Une sélection de 74 citations de Clemenceau

Résumer la vie de Georges Clemenceau (1841 – 1929) relève de la gageure. Né sous la monarchie de Juillet, mort sous la IIIe République, Clemenceau fut médecin, journaliste, homme politique, écrivain, romancier…On connaît son engagement dans le camp des radicaux, sa défense vigoureuse de Dreyfus, ses multiples surnoms : le « premier flic de France », le « Tigre », le « père de la victoire », ses bons mots qui font autant de citations piquantes…On connaît moins ses livres ou son amitié avec Monet…

Bref, cet article vous propose 74 citations de Clemenceau qui vous permettront de briller dans vos soirées mondaines ou sur vos copies de concours !

 

Les citations avérées de Clemenceau 


citations de clemenceau

Clemenceau par Manet, 1880 | Wikipédia Commons

1. Messieurs, que nous le voulions ou non, que cela nous plaise ou que cela nous choque, la Révolution française est un bloc. […] Un bloc dont on ne peut rien distraire.

Intervention à la Chambre du 29 janvier 1891

Clemenceau, réagissant à la censure de Thermidor, une pièce de Victorien Sardou, affirme bien sûr que l’on ne peut pas faire un tri entre les « bons » et les « mauvais » dans la Révolution. Tous font partie du même mouvement historique. Clemenceau introduit en outre le mot « bloc » dans le vocabulaire politique français.

 

2. Les races supérieures ont sur les races inférieures un droit qu’elles exercent, ce droit, par une transformation particulière, est en même temps un devoir de civilisation. Voilà en propres termes la thèse de M. Ferry, et l’on voit le gouvernement français exerçant son droit sur les races inférieures en allant guerroyer contre elles et les convertissant de force aux bienfaits de la civilisation.

Races supérieures ? races inférieures, c’est bientôt dit ! Pour ma part, j’en rabats singulièrement depuis que j’ai vu des savants allemands démontrer scientifiquement que la France devait être vaincue dans la guerre franco-allemande parce que le Français est d’une race inférieure à l’Allemand. Depuis ce temps, je l’avoue, j’y regarde à deux fois avant de me retourner vers un homme et vers une civilisation, et de prononcer : homme ou civilisation inférieurs.

Race inférieure, les Hindous ! Avec cette grande civilisation raffinée qui se perd dans la nuit des temps ! avec cette grande religion bouddhiste qui a quitté l’Inde pour la Chine, avec cette grande efflorescence d’art dont nous voyons encore aujourd’hui les magnifiques vestiges !

Race inférieure, les Chinois ! avec cette civilisation dont les origines sont inconnues et qui paraît avoir été poussée tout d’abord jusqu’à ses extrêmes limites. Inférieur Confucius ! En vérité, aujourd’hui même, permettez-moi de dire que, quand les diplomates chinois sont aux prises avec certains diplomates européens… (rires et applaudissements sur divers bancs), ils font bonne figure et que, si l’un veut consulter les annales diplomatiques de certains peuples, on y peut voir des documents qui prouvent assurément que la race jaune, au point de vue de l’entente des affaires, de la bonne conduite d’opération infiniment délicates, n’est en rien inférieure à ceux qui se hâtent trop de proclamer leur suprématie.

Discours à la Chambre des députés : 31 juillet 1885

Intervention livrée in extenso, révélatrice d’un esprit qui semble bien en avance sur son temps. Clemenceau réagit ici à la justification par Jules Ferry dans son discours du 28 juillet 1885 de la politique coloniale des opportunistes. Pour Ferry, la politique coloniale se justifie : nécessité économique, patriotique, mais aussi mission civilisationnelle de la France. Clemenceau, en plus de rejeter cet argument, voyait dans la politique colonial l’abandon déguisé de la revanche contre l’Allemagne.

 

3. Ce que nous dénommons vérité n’est qu’une élimination d’erreurs.

Aux embuscades de la vie, 1903, p.99

 

4. On ne peut jamais savoir ce qu’il peut advenir d’un homme qui possède à la fois une certaine conception de ses intérêts et un fusil.

La mêlée sociale, 1909, p.191

5. Gouverner, c’est tendre jusqu’à casser, tous les ressorts du pouvoir.

Idem, p.264

La mêlée sociale est un recueil d’une centaine d’articles de Clemenceau publiés dans La justice, son journal, après sa défaite aux législatives de 1893. Dans cet ouvrage, il résume, peu ou prou, sa pensée politique, celle la gauche radicale, gauche républicaine mais ni socialiste, ni communiste.

 

6. L’homme absurde est celui qui ne change jamais.

Discours prononcé le 22 juillet 1917, p.79

 

7. Messieurs, je dis qu’il faut faire l’ordre à l’intérieur. Pour cela, il faut la loi : il n’y a pas de liberté sans loi et sans sanctions pour ceux qui transgressent le droit des autres. Le Gouvernement a pour mission de faire que les bons citoyens soient tranquilles, que les mauvais ne le soient pas et que les hésitants, que ceux qui ne savent pas, trouvent un point d’appui dans la loi.

Idem, p.105

 

Deux saillies d’un discours fleuve de plusieurs heures, par lequel Clemenceau s’affirme comme un vrai chef et gardien de l’ordre dans une France en plein conflit. La première citation est probablement une réminiscence. On la trouve en effet dans Ma justification, poème d’Auguste Marseille Barthélemy :

L’homme absurde est celui qui ne change jamais ;
Le coupable est celui qui varie à toute heure,
Et trahit, en changeant, sa voix intérieure.

 

8. Celui qui peut moralement tenir le plus longtemps est le vainqueur : celui qui est vainqueur, c’est celui qui peut, un quart d’heure de plus que l’adversaire, croire qu’il n’est pas vaincu.

Discours aux députés du 8 mars 1918

 

9. Politique intérieure : je fais la guerre ; politique étrangère : je fais la guerre. Je fais toujours la guerre ! Les Russes nous trahissent, je continue de faire la guerre. La malheureuse Roumanie est obligée de capituler : je continue de faire la guerre, et je continuerai jusqu’au dernier quart d’heure.

Dans ce discours, Clemenceau veut rassurer les députés, et les Français épuisés par presque 4 ans de guerre. En outre, 5 jours plus tôt, le 3 mars 1918, la Russie devenue bolchévique s’est retirée du conflit par le traité de Brest-Litovsk.

 

10. En définitive, les victimes des guerres sont mortes pour rien. Seulement, elles sont mortes pour nous.

11. Il est plus facile de faire la guerre que la paix.

Discours de Verdun, 14 juillet 1919

 

12. C’est ce qui fait la spontanéité de la confiance primitive accordée aux mystères des théologiens dont la métaphysique n’est qu’un raffinement d’anémie. La théologie, au moins, se fonde sur « l’autorité divine ». La métaphysique est en l’air. Nous ne pouvons que l’y laisser.

Au soir de la pensée, 1927, p.235

Au soir de la pensée, publiée chez Plon en 1927, est un ouvrage de philosophie dans lequel Clemenceau livre une réflexion sur des sujets très divers. Ce passage semble être une critique de Bergson.

 

Clemenceau et Jaurès, une joute

  • Jean Jaurès : Je constate, monsieur Clemenceau, que vous avez groupé contre nous l’unanimité enthousiaste de la Chambre, chaque fois qu’avec votre admirable vigueur de polémiste vous avez pris à partie le socialisme…
  • Clemenceau : Mais vous n’êtes pas le socialisme à vous tout seul, vous n’êtes pas le bon Dieu !
  • Jaurès : Et vous, vous n’êtes même pas le diable !
  • Clemenceau : Qu’en savez-vous ?…

Extrait d’un débat de 1906 à la Chambre, tiré d’un florilège produit par le site de l’Assemblée nationale

 

Clemenceau aurait aussi dit :

13. On reconnaît un discours de Jaurès au fait que tous les verbes sont au futur.

 

VOIR ICI : une sélection de 100 citations de Camus

 

Citations attribuées à Clemenceau


citations de clemenceau 2

Clemenceau en 1929, année de sa mort | Wikipédia Commons

Clemenceau reste célèbre pour son incroyable sens de la répartie. Ainsi, presque tous les Français connaissent un bon mot qu’on lui attribue. En voici un florilège :

 

Citations de Clemenceau sur les militaires et la guerre

14. Il suffit d’ajouter « militaire » à un mot pour lui faire perdre sa signification. Ainsi la justice militaire n’est pas la justice, la musique militaire n’est pas la musique.

15. La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires. 

Cité par Georges Suarez, Soixante années d’histoire française : Clemenceau

 

16. La plus petite unité de mesure de poids, c’est le milligramme, la plus petite unité de mesure de volume, c’est le millilitre, la plus petite unité de mesure de l’intelligence, c’est… le militaire !

17. L’honneur, c’est comme la virginité, ça ne sert qu’une fois.

18. Les dictatures militaires sont comme le supplice du pal : elles commencent bien, mais elles finissent mal.

 

Citations de Clemenceau sur la décision et l’action

19. Ce qui m’intéresse, c’est la vie des hommes qui ont échoué car c’est le signe qu’ils ont essayé de se surpasser.

20. Être vaincu vaut mieux que d’être vainqueur du côté des scélérats.

21. Il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire ; quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire.

22. Il faut d’abord savoir ce que l’on veut, il faut ensuite avoir le courage de le dire, il faut ensuite l’énergie de le faire.

23. La vie est une oeuvre d’art.

24. Ne craignez jamais de vous faire des ennemis ; si vous n’en avez pas, c’est que vous n’avez rien fait.

25. Ne réussissent que ceux qui osent oser.

26. Un homme qui doit être convaincu avant d’agir n’est pas un homme d’action.

27. Une vie est une oeuvre d’art. Il n’y a pas de plus beau poème que de vivre pleinement. Echouer même est enviable, pour avoir tenté.

28. Pour prendre une décision, il faut être un nombre impair de personnes, et trois c’est déjà trop.

29. Quand on est jeune, c’est pour la vie.

 

Citations de Clemenceau sur Félix Faure

30. Il voulait être César, il ne fut que Pompée.

Felix Faure (1841 – 1899), président de la République, serait mort, selon la rumeur, dans les bras de sa maîtresse… Mais ce n’est pas tout :

31. Félix Faure est retourné au néant, il a dû se sentir chez lui.

32. Cela ne fait pas un homme de moins en France, mais une place à prendre.

 

VOIR ICI : acompte ou accompte ? 

 

Citations de Clemenceau sur Aristide Briand

33. Il est capable de mentir même quand c’est inutile.

34. Même quand j’aurai un pied dans la tombe, j’aurai l’autre dans le derrière de ce voyou.

 

Citations de Clemenceau sur Georges Mandel, son chef de cabinet

Georges Mandel a été l’un des plus proches collaborateurs de Clemenceau et notamment son chef de cabinet en 1917. Pourtant…

35. Il n’a pas d’idées, mais il les défendrait jusqu’à la mort.

36. Quand je pète c’est lui qui pue.

 

Citations de Clemenceau sur la politique

37. En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables.

38. Il n’y a pas de repos pour les peuples libres ; le repos, c’est une idée monarchique.

39. La démocratie, c’est le pouvoir pour les poux de manger les lions.

40. La politique me fait l’effet d’un immense cabestan auquel sont attelés un grand nombre d’hommes pour soutenir une mouche.

41. La vie m’a appris qu’il y a deux choses dont on peut très bien se passer : la présidence de la République et la prostate.

42. On ne ment jamais tant qu’avant les élections, pendant la guerre et après la chasse.

43. Tout le monde peut faire des erreurs et les imputer à autrui : c’est faire de la politique.

44. Toute tolérance devient à la longue un droit acquis.

45. Un traître est celui qui quitte son parti pour s’inscrire à un autre ; et un converti, celui qui quitte cet autre pour s’inscrire au vôtre.

46. Une commission d’enquête pour être efficace, ne doit compter que trois membres, dont deux sont absents.

 

Citations de Clemenceau sur les fonctionnaires

47. La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.

48. Les fonctionnaires sont comme les livres d’une bibliothèque: ce sont les plus haut placés qui servent le moins.

49. Les fonctionnaires sont les meilleurs maris : quand ils rentrent le soir à la maison, ils ne sont pas fatigués et ont déjà lu le journal.

50. (Placardé au ministère de l’Intérieur, à son arrivée en 1906) Messieurs les employés sont priés de ne pas partir avant d’être arrivés.

51. Un escalier de ministère est un endroit où des gens qui arrivent en retard croisent des gens qui partent en avance.

 

Citations de Clemenceau sur les grands corps

52. Donnez-moi quarante trous du cul et je vous fais une Académie française.

53. Les polytechniciens savent tout, mais rien d’autre.

 

Citations de Clemenceau sur l’amour et les femmes

54. Il n’y a pas de vieux messieurs, il n’y a que des femmes maladroites.

55. Il y a des femmes tellement infidèles qu’elles éprouvent de la joie à tromper leurs amants avec leur mari.

56. Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier.

57. Les femmes vivent plus longtemps que les hommes, surtout quand elles sont veuves.

58. Même quand elles nous regardent tendrement dans les yeux, les femmes voient parfaitement les hommes qui passent derrière elles.

59. Si vous pénétrez dans la chambre d’une femme dont le mari est absent, elle vous traitera peut être de mufle, mais, si vous ne le faites pas, elle vous traitera d’imbécile.

 

Citations de Clemenceau sur l’anglais et l’Angleterre

60. L’anglais, ce n’est jamais que du français mal prononcé.

61. Qu’est-ce que l’Angleterre ? Une colonie française qui a mal tourné !

 

La fameuse citation de Clemenceau sur le général Boulanger

62. Il est mort comme il a vécu : en sous-lieutenant.

Si cruel…

 

La non moins fameuse citation de Clemenceau sur Lyautey

63. Voilà un militaire qui a des couilles au cul. L’ennui, c’est que ce ne sont pas toujours les siennes.

Cette expression s’est perdue, mais « avoir des couilles au cul » signifiait « être courageux ».

 

et sur Monet…

64. (Devant la dépouille de son ami, en 1926) Non! non! pas de noir sur Monet. Le noir n’est pas une couleur.

 

Miscellanées de citations de Clemenceau

65. Je connais un tas de types à qui je ne pardonnerai jamais les injures que je leur ai faites.

66. La France, pays où il est souvent utile de montrer ses vices, et toujours dangereux de montrer ses vertus.

67. La vanité humaine est si grande que le plus ignorant croit avoir besoin d’idées.

68. Le monopole, c’est le dogme.

69. Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous été remplacés.

70. Pour mes obsèques, je ne veux que le strict nécessaire, c’est-à-dire moi.

71. Quand on a du caractère, il est toujours mauvais.

72. Tango : on ne voit que des figures qui s’ennuient et des derrières qui s’amusent.

73. Une phrase française, ça se compose d’un sujet, d’un verbe et d’un complément direct. Et quand vous aurez besoin d’un complément indirect, venez me trouver.

74. (Au siège de l’Aurore) Les journalistes ne doivent pas oublier qu’une phrase se compose d’un sujet, d’un verbe et d’un complément. Ceux qui voudront user d’un adjectif passeront me voir dans mon bureau. Ceux qui emploieront un adverbe seront foutus à la porte.

 

Bonus


Archive incroyable tant la voix de Clemenceau paraît juvénile, alors qu’il est alors âgé de 81 ans.

 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

3 réponses

  1. Doutreligne dit :

    IIIe (et non IIIème) République. La culture générale se devrait de ne pas ignorer les règles typographiques.
    Cordialement

  2. Anonyme dit :

    Un recueil très agréable à lire, merci !

  3. Sayarh dit :

    Topissime !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *