176 Vues
Enregistrer

Le bombardement de la cathédrale de Reims

Publié le 05/07/2016 (m.à.j* le 16/12/2019)
10 commentaires
Cathedrale Reims guerre
© ANG-Images / Jean-Pierre Verney

Le 19 septembre 1914, Reims subit un bombardement allemand de huit heures. La Champagne, dont elle est la plus grande ville, sera l’une des régions les plus meurtries par la Première Guerre mondiale (1914 – 1918).

À 15h, un premier obus, suivi de vingt-quatre autres, perce la cathédrale de Reims. L’édifice finit en ruine. Albert Londres a fait le récit poignant de cette destruction dans Le Matin.

 

La cathédrale de Reims : destruction d’un symbole


reims bombardement cathédrale

L’objectif allemand est de détruire un symbole. En effet, ce chef-d’œuvre de l’art gothique a été le lieu du sacre de vingt-neuf rois.

Frappée par plus de 300 obus, la cathédrale est en ruine à la fin de la guerre. La partie supérieure s’est effondrée. Elle devient une « cathédrale martyre ».

 

La reconstruction de la cathédrale de Reims


reims bombardement cathédrale

Après guerre, on décide de la reconstruire. Les fondations américaines Carnegie et Rockfeller apportent leur soutien financier. Sa reconstruction s’achève 20 ans plus tard.

 

La cathédrale de Reims, un lieu de réconciliation


de gaulle adenauer

Le dimanche 8 juillet 1962, de Gaulle et le chancelier allemand Adenauer sont à Reims. 17 ans après la fin de la plus meurtrière guerre de l’Histoire, on célèbre une messe pour la paix dans la cathédrale. C’est le prélude à la signature, en janvier suivant, du traité d’amitié franco-allemand.

Charles de Gaulle explique son choix de Reims dans ses mémoires « symbole de nos anciennes traditions, mais aussi théâtre de maints affrontements des ennemis héréditaires depuis les anciennes invasions germaniques jusqu’aux batailles de la Marne. A la cathédrale, dont toutes les blessures ne sont pas encore guéries, le premier Français et le premier Allemand unissent leurs prières pour que, des deux côtés du Rhin, les œuvres de l’amitié remplacent pour toujours les malheurs de la guerre. »

L’UNESCO a classé la cathédrale en 1991. Elle accueille chaque année plus de 1,5 millions de visiteurs. On peut toujours y admirer ses 2303 statues, comme le célèbre ange au sourire.

ange au sourire