Psychiatre, psychologue, psychothérapeute et psychanalyste : quelle différence ?

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

13 réponses

  1. Levy dit :

    Pas mal du tout. Bravo. Vous auriez cependant bien fait d expliciter la formation du psychanalyste qui necesdite de savoir travailler sur lui mm( C.T.) pour ne pas projeter sur son patient et les ecoles…spp…4eme groupe..apf.. les + serieues. Merci

  2. JÉGEAULT dit :

    Bonsoir,
    J’ai constaté pendu 8 mois une psychothérapeute qui m’a vraiment fait beaucoup de bien. Mais je n’ai pas eu les moyens financiers de continuer à la voir, à mon grand d’am. C’est seulement aujourd’hui que je me rends compte à quel point elle m’a relevée de mon plongeon ds la dépression.
    Donc, je me suis tournée vers un psychiatre – psychothérapeute car ses séances sont remboursées. Il est bien mais ça ne vaut pas mes conversations avec la psychothérapeute du départ. Dommage !

    • JÉGEAULT dit :

      Désolée pour les fautes d’orthographe mais je ne me suis pas relue et le correcteur en profite pour faire des blagues foireuses !!!

    • Lebois dit :

      Tout à fait d’accord avec vous, je me suis maintenu à voir des psychanalystes plutôt que des psychothérapeutes. Mes amis après des années de psychothérapie ne vont pas bien, alors que moi, après six-ans de psychanalyse je me porte bien et suis enfin heureux. Mes amitiés.

  3. Romanus dit :

    La psychanalyse et la psychologie clinique sont à la base deux disciplines très différente : la psychanalyse est un système basé exclusivement sur l’analyse du discoure et l’interprétation qu’en font le patient et le thérapeute à l’exclusion de toute autre preuve. Ses effets thérapeutiques ont été évalué, et sont nulles. La psychologie clinique, quand à elle, est une psychologique qui s’attache à étudier cas par cas un patient.

  4. Jean Luc dit :

    L’ensemble de ces professions ont le même objet d’étude mais les approches sont bien différentes.
    Le Syndicat National des Praticiens en Psychothérapie relationnelle et Psychanalyse (SNPPsy) a publié sur son site une page qui vous permettra de mieux appréhender ces différences et vous pourrez juger par vous même celle qui vous correspond au mieux, sans oublier que le mieux d’un instant peu évoluer avec le temps qui passe. Je vous invite donc à consulter cette page et à devenir acteur de votre processus de changement: thttp://www.snppsy.org/Formation-des-psychotherapeutes

  5. decool dit :

    Bonjour,
    je vais de dépression en dépression, je suis une personne très gaie, très agréable mais qui souffre
    à la première remontrance, je n’arrive pas à dire non (sauf à mes enfants et petits enfants)je n’arrive pas à m’affirmer dès que quelque chose me dérange ou me blesse…
    J’ai été suivie par une psychiatre pendant des années, j’ai fait de la sophrologie également.
    Je suis à nouveau sous antidépresseur, je n’ai envie de rien, tout me dérange sauf mes petits enfant
    dois-je consulter un psychiatre, un psychologue, un psychanaliste… Quelqu’un peut il m’aider svp

  6. EOn dit :

    Bonjour
    Mon fils de 21 ans envisage une thérapie mais que de quelques mois. Me dit qu il a envie de vider son sac. Vers qui dois je le diriger.
    Merci d avance

  7. LESOEURS dit :

    très clair. Cependant il faut insister sur le fait qu’un psychanalyste digne de ce nom ne peut pratiquer qu’après avoir été en cure analytique pendant des années (au minimum 5 à 10ans) avoir suivi une analyse didactique avec un analyste chevronné et enfin qu’il doit être reconnu par ses pairs dans une institution/association de psychanalyse qui a pignon sur rue et dont il suit les règles déontologiques. Désolé on ne peut absolument affirmer que l’efficacité de la cure analytique est nulle, il vaut mieux dire que personne n’ a réussi à prouver son efficacité car c’est difficile à investiguer. Guy L psychanalyste, psychothérapeute agréé ARS

  8. cerise dit :

    bonsoir moi mon psychiatre va être en retraite il me conseil sa femme mais elle est psychologue est ce les même étude que le psychiatre?

  9. Gilles Bruneau dit :

    Bonjour, j’ai un Bac+4 en Psycho (entre autres études) et je n’exerce pas professionnellement le métier de psychologue. Je tenais à dire cela en préambule. Mais, j’ai été très près d’une personne qui a fait dépression sur dépression … Suivie par un psychiatre pendant plusieurs années, celui-ci m’a avoué « qu’il ne pouvait plus rien faire …. aucun traitement n’étant opérant ». Le psychiatre a fait hospitaliser la personne dépressive dans une clinique spécialisée où le psychiatre qui l’a prise en charge a fait faire de la sismothérapie … Ce n’est rien d’autre que des électrochocs ! … Et bien je peux vous garantir que le résultat est plus que probant. La personne va très bien aujourd’hui ! … En fait m’a expliqué un médecin, le cerveau est une boîte noire où on ne sait pas très bien ce qu’il se passe à l’intérieur. Mais l’expérience montre qu’envoyer un faible courant pendant quelques secondes est très bénéfique. Cette sismothérapie se fait sous anesthésie générale. Les effets secondaires peuvent être une perte de mémoire, mais la mémoire revient assez vite. J’aimerais l’avis d’autres spécialistes sur cette thérapie. Merci.

  10. On peut même si la terminologie n’est pas reconnue par un ordre, comme pour le sexologue par exemple, également définir c qu’est le psycho-praticien. Jusqu’à la réforme de 2007 nombre de psycho-praticiens exerçaient au titre de psychothérapeute. D’ailleurs une partie des mêmes individus ont pu obtenir un numéro ADELI par validation de compétences dirons nous. On parle donc de légalité. Le terme psychothérapeute est encadré et réservé aux psychiatres et psychologue, mais n’est pas nécessairement un gage de qualité. Il est important de mettre en avant ne serait ce que les méthodes. Le psycho-praticien qu’il soit spécialiste en psychothérapie brèves systémique, hypnose, gesalt, PNL … a pour mérite de véritablement mettre en avant sa pratique. Notons également que nombre de psycho-praticiens sont diplômés en psychologie mais n’ont pas nécessairement une licence + un master 1 + master 2 + 500h de stage clinique. N’hésitez pas à demander des recommandations autour de vous si vous devez faire un choix.
    Amicalement
    Anne Marie psychothérapeute psychologue clinicienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *