412 Vues
Enregistrer

« Postuler à » ou « postuler pour » ? ✍️

Publié le 29/09/2022
0 commentaire

L’Académie française et certains puristes rejettent l’usage de la construction transitive indirect (qui introduit un COI) « postuler à » ou « postuler pour » (un emploi le plus souvent). En effet, le verbe postuler est, dans le sens de « être candidat à un emploi, faire les démarches pour obtenir un poste » transitif direct (il introduit un COD). Il faudrait donc dire :

  • je postule un emploi de chargé de projet dans votre entreprise ;
  • pour cette raison, j’ai décidé de postuler le poste manager qui vient de se libérer.

Dans un autre contexte, on pourrait dire, par extension : « Cette équipe postule la première place du championnat. »

Toutefois, cette construction ne semble pas très usuelle dans le français d’aujourd’hui, sauf chez certains érudits. Elle paraît peut-être peu naturelle aux oreilles des locuteurs, ou même fausse. « Postuler à » ou « pour » sont en revanche des tournures courantes, la première un peu plus que la seconde. Elles sont peut-être appelées à s’enraciner. Il n’y a pas matière à préférer l’une à l’autre puisqu’elles sont considérées toutes deux comme incorrectes au regard de la norme. Le TLF remarque l’usage sans se prononcer sur sa validité tandis que le Robert l’enregistre sans le contester. Exemples d’emplois :

  • Comment postuler à une place d’apprentissage ? (admin.ch)
  • L’entreprise m’a écrit très rapidement à propos du poste pour lequel j’avais postulé.

À défaut, on peut employer des synonymes, comme « être candidat à », « poser sa candidature », « se présenter » ou « demander ». L’usage du verbe « candidater » est très critiqué.

Postuler est un terme emprunté au XIIIe siècle au latin postulare, « demander », notamment « demander en justice », et a d’abord été employé au sens juridique (comme verbe intransitif) de « représenter une partie et faire pour elle les actes de procédure nécessaires ». L’emploi transitif du verbe se développe, selon le Dictionnaire historique de la langue française, au XIVe siècle, au sens de « faire les démarches pour obtenir quelque chose ».