« Sybillin » ou « sibyllin » : orthographe

sibyllin sybillin orthographe

En consultation de l’oracle, John William Waterhouse, 1884 | Wikimedia Commons

« Sybillin » ou « sibyllin » : orthographe


On écrit :

sibyllin

Sibyllin qualifie une chose dont la signification est obscure, comme pourrait l’être une prophétie.

Ce terme qualifiait des oracles dans l’Antiquité, ou les livres contenant ces oracles. Apollon en était le protecteur.

Voir ici un article complet sur Apollon. 

À Rome, les sibylles étaient des prêtresses qui pratiquaient la divination. Au figuré, une sibylle une vieille femme méchante et laide.

Exemples

Appendue aux cordes de l’instrument, elle promenait deux mains pâles et amaigries sur l’un et l’autre côté du réseau sonore dont elle tirait des sons affaiblis, semblables aux voix lointaines et indéfinissables de la mort. Que chantait l’antique Sibylle ? Elle chantait Madame Récamier.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

Mais la baronnie de Douvres elle-même relevait de l’évêché de Bayeux et malgré des droits qu’eurent momentanément les templiers sur l’abbaye à partir de Louis d’Harcourt, patriarche de Jérusalem et évêque de Bayeux, ce furent les évêques de ce diocèse qui furent collateurs aux biens de Balbec. C’est ce que m’a expliqué le doyen de Doville, homme chauve, éloquent, chimérique et gourmet, qui vit dans l’obédience de Brillat-Savarin, et m’a exposé avec des termes un tantinet sibyllins d’incertaines pédagogies tout en me faisant manger d’admirables pommes de terre frites. »

Proust, À la recherche du temps perdu

 

L’appellation est sibylline – « Vision post-2024 » –, et le projet au stade de l’ébauche, mais il a déjà déclenché un séisme au sein de la grande « famille » du football européen

Lemonde.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *