936 Vues
Enregistrer

Quiz : les citations historiques (avec réponses)

Publié le 26/09/2016
13 commentaires

Quiz de 15 questions sur quelques citations historiques, certaines connues, d’autres moins. Ce quiz (qcm) vous permettra d’évaluer vos connaissances et de vous apprendre des choses en enrichissant votre culture générale.

Quiz : les citations historiques

Les quiz dans votre boîte email 😉

#1. « Le pape, combien de divisions ? » . Qui s’est ainsi moqué du souverain pontife ? N'écrivez que son nom :

Staline aurait dit cette fameuse phrase lors d’un entretien avec Pierre Laval, alors ministre des Affaires étrangères, qui lui demandait de se rapprocher du Saint-Siège (13 – 15 mai 1935), après la signature du Traité franco-soviétique d’assistance mutuelle (2 mai 1935).

#2. « Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer ». De qui cette phrase est-elle ?

La Rochefoucauld
Madame de Lafayette
Molière
Scarron
Beaumarchais

C’est une réplique de Figaro dans le Barbier de Séville (1775, I,1).

#3. Quel philosophe a conclu « Je pense, donc je suis. » ?

Descartes
Hegel
Socrate
Hume
Heidegger
Montaigne

« Je pense, donc je suis » est une citation extraite du Discours de la Méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences de René Descartes (1596 – 1650).

#4. « Par cela il est manifeste que pendant ce temps où les humains vivent sans qu’une puissance commune ne les maintienne tous dans un état de crainte, leur condition est ce qu’on appelle la guerre ; et celle-ci est telle qu’elle est une guerre de chacun contre chacun ». Que veut dire Hobbes ?

Il faut qu’une puissance supérieure et étrangère aux hommes, la religion, les soumettent et les pacifient.
L’État n’est pas une bonne solution pour sortir de l’état de nature.
La démocratie seule peut pacifier les antagonismes sociaux.
Les hommes, à l’état de nature, vivraient dans un état d’anarchie dangereux et insupportable.

Selon Hobbes (1588 – 1679) dans le Léviathan, à l’état de nature, qui n’a jamais existé (c’est une expérience pour fonder une pensée), les hommes vivraient comme des loups les uns pour les autres (« l’homme est un loup pour l’homme » selon une citation attribuée abusivement à Hobbes). Les hommes transfèrent leurs droits naturels à une entité supérieure, l’État ou le Leviathan, de laquelle ils deviennent sujets, comme s’ils passaient un contrat. En obéissant à ce Leviathan, ils obéissent à eux-mêmes.

#5. À quelle occasion le président des États-Unis Kennedy a-t-il fait son discours « Ich bin ein Berliner » ?

Après des menaces d’invasion de Berlin-Ouest par la RDA.
À l'occasion du quinzième anniversaire du bloc de Berlin.
Pendant une période de détente avec le bloc de l'Est.
Après l'arrivée massive de troupes américaines à Berlin-Ouest, par réaction à l'installation de missiles soviétiques à Potsdam.

C’est un discours prononcé le 26 juin 1963 quinze ans après le blocus de Berlin, dans le cadre de la guerre froide. 

#6. À quel empereur romain l’adage « l’argent n’a pas d’odeur » est-il en général attribué ?

À Titus.
À Septime Sévère.
À Vespasien.
À Claude.
À Auguste

« L’argent n’a pas d’odeur » est un proverbe est d’origine latine : pecunia non olet. Il pourrait venir de l’attribution à l’empereur romain Vespasien (hypothèse rapportée par The Routledge Dictionary of Latin Quotations), qui a régné de 69 à 79 ap. J.-C, d’un bon mot sur l’impôt de l’urine, par le notable et biographe romain Suétone (70 – 122 ap. J.-C.), dans sa Vie des douze Césars (IIe siècle). Suétone reproche à Vespasien son goût pour l’argent, et le peu de cas qu’il faisait de la provenance de ses ressources, bien qu’il pût avoir été nécessaire de remplir les caisses du trésor.

#7. « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ». À qui doit-on ce célèbre proverbe ?

Marivaux
Gambetta
Corneille
La Fontaine
Racine

On trouve cette réplique du Comte dans la scène 2 de l’Acte II du Cid (1637) de Pierre Corneille (1606 – 1684).

#8. Qui aurait dit « Malheur aux vaincus ! » (Vae victis) après avoir mis Rome à sac ?

Odoacre
Hannibal
Brennos
Alaric

Cet épisode est notamment relaté par l’historien romain Tite-Live (Ier siècle) : Brennos aurait prononcé cette phrase pendant la négociation de la rançon pour libérer l’armée romaine du Capitole.

#9. « Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais de l’attention qu’ils portent à leur propre intérêt. Nous nous adressons non à leur humanité mais à leur amour d’eux-mêmes, et nous ne leur parlons jamais de nos propres besoins mais de leur avantage. ». Dans quel livre trouve-t-on cette citation ?

Théorie de la valeur ajoutée.
Des Principes de l’économie politique et de l’impôt.
De l’échange.
La Richesse des nations.

L’échange, essentiel à l’homme, repose sur l’intérêt de chacun selon Adam Smith (1723 – 1790). Il résulte de la division du travail.

#10. « L’histoire de toutes les sociétés jusqu’à nos jours est celle de la lutte des classes. » Dans quel livre trouve-t-on cette déclaration ?

Le Capital.
L’Idéologie allemande.
Que faire ?
Le Manifeste du parti communiste.

C’est la première phrase de la première partie, « Bourgeois et Prolétaires ».

#11. À quelle occasion César aurait-il prononcé la formule : « veni, vidi, vici » ?

Après avoir vaincu le roi du Bosphore.
Après avoir vaincu Pompée.
Après avoir instauré un protectorat sur les Gaules.
Après avoir assiégé Rome avec ses armées.

Cette citation est connue par deux sources, les biographies de César (Vie de César) écrites par le grec Plutarque (46 – 125 ap. J.-C.) et par le romain Suétone (70 – 122 ap. J.-C.).

#12. « Que nous faut-il pour faire de nous un peuple heureux et prospère ? Un gouvernement sage et frugal, qui retiendra les hommes de se porter tort l'un à l'autre, et pour le reste les laissera libres de régler leurs propres efforts d'industrie et de progrès, et n'enlèvera pas de la bouche du travailleur le pain qu'il a gagné. » À quelle occasion cette phrase a-t-elle été prononcée ?

Au discours inaugural de Thomas Jefferson.
Au discours sur la fin de guerre civile par Abraham Lincoln.
Au discours de fondation de la Rand Corporation en 1948.
Au premier discours de Margaret Thatcher comme Premier ministre.
Au discours sur la fin de l’apartheid par Nelson Mandela.

Extrait du discours prononcé par Thomas Jefferson, troisième président des États-Unis d’Amérique (1801 – 1809), le 4 mars 1801. 

#13. « Tout est perdu fors l’honneur ». À qui cette phrase est-elle attribuée ?

À Napoléon III.
À Henri IV.
À François Ier.
À Churchill.

François Ier (r. 1515 – 1547) a plutôt écrit « Pour vous faire savoir comment se porte le reste de mon infortune, de toutes choses ne m’est resté que l’honneur et la vie sauve. » dans une lettre à sa mère, Louise de Savoie (1476 – 1531).

#14. « Les grandes questions de l’époque ne sont pas tranchées par des discours et des décisions majoritaires – ce fut la grande erreur de 1848 et 1849 – mais… (complétez) :

par le fer et le sang.
par le canon et l’épée.
par la puissance.
par la conquête et l’annexion.

C’est un extrait du discours de Bismarck (1815 – 1898) tenu le 30 septembre 1862 devant la commission du budget de la chambre des représentants de Prusse.

#15. « Within our mandate, the ECB is ready to do whatever it takes to preserve the euro. And believe me, it will be enough. » De qui cette phrase est-elle ? Ne donnez que son nom :

C’est une phrase d’un discours prononcé le 25 juillet 2012 par Mario Draghi, alors président de la Banque centrale européenne, en pleine crise de l’euro. Elle fut suivie par une réaction positive des marchés financiers.

Voir le résultat

Réponses

  1. Staline aurait dit cette fameuse phrase lors d’un entretien avec Pierre Laval, alors ministre des Affaires étrangères, qui lui demandait de se rapprocher du Saint-Siège (13 – 15 mai 1935), après la signature du Traité franco-soviétique d’assistance mutuelle (2 mai 1935).
  2. C’est une réplique de Figaro dans le Barbier de Séville (1775, I,1).
  3. « Je pense, donc je suis » est une citation extraite du Discours de la Méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences de René Descartes (1596 – 1650).
  4. Selon Hobbes (1588 – 1679) dans le Léviathan, à l’état de nature, qui n’a jamais existé (c’est une expérience pour fonder une pensée), les hommes vivraient comme des loups les uns pour les autres (« l’homme est un loup pour l’homme » selon une citation attribuée abusivement à Hobbes). Les hommes transfèrent leurs droits naturels à une entité supérieure, l’État ou le Leviathan, de laquelle ils deviennent sujets, comme s’ils passaient un contrat. En obéissant à ce Leviathan, ils obéissent à eux-mêmes.
  5. C’est un discours prononcé le 26 juin 1963 quinze ans après le blocus de Berlin, dans le cadre de la guerre froide. 
  6. « L’argent n’a pas d’odeur » est un proverbe est d’origine latine : pecunia non olet. Il pourrait venir de l’attribution à l’empereur romain Vespasien (hypothèse rapportée par The Routledge Dictionary of Latin Quotations), qui a régné de 69 à 79 ap. J.-C, d’un bon mot sur l’impôt de l’urine, par le notable et biographe romain Suétone (70 – 122 ap. J.-C.), dans sa Vie des douze Césars (IIe siècle). Suétone reproche à Vespasien son goût pour l’argent, et le peu de cas qu’il faisait de la provenance de ses ressources, bien qu’il pût avoir été nécessaire de remplir les caisses du trésor.-
  7. On trouve cette réplique du Comte dans la scène 2 de l’Acte II du Cid (1637) de Pierre Corneille (1606 – 1684).
  8. Cet épisode est notamment relaté par l’historien romain Tite-Live (Ier siècle) : Brennos aurait prononcé cette phrase pendant la négociation de la rançon pour libérer l’armée romaine du Capitole.
  9. L’échange, essentiel à l’homme, repose sur l’intérêt de chacun selon Adam Smith (1723 – 1790). Il résulte de la division du travail.
  10. C’est la première phrase de la première partie, « Bourgeois et Prolétaires ».
  11. Cette citation est connue par deux sources, les biographies de César (Vie de César) écrites par le grec Plutarque (46 – 125 ap. J.-C.) et par le romain Suétone (70 – 122 ap. J.-C.).
  12. Extrait du discours prononcé par Thomas Jefferson, troisième président des États-Unis d’Amérique (1801 – 1809), le 4 mars 1801. 
  13. François Ier (r. 1515 – 1547) a plutôt écrit « Pour vous faire savoir comment se porte le reste de mon infortune, de toutes choses ne m’est resté que l’honneur et la vie sauve. » dans une lettre à sa mère, Louise de Savoie (1476 – 1531).
  14. C’est un extrait du discours de Bismarck (1815 – 1898) tenu le 30 septembre 1862 devant la commission du budget de la chambre des représentants de Prusse.
  15. C’est une phrase d’un discours prononcé le 25 juillet 2012 par Mario Draghi, alors président de la Banque centrale européenne, en pleine crise de l’euro. Elle fut suivie par une réaction positive des marchés financiers.

Cliquez ici pour revenir à la liste de tous les quiz