378 Vues
Enregistrer

C’est la fin des haricots : définition & origine (expression)

Publié le 18/12/2019
0 commentaire

« C’est la fin des haricots » signifie que rien ne va plus, que la situation a atteint un comble. C’est la fin de tout, il n’y a plus rien à espérer.  Cette expression est familière.

C’est la fin des haricots : l’origine de cette expression

L’origine de cette expression, datant probablement du début du XXe siècle, est obscure. On en trouve les premières occurrences dans la presse des années 1920 : 

La parole de Souchard fut entendue puisque, en effet, le vent commença à se faire sentir. Et ce fut « la fin des haricots » pour le malheureux Frémont !

Paris-Midi, 27 mai 1928

On peut supposer avec le Dictionnaire des expression et locutions qu’une fois que l’on manquait même de haricots, aliment de secours dans les familles, les collèges, les casernes ou les internats, on pouvait considérer que la fin, ou la misère, était venue. C’est la dernière avanie avant la fin. L’expression « des haricots » signifie d’ailleurs « rien ». Selon une hypothèse, sans réelle source, le haricot, légumineuse qui se conserve bien, était le dernier aliment consommé sur les bateaux. 

Duneton rappelle que le haricot avait autrefois une autre signification, aujourd’hui perdue : il désignait un ragoût, le haricot de mouton, dont le nom est dérivé de harigoter, « couper en morceaux, mettre en lambeaux », sans que cette information nous renseigne sur l’origine de l’expression. Il suppose que « la fin des haricots » pourrait venir de l’époque des tranchées, pendant la Première Guerre mondiale (1914 – 1918). 

Frédéric Dard (1921 – 2000), qui aime faire usage de l’argot, a nommé un San Antonio selon cette expression (1968).

Exemples

  • Quand il vit l’eau envahir son magasin, puis la rue, puis tout le quartier, elle sentit que c’était, là, irrémédiablement, la fin des haricots, et qu’il n’y avait plus rien d’autre à faire de raisonnable que de fuir pour sauver sa vie.

Dans le sens opposé à cette flèche du temps qui va du big bang à la fin des haricots et de notre naissance à notre mort, l’avenir n’est nulle part avant de se changer en présent, puis en passé. 

D’Ormesson, C’est une chose étrange à la fin que le monde

À lire

  • Claude Duneton, La Puce à l’oreille
  • Robert, Dictionnaire des expressions et locutions