSTOM


Henri Poupart-Lafarge (né le 10 avril 1969).

PDG depuis février 2016.

Diplômes : École polytechnique, de l’école nationale des ponts et chaussées et du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Rémunération : 3,7 millions euros.

Son père, Olivier Poupart Lafarge, a été le bras droit de Francis puis de Martin Bouygues, au cœur de l’ascension d’un leader mondial.

 

Le PDG d’ARCELORMITTAL


Lakshmi Mittal (né le 2 septembre 1950).

PDG depuis 2006 après l’avoir racheté.

Diplômes : titulaire d’un bachelor of commerce délivré par le collège saint-françois Xavier (établissement jésuite de l’université de Calcutta). 

Rémunération : 5,5 millions d’euros

En 2014, il a été classé 79è homme le plus riche du monde par le magazine Forbes. En 2006, il a été élu homme de l’année par le Financial Times (année de rachat d’Arcelor).

 

Le PDG d’AXA


Thomas Buberl (né 24 mars 1973).

PDG depuis septembre 2016.

Diplômes : WHU Coblence (école de commerce en Allemagne), d’un master of business Administration de l’Université de Lancaster (Royaume-Uni) et d’un doctorat en économie de l’Université de St. Gallen (Suisse).

Rémunération : 5,1 millions d’euros.

 

Le président de BNP PARIBAS


Jean Lemierre (né le 06 juin 1950).

Président depuis 2014.

Diplômés : de Sciences Po et de l’École nationale d’administration (ENA). 

 

Le DG de BNP PARIBAS


Jean-Laurent Bonnafé (né le 7 juillet 1961).

DG depuis décembre 2011.

Diplômes : École polytechnique et École des mines de Paris.

Rémunération : 3,9 millions d’euros.

En 2019, il signe une tribune en faveur de l’égalité des sexes. Par cette tribune, il s’engage à publier systématiquement le taux de femmes aux postes d’encadrement. 

 

Le président de BOUYGUES


Martin Bouygues (né le 03 mai 1952).

Président depuis 1989, cède le poste de DG à Olivier Roussat en 2021.

Diplômes : baccalauréat.

Rémunération : 2,5 millions d’euros.

À Gerson, établissement privé du 16e arrondissement de Paris, il était en classe avec le futur homme d’affaire Vincent Bolloré.

 

Le président de CAPGEMINI


Paul Hermelin (né le 30 avril 1952).

Président depuis 2012.

Diplômes : École polytechnique et de l’École nationale d’administration (ENA).

Rémunération : 4,8 millions d’euros.

Était directeur du cabinet de Dominique Strauss-Kahn quand ce dernier était ministre de l’Industrie et du Commerce extérieur (mai 1991 – mars 1993).

 

Le DG de CAP GEMINI


Aiman Ezzat (né le 22 mai 1961).

DG depuis mai 2020, Paul Hermelin a conservé son poste de président.

Diplômes : master of science en ingénierie chimique, obtenu à l’École supérieure de chimie, physique et électronique de Lyon et d’un MBA de l’Anderson School of Management (UCLA). 

 

Le PDG de CARREFOUR


Alexandre Bompard (né le 4 avril 1972)

PDG depuis juillet 2017.

Diplômes : SciencesPo Paris, titulaire d’une maîtrise de droit public et d’un DEA de sciences économiques, diplômé de l’École Nationale de l’Administration (ENA), d’où il sort 4e. 

Rémunération : 10,9 millions d’euros.

Carrefour est l’une des entreprise du CAC 40 où les écarts de salaires sont les plus importants avec les rémunérations moyennes des employés. Alexandre Bompard est d’une grande influence, jusque dans sa page Wikipédia, dont les contributeurs sont soupçonnés d’être liés à des agences de communication.

 

Le DG du CREDIT AGRICOLE


Philippe Brassac (né 31 janvier 1959).

DG depuis mai 2015.

Diplômes : de l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE) et titulaire d’un diplôme d’études approfondies en mathématiques. 

Rémunération : 2,4 millions d’euros.

Philippe Brassac est un judoka expérimenté, il est ceinture noire de judo.

 

La DG de DANONE


Véronique Penchienati-Bosetta (née le 12 janvier 1967).

DG depuis novembre 2020.

Diplômes : École supérieure de commerce de Rouen.

Rémunération : son prédécesseur, Emmanuel Fabre, a perçu 4 millions d’euros en 2020.

 

Le président de DASSAULT SYSTÈMES


Charles Edelstenne (né le 09 janvier 1938).

Depuis la mort de Serge Dassault en mai 2018, il préside la holding familiale. 

Diplômes : Expert-comptable.

 

LE DG de DASSAULT SYSTÈMES


Bernard Charlès (né 30 mars 1957).

DG depuis septembre 1995.

Diplômes : de l’ENS Paris-Saclay, agrégé et docteur en mécanique de l’Institut Supérieur de mécanique de Paris.

Rémunération : 24,5 millions d’euros. 

 

Le président d’ENGIE


Jean-Pierre Clamadieu

Président depuis 2019

Diplômes : École des Mines de Paris.

 

La DG d’ENGIE


Catherine McGregor (née 7 août 1972).

DG depuis janvier 2021.

Diplômes : Centrale Paris.

Rémunération : sa prédécesseure, Isabelle Kocher, avait perçu 3 millions d’euros en 2020.

 

Le PDG d’ESSILOR LUXOTTICA


Francesco Milleri (né en 1959).

DG depuis 2020.

Diplômes : en droit de l’université de Florence, a obtenu un MBA en gestion d’entreprise à l’école de management de l’université Bocconi à Milan, puis deux ans de spécialisation en finance d’entreprises à la Stern School of Business de l’Université de New York. 

Rémunération : son prédécesseur, Leonardo Del Vecchio, avait perçu 3,1 millions d’euros en 2020.

 

Le PDG d’EUROFINS SCIENTIFIC


Gilles Martin (né le 20 octobre 1963).

DG depuis 2012.

Diplômes : Centrale Paris, puis obtient un master à l’Université de Syracuse, et un doctorat à l’école Centrale. 

 

Le gérant d’HERMES


Axel Dumas (né le 03 juillet 1970)

Gérant depuis janvier 2014.

Diplômes : maîtrise en droit, licence de philosophie, diplôme de Sciences Po et de la Harvard Business School (MBA).

Rémunération : 3,6 millions d’euros.

Il est descendant des Hermès, famille fondatrice de la marque, qui contrôle toujours l’entreprise, avec 70% du capital.

 

Le PDG de KERING


François-Henri Pinault (né le 28 mai 1962)

PDG depuis 2005.

Diplômes : HEC Paris.

Rémunération : 5,4 millions d’euros.

Sous sa tutelle, le groupe se désengage de la distribution et effectue des acquisitions dans le secteur du luxe. Selon Mediapart, le groupe Kering aurait économisé environ 2,5 milliards d’euros d’impôts depuis 2002. François Henri Pinault aurait également validé un montage d’évasion fiscale au bénéfice du PDG de Gucci, Marco Bizarri.

 

La présidente de LEGRAND


Angeles Garcia-Poveda (née en 1971)

Présidente depuis 2020.

Diplômes : NOEMA BS et Harvard.

 

Le DG de LEGRAND


Benoît Coquart (né le 30 novembre 1973)

DG depuis février 2018.

Diplômes : SciencesPo et ESSEC.

Rémunération : 2,8 millions d’euros.

 

Le Président de L’ORÉAL


Jean-Paul Agon (né le 6 juillet 1956)

PDG de 2011 à 2021, est depuis président. 

Diplômes : HEC Paris.

Rémunération : 9,8 millions d’euros.

En 2019, il tient des propos qui ont été lourdement critiqués. il a déclaré « la pollution est bonne pour les affaires » puisqu’elle encourage la consommation de produits de beauté.

 

Le PDG de LVMH


Bernard Arnault (né le 05 mars 1949)

Diplômes : Polytechnique.

Rémunération : 8 millions d’euros.

Bernard Arnault détient l’une des plus grosses fortunes du monde, à côté de Jeff Bezos (Amazon) et Bill Gates (Microsoft).

Après ses études, il a constitué son groupe à partir de l’entreprise de bâtiment de son père, en rachetant Christian Dior d’abord. Il achète LVMH en 1989.

En novembre 2017, selon Le Monde, dévoile dans les Paradise Papers, qu’il a placé des actifs dans 6 paradis fiscaux, dont il  précise que ces actifs sont « connus des autorités fiscales ». À la suite de ces révélations, Le Canard enchaîné affirme qu’il a fait retirer les publicités du groupe LVMH des pages du Monde, privant le quotidien de 600 000 euros de recettes.

 

Le président de MICHELIN


Florent Menegaux (né le 26 février 1962)

Président depuis mai 2019.

Diplômes : maîtrise en sciences techniques comptables et financières à Paris-Dauphine

Rémunération : 8 millions d’euros.

 

Le PDG d’ORANGE


Stéphane Richard (né le 24 août 1961)

PDG depuis février 2011, il quittera son poste fin janvier 2022 au plus tard.

Diplômes : HEC Paris et École Nationale d’Administration (ENA, 5e de sa promotion).

Rémunération : 1,9 million d’euros.

Il a été condamné  à un an de prison avec sursis et 50 000 euros d’amende pour « complicité de détournement de fonds publics » dans l’affaire Tapie.

 

Le PDG de PERNOD RICARD


Alexandre Ricard (né le 12 mai 1972)

PDG depuis 2015.

Diplômes : ESCP Business School, d’un MBA en finance et entrepreneuriat à la Wharton School of Business.

Rémunération : 3,3 millions d’euros.

Il est à 45 ans le plus jeune dirigeant d’un groupe du CAC 40. Après des révélations du Parisien en 2019 sur l’existence d’une « pression permanente » sur les salariés pour les inciter à boire au travail, le groupe a précisé qu’il n’y avait « aucune tolérance » et que la société « continuerait à sanctionner tout comportement déviant ». 

 

Le président de PUBLICIS


Arthur Sadoun (né le 23 mai 1971)

Président depuis juin 2017.

Diplômes : European Business School à Paris (EBS Paris) puis a effectué une maîtrise en administration des affaires au sein de l’Institut européen d’administration des affaires (INSEAD).

Rémunération : 3,3 millions d’euros.

 

Le président et le DG de RENAULT


DG : Luca De Meo (né le 13 juin 1967)

DG depuis juillet 2020.

Diplômes : administration des affaires de l’université Bocconi de Milan

Il a été nommé à la suite de l’affaire Carlos Ghosn, pour hisser l’entreprise à la première place des constructeurs automobiles, grâce à l’alliance avec Nissan et Mitsubishi et pour écorner la marque après son arrestation par la justice japonaise pour abus de bien social et sa fuite au Liban. 

 

Président : Jean-Dominique Sénard (né le 7 mars 1953)

Président depuis 2019, à la suite de Carlos Ghosn. 

Diplômes : HEC Paris. 

 

Le DG de SAFRAN


Olivier Andries (né en 1962)

DG depuis janvier 2021.

Diplômes : Polytechnique et de l’École des Mines.

Rémunération : son prédécesseur, Philippe Petitcolin avait perçu 2,9 millions d’euros en 2020.

Lorsqu’il était vice-président d’Airbus, il a été soupçonné  d’avoir profité d’informations privilégiées sur le groupe aéronautique EADS, et mis en examen pour « délits d’initiés ». Les poursuites ont finalement été abandonnées par le tribunal correctionnel de Paris. 

 

Le président de SAINT-GOBAIN


Pierre-André de Chalendar (né le 12 avril 1958)

PDG depuis juin 2010, puis DG en 2007. Il est le président depuis juillet 2021.

Diplômes : ESSEC et École nationale d’administration (ENA).

Rémunération : 4,5 millions d’euros.

 

Le DG de SANOFI


Paul Hudson (né le 14 octobre 1967)

DG depuis septembre 2019.

Diplômes : bachelor en économie d’entreprise de l’université métropolitaine de Manchester et diplômé en marketing du Chartered Institute of Marketing du Royaume-Uni. 

Rémunération : 11,9 millions d’euros.

 

Le président de SCHNEIDER ELECTRIC


Jean-Pascal Tricoire (né en 1963)

Président depuis 2006.

Diplômes : École supérieure d’électronique de l’Ouest (ESEO) et titulaire d’un MBA d’EM Lyon

Rémunération : 6,5 millions d’euros.

 

Le président de la SOCIÉTÉ GÉNÉRALE


Lorenzo Bini Smaghi (né en 29 novembre 1956)

Président depuis janvier 2015.

Diplômes : licence en sciences économiques de l’université catholique de Louvain, puis une maîtrise de sciences économiques de l’université de Californie du Sud et un doctorat de sciences économiques de l’université de Chicago. 

Lorsqu’il entre à la société générale en 2014, il doit affronter la pression médiatique autour de l’affaire Kerviel (procès) qui fait de nouveau l’actualité.

 

Le DG de la SOCIÉTÉ GÉNÉRALE


Frédéric Oudéa (né le 03 juillet 1963)

PDG depuis 2008 après l’affaire Kerviel, devient DG en mai 2015.

Diplômes : Polytechnique et École nationale d’administration (ENA).

Rémunération : 3,5 millions d’euros.

 

Le DG de STELLANTIS (anciennement PSA)


Carlos Tavares (né le 14 août 1958)

DG depuis janvier 2021

Diplômes : École Centrale de Paris.

Rémunération : 7,6 millions d’euros.

En 2019, il porte des propos controversé en ce qui concerne le réchauffement climatique. Il fustige la « pensée unique » sur « ce qui est bien ou mal » en matière d’empreinte carbone et suggère que les objectifs climatiques de l’UE vont porter atteinte à la « liberté de mouvement ». 

 

Le PDG de STMICROELECTRONICS


Jean-Marc Chéry (né le 5 juillet 1960)

PDG depuis mai 2018.

Diplômes : Arts et Métiers ParisTech.

 

Le PDG de TELEPERFORMANCE


Daniel Julien (né le 23 décembre 1952)

PDG depuis 2017.

Diplômes : licence en sciences économiques de l’université Paris-Nanterre.

Rémunération : elle a défrayé la chronique à plusieurs reprises. En 2016 : 18 millions d’euros, et en 2019 13,2 millions. En 2020 : 13,2 millions d’euros. 

Est le fondateur de la multinationale.

 

Le PDG de Thalès


Patrice Caine (né le 7 janvier 1970)

PDG depuis décembre 2014.

Diplômes : Polytechnique et École des Mines de Paris.

Rémunération : 2,4 millions d’euros. 

En 2018, le PDG de Thalès a annoncé ne pas se rendre au forum économique prévu par l’Arabie saoudite, rassemblement qui se voulait « vitrine de l’investissement du royaume wahhabite. » L’État français détient environ 25% de l’entreprise.

A l’époque, le pays était sous le coup de protestations mondiales avec l’affaire Khashoggi.

 

Le PDG de TOTAL


Patrick Pouyané (né le 24 juin 1963)

PDG depuis octobre 2014.

Diplômes : Polytechnique et l’école des Mines de Paris puis rejoint le corps des mines.

Rémunération : 6,2 millions d’euros.

 

Le PDG d’UNIBAIL


Jean-Marie Tritant (né le 10 novembre 1967)

PDG depuis janvier 2021

Diplômes : Burgundy School of Business et de l’université Paris Sorbonne en commerce immobilier.

Rémunération : son prédécesseur, Christophe Cuvilier avait perçu 4,5 millions d’euros en 2020.

 

Le PDG de VEOLIA


Antoine Frérot (né le 03 juin 1958)

PDG depuis 2009

Diplômes : Polytechnique et école des Ponts ParisTech.

Rémunération : 3 millions d’euros. 

 

Le PDG de VINCI


Xavier Huillard (né le 27 juin 1954)

Président depuis mai 2010.

Diplômes : Polytechnique et de l’école des ponts ParisTech

Rémunération : 5,4 millions d’euros.

 

Le président de VIVENDI


Arnaud de Puyfontaine (né le 26 avril 1964)

Président du directoire depuis 2014.

Diplômes : ESCP Business School, l’Institut multimédia, la Harvard Business School.

Rémunération : 3,5 millions d’euros.

Vincent Bolloré est président du conseil de surveillance de VIVENDI.

 

Gilles Grapinet, PDG de Worldline


Gilles Grapinet (né le 03 juillet 1963)

PDG depuis 2019.

Diplômes : maîtrise en droit public à Aix-Marseille Université et École nationale d’administration (ENA).

Rémunération : 2,6 millions d’euros. 

 

À lire


Pour les chiffres rémunération : 2020 selon Oxfam France

La moyenne est de : 5 499 402 euros. La rémunération est composée d’une part fixe, décidée par l’entreprise et d’une part variable qui dépend de la progression du bénéfice, de la croissance du chiffre d’affaires mais aussi de la performance individuelle.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.