Coup de semonce : définition & origine [expression]

Un coup de semonce signifie : un tir effectué en guise d’avertissement, un avertissement menaçant, une mise en garde, une sommation.

 

Coup de semonce : origine de l’expression


Une semonce est une exhortation à faire quelque chose, une sommation, un avertissement mêlé de reproches, une réprobation (Ac. 8e édition).

Moi qui m’attendais pour le moins à une verte semonce, cet accueil me surprit.

Daudet, Le Petit Chose

Ce terme vient d’un verbe sorti d’usage dont les valeurs ont évolué, « semondre » (ou semoncer), dérivé du latin submonere, « avertir en secret », et qui a signifié « convoquer à une assemblée » (pour un roi ou un seigneur auprès de ses vassaux), « inviter à agir », « inviter à une noce », « prier avec insistance », « exhorter », etc.

Le « coup de semonce » (ou d’assurance) apparaît au milieu du XVIIIe siècle et vient de la marine : c’est un tir à blanc qui sert à exiger d’un autre navire de s’arrêter, de se rendre, ou de montrer son pavillon. 

9. Au surplus la regle en France est de ne tirer le coup de semonce, ou d’assurance que sous le pavillon du Roi ; & cela regarde les vaisseaux ennemis, aussi-bien que ceux des neutres, amis ou alliés. 

[…]

René-Josué Valin, Traité des prises…, 1763

 

Tous les vaisseaux en général ont la liberté d’arborer toute sorte de pavillons ; mais c’est un usage scrupuleusement observé observé par les vaisseaux de guerre de toutes les nations de l’Europe, d’assurer leur pavillon ; c’est-à-dire, tirer un coup de canon sous leur véritable pavillon, après le coup de semonce du vaisseau de guerre. 

Jacques Accarias de Sérionne, Les Interets des Nations en Europe, 1767

 

La locution prend plus tardivement (au XXe semblerait-il) le sens plus général et métaphorique « d’avertissement accompagné de menaces » : 

Et ce n’est encore qu’un avant-goût de ce qu’il nous réserve, lorsque l’interdiction de ce qu’il réclame tout d’abord aura stimulé son appétit d’ogre montagnard. C’est le « coup de semonce » précédant le grand « marmitage ».

La Publicité, mars 1928

 

N’y aurait-il qu’une seule mutuelle créée par les constructeurs, qu’elle constituerait un frein au déchaînement de hausse des tarifs d’assurance. Il y aurait là un coup de semonce, un avertissement que le troupeau des assurés a cessé d’être passif. 

La Pratique automobile vulgarisée, 1927

On parle plus rarement de « tir de sommation ».

 

À LIRE ICI : pourquoi dit-on « veiller au grain » ?

 

 

Exemple contemporain


Nouveau coup de semonce sur la tech chinoise. Ce jeudi, les autorités du pays ont convoqué pas moins de 11 entreprises du secteur des VTC et de la livraison pour un rappel à l’ordre sur leurs pratiques commerciales. Parmi elles, Didi – le « Uber chinois » -, déjà dans le viseur de Pékin.

Lesechos.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *