Sous le boisseau : définition & origine [expression]

Mettre/tenir/placer sous le boisseau signifie : cacher quelque chose, dissimuler la vérité, disqualifier quelque chose, écarter ou négliger une question délicate.

 

Sous le boisseau : origine de l’expression


Le boisseau est un ancien récipient cylindrique qui servait d’unité de mesure (pour les farines, les grains, le sel, etc.).

L’expression en question est cependant d’origine biblique. On la trouve à plusieurs reprises dans des paraboles des Évangiles, selon les traductions (ici pour la Bible de Louvain, XVIe siècle).

Il leur disait : « Est-ce que la lampe arrive pour être mise sous le boisseau ou sous le lit ? n’est-ce pas pour être mise sur son support ?
Car il n’y a rien de secret qui ne doive être mis au jour, et rien n’a été caché qui ne doive venir au grand jour.

Marc, IV, 21 – 22, Traduction œcuménique de la Bible (traduction récente)

« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel perd sa saveur, comment redeviendra-t-il du sel ? Il ne vaut plus rien ; on le jette dehors et il est foulé aux pieds par les hommes.
« Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une hauteur ne peut être cachée.
Quand on allume une lampe, ce n’est pas pour la mettre sous le boisseau, mais sur son support, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
De même, que votre lumière brille aux yeux des hommes, pour qu’en voyant vos bonnes actions ils rendent gloire à votre Père qui est aux cieux.

Matthieu, V, 13 -16

La lumière à ne pas mettre sous le boisseau, c’est le message de Jésus.

Cette image biblique est dans un premier temps reprise telle quelle sous la forme « cacher la lumière/la chandelle sous le boisseau », allégorie de la dissimulation de la vérité (de la religion chrétienne). La lumière est à mettre sur le chandelier pour qu’elle éclaire tout le monde.

Or il a esté necessaire que Dieu donnast à l’Eglise cette vaste & visible étenduë qu’elle possede inalienablement, afin que ceux qui seroient touchez du saint Esprit eussent en ces bons mouvements à qui s’adresser, pour avoir une plus pleine instruction de toutes choses, & que la chandelle ne fust pas mise sous le boisseau, mais sur le chandelier, pour éclaire tous ceux de la maison.

Discours du sieur de Sorbière sur sa conversion à l’Église catholique, 1654

 

Dans l’exemple ci-dessous, la lumière est à comprendre comme l’ « exemple vertueux » dissimulé au monde :

Ces deux belles âmes sortirent l’une pour l’autre des mains de la nature ; c’est dans une douce union, c’est dans le sein du bonheur, que, libres de déployer leurs forces et d’exercer leurs vertus, elles eussent éclairé la terre de leurs exemples. Pourquoi faut-il qu’un insensé préjugé vienne change les directions éternelles et bouleverser l’harmonie des êtres pensants ? Pourquoi la vanité d’un père barbare cache-t-elle ainsi la lumière sous le boisseau, et fait-elle gémir dans les larmes des cœurs tendres et bienfaisants, nés pour essuyer celles d’autrui ?

Rousseau, La Nouvelle Héloïse

 

Au XXe siècle, la référence biblique est de moins en moins sentie. L’expression est parfois employée au sens proche d’écarter une chose, la réprimer.

« Saintine aurait dû me consulter avant de se marier, dit-il, il y a une eugénique sociale comme il y en a une physiologique, et j’en suis peut-être le seul docteur. Le cas de Saintine ne soulevait aucune discussion, il était clair qu’en faisant le mariage qu’il a fait, il s’attachait un poids mort, et mettait sa flamme sous le boisseau.

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Dans l’exemple contemporain suivant, les « questions d’égalité femme-homme » mises sous le boisseau sont donc à « écartées », ou « négligées ».

La CFDT, la CGT, FO, la CFE-CGC ainsi que l’Unsa, la FSU et Solidaires s’y « félicit[ent] » certes de l’allongement récent du congé paternité. Mais elles déplorent que la crise conduise, selon elles, à mettre sous le boisseau les questions d’égalité femme-homme.

Lesechos.fr

 

Ci-dessous, l’expression est employée au sens de dissimuler :

Pour Saint Louis, la situation est obscure et particulière. Nous ignorons quand il fut considéré comme majeur et agit en conséquence. Il est sûr que ce ne fut pas à quatorze ans. C’est que le pouvoir était depuis son avènement exercé par une femme, sa mère Blanche de Castille, qui n’eut visiblement pas envie de le quitter. Et Saint Louis semble s’être accommodé de la situation. Peut-être sa mère le maintint-elle sous le boisseau. 

Jacques Le Goff, Saint Louis

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *