198 Vues
Enregistrer

« Un agrume » ou « une agrume » ? le genre du mot

Publié le 07/10/2022
0 commentaire

Agrume est nom masculin selon les dictionnaires usuels. On dit donc « un agrume ». Le genre du mot agrume n’est toutefois pas fixé dans l’esprit de la plupart des francophones, et le féminin « une agrume » ne choque pas, d’autant plus qu’il est souvent employé au pluriel (les/des agrumes). En effet, ce terme n’est récent, sous cette forme, que depuis le XXe siècle, où il a pris son sens moderne (les occurrences commencent à être nombreuses dans les années 1930). Le Grand Dictionnaire Larousse universel du XIXe siècle (1864) avait enregistré le terme comme un nom féminin, mais le définissait comme une « hortie » et « une espèce de prune employée pour faire des pruneaux d’Agen ». Le Littré (1863), quant à lui, ne relève pas le terme. Selon le TLF, le singulier renvoie en effet à l’espèce de prune, tandis que le pluriel renvoie aux fruits du genre citrus. Le Bon Usage affirme, après enquête des auteurs sur place, que ce mot n’existe pas dans la région. Le TLF nous apprend en outre que l’Académie lui avait d’abord attribué le genre féminin, avant de changer pour le masculin. « Agrume » ne figure dans ce dictionnaire que depuis sa 9e édition (en cours de rédaction). Il est présenté comme un masculin pluriel, bien qu’on trouve couramment dans l’usage le singulier pour désigner un fruit du genre citrus.

Le Bon Usage relève une occurrence d’agrume au féminin chez Henri Troyat (La Rencontre; 1958, « Toutes les agrumes […] »).

Toutefois, « une agrume » ne semble pas exister dans l’usage (Google ne renvoie par exemple qu’un nombre très faible de résultats pour « une agrume », et N-Gram ne relève pas d’occurrence pour ce féminin).

Agrume a été emprunté au XIXe siècle à l’italien agrume, nom qui est aussi masculin. Il est lui-même dérivé du latin médiéval acrumen, « fruit de saveur acide » (Dictionnaire historique de la langue française), « pommier sauvage, herbe piquante, etc. » (DMLBS), venant de acer, « perçant, pénétrant, âpre, rude ». Le suffixe latin -umen, marque du neutre, devrait naturellement être par traduit par le masculin en français selon Albert Dauzat (cf. TLF). Le Dictionnaire du moyen français nous apprend l’existence d’une forme médiévale, aigrun, nom masculin lui aussi, qui désignait « toutes espèces de fruits ou de légumes à saveur aigre ». On le trouve notamment de le Dictionnaire de Trévoux (« AIGRUN. s. m. Vieux mot, qui se dit de toutes sortes d’herbes fortes, & de fruits aigres »). Le mot est donc bien antérieur au XIXe siècle, mais rare à partir du XVIe siècle au moins. On le trouve chez Hugo (Choses vues) :

À l’hôtel Saint-Pol, Isabeau de Bavière mangeait de l’aigrun, c’est-à-dire des oignons de Corbeil, des « eschaloignes » d’Étampes, et des gousses d’ail de Grandeluz

Exemples pour « agrume » au masculin :

  • La clémentine est un agrume qui a été inventé par un religieux, le frère Clément.
  • Or aujourd’hui le terme bergamote ne désigne pas une poire mais un agrume à la peau épaisse et de la taille d’un citron […] (Henriette Walter, Les petits plats dans les grands)