Le svastika, ou croix gammée (Hakenkreuz en allemand), est le symbole politique adopté par le parti nazi (NSDAP, Parti national-socialiste des travailleurs allemands) comme emblème ou logotype. À ce titre, son utilisation est bannie dans la plupart des pays occidentaux, tacitement ou légalement, comme en Allemagne. En effet, l’article 86a du code pénal allemand (Strafgesetzbuch) interdit l’usage de tous les symboles nazis.

Le lien symbolique entre croix gammée et nazisme (ou racialisme) est toujours établi : au cours des manifestations « Unite the Right » d’août 2017 à Charlottesville aux États-Unis, certains néo-nazis et membres du Ku Klux Klan arboraient des croix gammées.

 

La croix gammée, le nazisme et l’Antiquité


origine croix gammee nazi svastika

L’utilisation de la croix gammée par des mouvements nationalistes allemands remonte à la fin du XIXe siècle. Au début des années 1870, l’archéologue Heinrich Schliemman pense découvrir le site de Troie, une des cités principales de l’épopée d’Homère, et de Mycènes. De nombreux svastikas y sont alors déterrés.

Parallèlement, ce même symbole est trouvé en nombre sur des sites archéologiques scandinaves.

Cette coïncidence alimente alors la théorie, en vogue dans les milieux nationalistes, selon laquelle les Allemands, ou plutôt la « race nordique » (le peuple indogermanique nordique ou les Aryens), aurait migré vers le Sud et aurait donné naissance aux grandes civilisations de l’Antiquité (Grecs et Romains). 

Plus généralement, le nationalisme allemand (et plus tard le parti nazi) essaie d’annexer culturellement les grandes civilisations antiques afin de se doter d’ancêtres plus prestigieux que les tribus germaniques. Toutes les grandes civilisations seraient en réalité des rejetons d’une race nordique originelle.

Ces opérations d’annexions culturelles sont décrites dans le livre de Johann Chapoutot, Le nazisme et l’AntiquitéAinsi, le théoricien du nazisme Alfred Rosemberg écrit :

Bien avant 3000 avant notre ère, les vagues de peuplement nordiques ont apporté ces signes [les croix gammées] en Grèce, à Rome, à Troie, en Inde.

La croix gammée évoque « l’honneur d’un peuple, l’espace vital, l’indépendance nationale, la justice sociale et la fertilité régénératrice de la vie ».

Avant l’émergence du nazisme, la croix gammée est ainsi adoptée par le mouvement gymnique allemand de Friedrich Ludwig Jahn (Turnverein), elle sert d’emblème aux antisémites baltes et autrichiens après la Première Guerre mondiale et est utilisée par Jörg Lanz von Liebenfels, fondateur de la revue Ostara, lue par Hitler dans sa jeunesse (Les Fascismes, Pierre Milza). La société secrète Thulé, à l’idéologie antisémite, l’utilise aussi comme emblème.

La croix gammée commence à faire son apparition dans les rassemblements du parti nazi dans les années 1920. Elle est présente sur les brassards du parti, devenus rapidement obligatoires pour les adhérents et elle est arborée sur les véhicules du putsch raté de la Brasserie de novembre 1923.

Hitler revendique le choix de la croix gammée et la création du drapeau nazi. Dans son autobiographie et programme politique Mein Kampf, il explique ce choix symbolique :

Moi-même, après d’innombrables essais, je m’arrêtais à une forme définitive : un rond blanc sur fond rouge, et une croix gammée noire au milieu. Dans le rouge nous voyons l’idée sociale du mouvement, dans le blanc l’idée nationaliste, dans la croix gammée la mission de la lutte pour le triomphe de l’Aryen et aussi pour le triomphe de l’idée du travail productif, qui fut et restera éternellement antisémite.

Vol. 2, chap. 7

La croix gammée est donc pour Hitler un symbole « d’aryanité » qui lie les Allemands à la race indogermanique, mais aussi un symbole antisémite.

Le choix de la croix gammée comme symbole du parti nazi a en outre un grand avantage : très simple, elle est aisément reproductible à des millions d’exemplaires. Très présente, elle permet la manipulation de masse, en servant de signal excitant destiné à provoquer une réaction nerveuse de soumission et des réflexes conditionnés (Le symbolisme et la propagande politique, Serge Tchatkhotine).

Avec l’arrivée au pouvoir de Hitler en 1933, sa diffusion de masse dans le pays commence. En 1935, avec les lois de Nuremberg, la croix gammée sur un fond blanc entourée de rouge devient l’emblème de l’État allemand. Le parti nazi commence son exercice de contrôle de la culture visuelle des Allemands.

Symbole de la liaison entre revendication de l’aryanité et antisémitisme, les lois de Nuremberg (c’est-à-dire la loi sur la citoyenneté du Reich et la loi sur la protection du sang allemand et de l’honneur allemand) excluent les Juifs de la citoyenneté allemande sur des fondements raciaux. Les mariages et les relations sexuelles entre Juifs et Allemands sont par exemple interdits.

 

Le svastika, un symbole mondial


La croix gammée est un symbole que l’on trouve dans de nombreuses cultures du monde, des civilisations précolombiennes au Japon.

En dehors des pays occidentaux, la croix gammée est un symbole à la connotation positive. Son caractère circulaire évoquerait le mouvement du Soleil dans le ciel.

Le terme « svastika » est originaire du sanskrit. Il signifie « vie heureuse » : il est associé à la chance. C’est un symbole sacré dans les grandes religions indiennes, le bouddhisme, l’hindouisme et le jaïnisme. On le trouve apposé sur les statues de nombreux dieux, notamment sur le torse de bouddhas.

Au Japon, la croix gammée, nommée manji, peut symboliser l’énergie, l’amour, la sagesse ou la compassion. Sur les cartes de Google Maps, le symbole manji permet de signaler la présence d’un temple bouddhiste.

croix gammee japon manji