« Acompte » ou « accompte » ? orthographe

On écrit : acompte.

Un acompte est un paiement partiel sur une somme due, en général le premier versement, qui engage et le vendeur et le consommateur. Le terme vient de « à compte », son ancienne graphie.

La confusion vient du fait qu’il existe en français des mots commençant par « ac » qui s’écrivent avec deux « c » (accord, accompagner, etc.). Il faut penser ici au « compte » uniquement.

Selon le Dictionnaire historique de la langue française, le terme est apparu dans sa forme moderne au XVIIIe siècle.

 

À lire ici : un « compte rendu » ou un « compte-rendu » ?

 

Exemples avec « acompte » 


Les contribuables doivent verser des acomptes provisionnels tout au long de l’année. 

Puisqu’il venait d’arriver dans la ville, son patron lui a versé un acompte sur son salaire pour lui permettre de se loger. 

      – Et je ne dis rien des billets souscrits par Monsieur, un de sept cents francs, un autre de trois cents ! Quant à vos petits acomptes, aux intérêts, ça n’en finit pas, on s’y embrouille. Je ne m’en mêle plus !

Flaubert, Madame Bovary

 

— Oui, c’est fini de te payer sur la bête, nous n’y passerons plus toutes, à tendre le derrière pour avoir un pain.
— Tiens ! je te dois six francs, veux-tu prendre un acompte ? moi, je veux bien, si tu peux encore !

Zola, Germinal

 

Paris a accepté de faire un grand pas en direction de Washington : l’exécutif décale le paiement des acomptes dus en France par les entreprises du numérique au titre de sa taxe dite « GAFA », confirme une source au ministère de l’économie, mardi 21 janvier.

Lemonde.fr

À lire ici : quelle est origine de l’expression « l’argent n’a pas d’odeur » ?

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *