Le torchon brûle : définition & origine [expression]

Le torchon brûle signifie : il y a un désaccord, la bonne entente de ne règne pas, une dispute survient, un conflit se profile.

 

Voir ici : pourquoi dit-on « au grand dam » ?

 

Le torchon brûle : origine de l’expression


Le « torchon » en question semble renvoyer de prime abord à la pièce de toile qui sert aux usages domestiques. Lorsqu’il brûle, c’est que la situation approche de la brouille de ménage, la patience de chaque partie se consume. Delvau rapporte ainsi dans son Dictionnaire de la langue verte (1866) que se donner un coup de torchon signifiait en argot se battre en duel ou à coups de poings.

Cependant, pour le Dictionnaire historique de la langue française, il n’est pas ici question de la pièce de toile. Le torchon est un ancien synonyme de torche. La 5e édition du Dictionnaire de l’Académie rapporte cet emploi, mais c’est étrangement la seule édition qui le fait :

■ Torchon, se disoit aussi au sens de Torche. Delà le proverbe populaire, Le torchon brûle entre eux, ou simplement, Le torchon brûle, pour dire, Il y a entre eux un sujet de discorde allumé.
Cette édition du Dictionnaire est d’ailleurs la première source écrite sur Gallica à faire mention de ce proverbe.

Il y a sinon cette partie de « torchon brûlé » évoquée par Zola dans La Conquête de Plassans  (1874).

Cependant, l’abbé Surin avait organisé une partie de « torchon brûlé ». Les demoiselles Rastoil, les fils Maffre, Séverin étaient justement en train de chercher le torchon, le mouchoir même de l’abbé, roulé en tampon, qu’il venait de cacher. Toute la jeunesse tournait autour du groupe des personnes graves, tandis que le prêtre, de sa voix de fausset, criait :

— Il brûle ! il brûle !

Ce fut Angéline qui trouva le torchon, dans la poche béante du docteur Porquier, où l’abbé Surin l’avait adroitement glissé. On rit beaucoup, on regarda le choix de cette cachette comme une plaisanterie très ingénieuse.

Zola, La Conquête de Plassans

 

Exemple


Le torchon brûle entre Prague et Moscou après que la République Tchèque a décidé d’expulser dix-huit diplomates russes. “Preuves irréfutables” à l’appui selon son Premier ministre Andrej Babiš, le gouvernement tchèque accuse la Russie d’être impliquée dans l’explosion meurtrière d’un dépôt de munitions en 2014.

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *