Cette liste vous présente 40 pays ou territoires francophones. Un pays est ici considéré comme francophone soit parce qu’il a le français pour langue officielle, soit parce que le français est parlé par une part importante de la population, soit parce que le français est la langue maternelle d’une partie de la population, soit parce que le français sert de langue vernaculaire.

 

Liste des pays francophones

• L’Algérie : la situation de la langue française est complexe dans ce pays. Elle y a été introduite par la conquête coloniale (débutée ne 1830), et reste parfois considérée comme la langue du colonisateur. Malgré la volonté d’arabisation affichée par des dirigeants de l’Algérie indépendante (1962), le français est resté en usage, employé dans l’administration, dans certains secteurs de l’économie et enseigné à l’école. Cependant, le gouvernement algérien proclame fréquemment sa volonté de « défranciser » le pays, et de promouvoir l’usage de l’arabe et de l’anglais, à l’occasion notamment des conflits diplomatiques avec la France. Cette volonté se heurte au fort ancrage de l’usage du français en Algérie, ainsi qu’aux liens entre ce pays et la France, où résident de nombreux Algériens et descendants d’immigrés algériens. C’est en outre une langue véhiculaire, maîtrisée pour partie dans de nombreux États d’Afrique de l’Ouest. Enfin, il faut noter que la politique d’arabisation se heurte aussi au fait qu’en plus de l’arabe, le berbère (tamazight) est pratiqué par une importante partie de la population, et s’est vu reconnaître le statut de langue nationale et officielle.

• Andorre : le catalan y est la langue officielle et la langue la plus parlée (avec le castillan ensuite). Cependant, cette principauté, enclavée entre la France et l’Espagne, est membre de Organisation internationale de la francophonie depuis 2004.

• La Belgique : la Belgique compte trois communautés linguistiques, allemande, flamande et française. Le français y est la langue maternelle des habitants de la Wallonie, la langue maternelle ou la langue principale de la grande majorité des habitants Bruxelles (environ 90%), et une langue maîtrisée par un certain nombre de Flamands (en Flandre, les écoles doivent proposer des cours de français). Le pays ne fait plus de statistiques linguistiques depuis les années 1961, mais on peut grossièrement estimer que la moitié de la population belge (environ 11,5 millions d’habitants en 2021) a pour langue principale le français. Bruxelles mise à part, les principales villes francophones de Belgique sont Charleroi, Liège et Mons.

• Le Bénin : la seule langue officielle est le français (article premier de la Constitution), qui est aussi la langue véhiculaire interéthnique, notamment à Porto-Novo, la capitale, ainsi que celle de l’administration, des médias, etc.

• Le Burkina Faso : le français est la seule langue officielle du pays (article 35 de la Constitution). Seule une minorité de la population le maîtrise. Le français tel qu’il est parlé par les Burkinabés est parfois nommé « français populaire burkinabé ».

• Le Burundi : la langue nationale est le kirundi, mais le français, héritage de la colonisation belge, est une langue officielle avec le swahili et l’anglais. Le français y est la langue de l’éducation.

• Le Cambodge : bien que le pays fasse partie de l’Organisation international de francophonie, et qu’il ait été colonisé par la France (dans l’Union indochinoise), le français est surtout une langue parlée par certains membres de l’élite. La langue véhiculaire est le khmer, et la langue internationale la plus diffusée est l’anglais.

• Le Cameroun : ce pays a la particularité d’avoir l’anglais et le français comme langues officielles (article 1er. 3 de la Constitution). En effet, deux régions frontalières avec le Nigéria, le Nord-Ouest et le Sud-Ouest, qui étaient autrefois colonisées par la Grande-Bretagne, contrairement au reste du pays qui était colonisé par la France, ont choisi à l’indépendance d’être intégrées au Cameroun. Une grave crise politique secoue ces deux régions. Les deux principales agglomérations du pays, Douala et Yaoundé, sont francophones. Le camfranglais est un sabir composé de français, d’anglais et des langues camerounaises.

• La Côté d’Ivoire : la langue française est la seule langue officielle du pays (article 48 de la Constitution). C’est une langue véhiculaire. Par ailleurs, il sert de source, avec d’autres langues ivoiriennes, au nouchi, un argot.

• L’Union des Comores : le français y est langue officielle, avec le shikomor, langue nationale, et l’arabe. Le français y est la langue de l’administation et de l’école. La population d’origine comorienne est très importante à Marseille, parfois qualifiée de plus grande ville comorienne du monde (environ 80 000 personnes).

• Djibouti : le français y est la langue de scolarisation, mais la véritable langue véhiculaire est une langue nationale, le somali, notamment dans la capitale où l’ethnie des Somalis domine. On pratique aussi à Djibouti l’afar, une langue nationale, et l’arabe, langue officielle avec le français.

• La Dominique : la langue officielle ainsi que celle de l’enseignement est l’anglais, mais la majorité de la population parlait autrefois le kwéyòl, créole à base lexicale française hérité de la colonisation de cette île par la France aux XVIIe et XVIIIe siècles (avant que le Royaume-Uni prenne le contrôle de l’île), dont l’usage s’efface cependant au profit de l’anglais dominicain. On y trouve aussi un créole à base anglaise, le kokoy.

Les États-Unis : il y aurait plus d’un million de personnes parlant français à la maison aux États-Unis. On peut citer parmi ces locuteurs les Cadiens, population partiellement francophone de Louisiane.

• La France : le français est la seule langue officielle du pays (article 2 de la Constitution).

• Le Gabon : le français est la « langue officielle de travail » (article 2 de la Constitution), et aussi la principale langue utilisée par la population, notamment dans les milieux urbains, parfois avec des mélanges avec des langues ethniques. Le pouvoir en place cherche à toutefois à diminuer l’influence du français. Le pays a ainsi rejoint le Commonwealth en juin 2022.

• La Guinée : la langue française est la seule langue officielle du pays (article premier de la constitution de 2020).

• La Guinée équatoriale : ce pays est une ancienne colonie espagnole, et fait partie des pays hispanophones. Cependant, entourée par des voisins francophones, elle a choisi de faire de la langue française une langue officielle en 1998. Le pays est en outre membre de l’Organisation internationale de la francophonie.

• Haïti : le créole (à base lexicale française) et le français sont les langues officielles. Cependant, la langue principale du pays est le créole haïtien.

• Le Laos : bien que le pays ait été une ancienne colonie française, le français n’est plus compris que part une minorité de personnes âgées, et certaines élites. L’anglais y est favorisé.

• Le Liban : la France est traditionnellement liée aux chrétiens du pays, dont elle était la protectrice en au XIXe siècle. Bien que la langue française y soit installée de longue date, elle est aujourd’hui en perte de vitesse face à l’anglais, qui domine notamment dans l’enseignement supérieur. Le Nord du pays est plutôt francophone, le sud anglophone, Beyrouth trilingue. L’Orient-Le Jour est le grand quotidien francophone du pays.

• Le Luxembourg : le français y est la langue des actes législatifs, et est la principale langue véhiculaire (98% des 340 000 Luxembourgeois le maîtriserait), et la principale langue d’intégration des nombreux résidents étrangers du pays, à côté de l’anglais et de l’allemand. Le luxembourgeois est maîtrisé par environ 78% de la population, et est la langue parlée sur la scène politique. Les Français forment la deuxième communauté étrangère du pays, derrière les Portugais.

• Madagascar : le français est langue officielle avec le malgache. Le français y est une langue de l’élite. Cependant, la communauté malgache est importante, notamment sur l’île de la Réunion.

• Le Mali : le français est la langue officielle mais sa maîtrise est peu diffusée, l’analphabétisme étant encore très important. La langue principale du Mali est le bambara. Il existe une importante communauté malienne en France, estimée à plus de 80 000 ressortissants.

• Le Maroc : l’arabe et l’amazighe (berbère) sont les langues officielles selon l’article 5 de la constitution de 2011, mais le français, héritage de l’époque du protectorat, tient toutefois une place importante dans le pays, et est notamment une des langues apprises à l’école primaire. Bien que des tensions puissent troubler les relations entre le Maroc et la France, et que certains réclament le remplacement de la place du français par l’anglais, les liens entre les deux pays restent forts, ce dont témoigne la présence d’une importante population d’immigrés marocains en France ainsi qu’en Belgique, ainsi que le fait que les grandes écoles françaises restent un débouché important pour les élites marocaines, que le Maroc compte deux quotidiens francophones d’importance (Le Matin, L’Économiste) et que de nombreux écrivains marocains ou d’origine marocaine sont francophones (Tahar Ben Jellou, Leïla Slimani, Driss Chraïbi, Ahmed Sefrioui, etc.).

• L’île Maurice : la langue de l’Assemblée y est l’anglais, mais tout membre peut s’adresser à la présidence en français (article 49 de la Constitution). Le français est maîtrisé, avec l’anglais, par une large partie des Mauriciens, le créole mauricien étant au reste formé à partir d’éléments du français. Cette présence du français s’explique par le fait que l’île était une possession française jusqu’en 1814 (« l’isle de France »), avant de passer aux Britanniques.

• La Mauritanie : la seule langue officielle est l’arabe, et les langues nationales sont le poular, le soninké et le wolof. Cependant, le français, héritage de la colonisation, est pratiqué par les élites. Dans l’enseignement, l’arabe prime au Nord parmi les populations berbères, alors que le français domine plutôt au Sud.

• Le Niger : la langue officielle du pays est le français (article 5 de la Constitution). Le français est la langue de l’administration et de l’enseignement. Il est toutefois parlé par une minorité éduquée de la population.

• La République centrafricaine : le français est langue officielle avec le sängö, langue véhiculaire du pays, employé pour l’évangélisation. Le français est la langue de l’administration et de l’enseignement.

• La République démocratique du Congo (RDC) : la langue officielle de la RDC est le français, héritage de la période la colonisation belge. Le français sert de langue véhiculaire dans ce pays qui compte de nombreuses langues locales. De nombreuses expressions qui lui sont propres, des « congoismes » (« un danger » : une personne ingénieuse ; « attraper l’argent » : gagner sa vie ; etc.), qui viennent souvent de traductions d’expressions de langues locales. Kinshasa, ville de plus de 17 millions d’habitants, est parfois présentée comme la plus grande ville francophone. Mais à Kinshasa, comme aillleurs dans le pays, la maîtrise du français varie fortement en fonction du niveau d’éducation.

• La République du Congo : la langue française est la seule langue officielle (article 4 de la Constitution). Selon l’Organisation internationale de la francophonie, le français y est maîtrisé par une majorité de la population.

• Le Rwanda : le français, hérité de la colonisation belge, est traditionnellement une langue des élites, mais il est en perte de vitesse devant l’anglais, venu notamment de l’Ouganda où une partie des élites du pays ont été formées. Il n’a pas vocation à être une langue véhiculaire puisque le kinyarwanda est maîtrisé par l’écrasante majorité des Rwandais. L’anglais a l’avantage d’ouvrir le pays à ses voisins d’Afrique de l’Est, majoritairement anglophone. Au reste, les relations diplomatiques entre la France et le Rwanda sont parfois houleuses.

• Sainte-Lucie : la langue officielle y est l’anglais, le Royaume-Uni ayant pris le contrôle de l’île au début du XIXe siècle. Cependant, héritage de la présence antérieure, la majeure partie de la population parle un créole saint-lucien, à base lexicale française.

• Les Seychelles : l’archipel a pour langues nationales le créole, l’anglais et le français (article 2.[4] de la Constitution). Le « kréole », à base de français, est la langue principale des Seychellois, mais le français est aussi maîtrisé par une partie de la population. Les Seychelles étaient une colonie française avant de passer aux Britanniques après la période napoléonienne.

• Le Sénégal : la langue officielle du pays est le français (article premier de la Constitution), mais la langue véhiculaire est une des langues nationales, le wolof, qui est en phase d’expansion depuis le XXe siècle.

• La Suisse : 23% environ de la population de ce pays est francophone, soit, environ, 1,7 millions de personnes. Le français est parlé à l’Ouest, en « Suisse romande », dans les cantons de Fribourg, de Vaud, du Valais, de Neuchâtel, de Genève et du Jura. Les principales villes francophones suisses sont Genève, Lausanne et Neuchâtel.

• Le Tchad : le français est la langue officielle à côté de l’arabe classique. C’est une langue véhiculaire, avec l’arabe tchadien.

• Le Togo : le Togo, ancienne colonie française, a le français pour langue officielle (article 3 de la Constitution), mais mène une politique tournée vers le monde anglophone, ce dont témoigne son adhésion au Commonwealth en 2022. Deux de ses voisins, le Ghana et le Nigéria (au-delà du Bénin), sont des pays anglophones.

• La Tunisie : le français n’est pas une langue officielle, mais, héritage de la période du protectorat, il est employé dans l’enseignement et est maîtrisé par les élites urbaines. Nombre d’écrivains tunisiens sont d’expression française, et le pays compte des médias de langue française (Le Quotidien par exemple). La présence d’une importante population tunisienne en France renforce les liens linguistiques entre les deux pays.

• Le Québec : par héritage de la colonisation de ce territoire par le royaume de France, qui a pris fin avec la guerre de Sept Ans, cet État fédéré a pour seule langue officielle le français, et est la seule entité d’Amérique du Nord où les francophones sont majoritaires (environ 7,6 millions de locuteurs). Montréal, la plus grande ville du Québec, est divisée entre francophones, majoritaires, et anglophones. Le Canada, au niveau fédéral, a pour langues officielles le français et l’anglais. On compte aussi des francophones, minoritaires, en Ontario et en Acadie.

Vanuatu : le français est langue officielle avec l’anglais et le bichemalar (article 3. 1 de la Constitution). Cependant, dans l’usage, la langue française cède le pas à l’anglais.

• Le Vietnam : bien que la France ait colonisé le pays, la langue française semble avoir disparu du pays, tourné vers l’anglais, et même vers le mandarin. Il reste toutefois des héritages du français en vietnamien.