15 mars 1850 : loi « Falloux » & liberté de l’enseignement

Adrian

http://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. monique dit :

    Au fond, le Pouvoir, quel qu’il soit, a toujours compris que les enfants étant malléables à souhait, il est difficile et ‘dangeureux pour Lui, de leur laisser la liberté de penser, si jamais existe une totale liberté de penser, car ils pourraient se révolter et le renverser, et Il a donc, et encore aujourd’hui, quoique l’on pense!, cherché à le ‘propagandiser’ d’une façon manifeste ou nimbée. Il suffit de se rappeler la fallacieuse accusation contre Socrate, suivie de sa condamnation à mort qui n’a certes pas trompé son monde, lequel, comme lui-meme dit, se serait vite rebellé au Pouvoir qui l’avait condamné, pour comprendre que rien ne change jamais, ou presque rien. Toutefois, pour moi, ce ‘presque’ est déjà un progrès. Espérons-le. monique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *