Le procès de Socrate : résumé et analyse simple

Jehan Simon

Diplômé de SciencesPo et agrégé de philosophie

Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Vraiment ce brefing ma permits de bien apréhender l’essentielle de l’œuvre .vraiment merci d’avantage….

  2. eve dit :

    J’aimerais savoir ci socrate à été vraiment innocent de toute c’est accusations ne pouvons nous pas savoir ci socrate lui même avais quel que chose de movais
    En lisant cette apologie nous lecteur ne pouvons nous pas reprocher à socrate qu’elle que chose?

    • Jehan Simon dit :

      C’est vrai qu’il est possible de se poser cette question : certaines paroles et attitudes de Socrate ne justifiaient-elles pas sa condamnation ? Mais il faudrait préciser votre pensée : que peut-on reprocher à Socrate selon vous et pourquoi ? Voilà quelques pistes : un comportement très original, une tendance à humilier les puissants ou les beaux-parleurs, peut-être une remise en question des divinités de la cité…

      • Jordan Mousseau dit :

        « Que peut-on reprocher à Socrate selon vous et pourquoi ? » Au point de l’emmener devant la peine de mort , le fait d’etre original ne repond pas a la question. La reponse est que ;Il evoquait la veriter pure , depuis sa racine.Que chaque ame contient en elle quelque part au plus profond.
        La question est plutot : Pourquoi la veriter est venu donner l’impression aux accusateurs , que socrate n’oeuvrait pas du coter du peuple ? Simplement comme il l’a expliquer avant de commencer le proces, « Parce qu’il ne s’adressera pas à leurs sentiments mais à leur raison, il ne jouera pas sur les opinions dominantes mais partira en quête de la seule verite » Ce qui , dans un sens, veux dire que chacun base leur idees ou leurs definitions aider inconsciemment par leur emotions. Ce qu’il tentait de devoiler , etait que , se liberer des chaines qui relient nos emotions a nos reflexions, aurait permis au peuple de comprendre qu’il etait juger sur de faux fondements et il aurait enfin eu droit d’etre nourrit au prytanee. Tel qu’il avait demander aulieux de se trouver une peine , qui malheureusement , a ete percu comme une insulte alors que ce n’etait que la veriter pure.

        • Jehan Simon dit :

          C’est très juste ! On dit parfois qu’ « il n’y a que la vérité qui blesse ». Or, que fait-on à celui qui nous blesse ? On le blesse en retour, on le violente, voire on le tue… La vérité a quelque chose de tranchant, d’incommodant, de gênant car elle dévoile la réalité. « La réalité, la dure réalité (cela sonne comme un pléonasme) » écrit Lévinas.

          Et quelle est la réalité que nous ne voulons pas voir, la vérité que nous ne voulons pas entendre ? La NOTRE. Et c’est justement celle-là qui importe à Socrate. On comprend mieux la violence qui s’est exercée contre lui.

  3. KOMENAN dit :

    la mort de Socrate ne se donne-t-elle pas comme le fondement fondamental du vivre-ensemble?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *