« Rien moins que » ou « rien de moins que » ?

Bien qu’on tende souvent à les confondre, la signification des expressions « rien moins que » et « rien de moins que » est opposée.

 

Rien moins que : nullement


Cette expression est négative. Elle peut être employée avec la marque de la négation « ne ».

Elle synonyme de : en rien ; en aucune matière ; nullement ; pas du tout ; tout sauf ; etc.

Elle signifie proprement : il n’y a rien moins, il n’y rien plus bas, en quantité (abstraite), que cette chose, à propos d’une personne ou d’un élément.

Par exemple, dans la phrase « il n’est rien moins que riche », on dit que de toutes les choses que « il » est (élégant, amusant, colérique, etc.), celle qu’il est le moins, c’est riche. Mais il faut comprendre qu’il n’est pas riche du tout, qu’il est pauvre. Cette expression procède par litote : elle dit moins pour faire entendre beaucoup plus.

À lire ici : qu’est-ce qu’une litote ? Définition et exemples !

Il faut donc comprendre : « il n’est pas du tout riche riche ».

Si cette expression est négative, elle peut être employée, grâce à l’effet de la litote, dans une phrase positive. En effet, quand on dit « cet homme, rien moins que téméraire, avait réussi tout ce qu’il avait entrepris », on entend : « cet homme, tout sauf téméraire, avait réussi … ». Or, il est plutôt bien de ne pas être téméraire.

Exemples : 

Toffel, comme nous l’avons dit, était un grand garçon à larges épaules, et comme les bancs du local n’étaient rien moins que commodes, il s’assit sur le tronc d’un hickory

Nerval, Les Filles du feu / nullement commodes.

 

Son jugement, louanges et critiques, m’a paru plus intelligent que ceux que j’ai coutume d’entendre, encore que son point de vue ne soit rien moins que littéraire.

Gide, Les Faux-Monnayeurs

 

Attention : cette tournure est aujourd’hui quasi inemployée, du moins dans son sens négatif. À moins de parler à un érudit, elle ne sera pas comprise, et il vaut peut-être mieux l’éviter. Il y a cependant un intérêt à la connaître pour ne pas se tromper sur son sens lorsqu’on la trouve dans la littérature.

En outre, elle est employée depuis longtemps (dès le XVIIe selon le Dictionnaire historique de la langue française) dans le sens contraire de « bel et bien », « vraiment », etc., comme synonyme, donc, de « rien de moins que ».

Exemple

On vit que pour défricher cette terre rebelle il ne fallait rien moins que les efforts constants et intéressés du propriétaire lui-même.

Tocqueville, De la démocratie en Amérique / il faut comprendre ici « assurément », pas « nullement ».

 

Rien de moins que : bel et bien


Cette expression est positive. Elle peut être employée avec la marque de la négation « ne ».

Elle est synonyme de : bel et bien ; assurément ; vraiment ; exactement ; tout à fait ; etc.

Elle signifie proprement : la personne ou l’élément n’est pas moins que cette chose, elle n’y a aucune chose en moins que ceci ou cela.

Par exemple, dans la phrase : « elle n’est rien de moins que brillante », on dit tout simplement que « elle » n’est pas moins que brillante, n’est en rien en-dessous de brillante, voire qu’elle est très brillante.

C’est une tournure qui touche aussi à la litote.

Contrairement à sa voisine, cette expression est toujours très employée, sans que son sens fasse l’objet de quiproquos.

Exemples :

Il ne s’agit de rien de moins que de changer une égalité en inégalité

Valéry, Regards sur le monde actuel  /  cité par Le Bon Usage

 

Or il ne s’agissait de rien de moins que des distinctions entre écritures phonétique et idéographique, syllabique et alphabétique, entre image et symbole, etc.

Derrida, De la grammatologie / il faut comprendre ici « bel et bien ».

 

 

 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *