Mentir comme un arracheur de dents : sens et origine

Mentir comme un arracheur de dents signifie mentir effrontément.

 

Origine de l’expression « mentir comme un arracheur de dents »


mentir comme un arracheur de dents expression

L’Arracheur de dents, Caravage, 1608 (détail) | Wikimedia Commons

Le sentiment qu’on a pour la plupart des bienfaiteurs, ressemble à la reconnaissance qu’on a pour les arracheurs de dents. On se dit qu’ils vous ont fait du bien, qu’il vous ont délivré d’un mal, mais on se rappelle la douleur qu’ils ont causée, et on ne les aime guère avec tendresse.

Chamfort, Maximes et pensées, CCXCVII

Cette expression fait probablement référence aux boniments de ces anciens praticiens qui allaient de ville en ville et mentaient sur le caractère indolore de l’arrachage. La médecine, et les professions du soin, font alors l’objet de satires qui moquent leur inefficacité.

L’expression est donc ancienne. On la retrouve dans un texte du XVIe siècle de Henri-Corneille Agrippa (1486 – 1535) :

[…] on dit communément en plusieurs lieux quand on veut signifier quelque grand bailleur de bayes et menteur insigne, qu’il ment comme un médecin, ce qu’aucun, voulant un peu révérer les médecins, détournent, et disent, il ment comme un arracheur de dents.

On la retrouve dans le dictionnaire de Furetière (XVIIe siècle) :

s. m. qui ne se dit gueres que des Charlatans qui se meslent d’arracher les dents : & on dit proverbialement, Il est menteur comme un arracheur de dents. On appelle aussi par injure ces gens qui remontent les bateaux avec une corde attachée au col, qui sont obligés de se courber jusqu’à terre, des arracheurs de persil.

Exemples :


Les eaux de Carlsbad sont, assure-t-on, bonnes pour le foie et mauvaises pour les dents. Quant au foie, je n’en sais rien ; mais il y a beaucoup d’édentés à Carlsbad ; les années plus que les eaux sont peut-être coupables du fait : le temps est un insigne menteur et un grand arracheur de dents.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe
Elle est rentrée au bloc pour se faire retirer quatre dents, on lui en a extrait onze. Elle demande réparation au centre hospitalier de Tulle devant le tribunal administratif de Limoges.

« Dans cette affaire, l’expression menteur comme un arracheur de dents prend tout son sens », a estimé devant le tribunal administratif de Limoges maître Jean Valiere-Vialeix, avocat de la plaignante.

Lamontagne.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *