Qui est le premier homme sur terre ?

Le premier Homme moderne, c’est-à-dire Homo sapiens, terme scientifique latin qui signifie « homme sage, intelligent » et qui correspond aux êtres humains d’aujourd’hui, apparaît il y a environ 300 000 ans. Un crâne d’Homo sapiens découvert à Djebel Irhoud, au Maroc a été daté d’il y a 315 000 ans. La boîte crânienne de cet Homo sapiens est toutefois plus allongée que celle des hommes d’aujourd’hui, ce qui apporte un témoignage sur notre évolution anatomique progressive. En outre, notre espèce a présenté une grand diversité de caractéristiques aux premiers temps de son émergence. Les plus anciens restes d’homo sapiens qui présentent une anatomie moderne datent d’il y a 195 000 ans (deux crânes à Omo Kibbish en Éthiopie) et 160 000 ans (un crâne à Herto en Éthopie). Le crâne et le cerveau identiques à ceux de nos contemporains n’émergent cependant que vers – 100 000 environ. Tous les hommes d’aujourd’hui sont les descendants d’une population d’Homo sapiens qui a s’est répandu progressivement hors d’Afrique à partir de -60 000. Ces Homo sapiens se sont mélangés à d’autres espèces du genre humain, notamment avec l’homme de Denisova (Homo denisovensis) et l‘homme de Néandertal, dont on a trouvé des gènes chez toutes les populations non-africaines (3 à 6% du génome des populations océaniennes est hérité de l’homme de Denisova, 1 à 3% du génome des Eurasiens est hérité de l’homme de Néandertal). L’homme de Néandertal, qui a vécu de -300 000 à -30 000 environ, a donc cohabité avec Homo sapiens au point de se mêler à lui par des unions charnelles.

Homo sapiens est le dernier représentant de ce que l’on nomme la « lignée humaine », terme qui désigne le cheminement de l’évolution des différentes espèces semblables à Homo sapiens. La lignée humaine regroupe ce que l’on nomme les homininés (hominina en latin), catégorie qui regroupe des espèces bipèdes et qui ont un crâne au-dessus de la colonne vertébrale. Les homininés sont une sous-catégorie (plus précisément une « sous-tribu ») de la famille des hominidés (hominidae en latin), qui rassemble aussi les grands singes (chimpanzés, gorilles, orangs-outangs), et les ancêtres communs des représentants actuels de cette famille. La lignée humaine et des grands singes s’est peut-être séparée il y a 10 millions d’années (mais les estimations varient). Les grands singes ne sont pas nos ancêtres mais nos cousins.

Le plus ancien homininé connu (le plus ancien découvert à ce jour) est Toumaï, découvert au Tchad en 2001. Il a vécu il y a 7 ou 7,2 millions d’années. Sa découverte a donné lieu à la création de l’espèce Sahelanthropus tchadensis. Son crâne est de la taille de celui d’un chimpanzé, il avait une alimentation végétale et mesurait environ 1 mètre pour 35 kilos. La seconde espèce la plus ancienne a été définie d’après la découverte en 2000 dans les collines de Tugen au Kenya d’Orrorin (Orrorin tugenensis), qui a existé il y a 6 millions d’années. Viennent ensuite deux espèces du genre  ardipithèque (ardipithecus), l’ardipithecus ramidus, qui a vécu il y a environ 4,4 millions d’années en Éthiopie, et l’ardipithecus kaddaba. D’autres espèces apparaissent ensuite (les australopithèques, le Kenyanthropus, etc.). L’INRAP propose une frise chronologique des homininés sur son site.

Le genre Homo, le genre humain, a été inventé par Carl von Linné en 1758, avec un seul représentant, Homo Sapiens. Le genre s’est enrichi grâce aux nombreuses fouilles archéologiques, et continue à l’être. Des restes non classifiés d’individus appartenant à Homo ont été datés d’il y a 2,8 millions d’années. La première espèce connue du genre Homo est cependant Homo habilis. Cette espèce a vécu pendant une période s’étendant de 2,3 à 1,4 millions d’années environ avant notre époque. Elle a été décrite pour la première fois dans un article de la revue Nature publié en 1964, après la découverte de fossiles en Éthiopie à partir de 1959 (par Louis et Mary Leakey). Elle a été qualifiée d’ « habilis » par les auteurs de l’article, ce qui veut dire « habile » en latin, parce que l’on a trouvé des outils en pierre à côté des restes, et qu’on la considérait donc, à tort, comme le premier artisan. On sait cependant aujourd’hui que les autralopithèques et les paranthropes fabriquaient des outils. En outre, la classification de cette espèce dans le genre homo n’en fait pas forcément un Homme, cette dernière notion étant difficile à définir. Homo rudolfensis est une espèce contemporaine découverte au Malawi et au Kenya, mais des débats courent sur sa différence avec Homo habilis.

De nombreuses espèces du genre Homo ont suivi, notamment Homo erectus, dont l’existence s’est étirée d’environ -1,6 millions d’années jusqu’à -100 000 ans avant notre ère. C’est notamment chez lui que l’on a repéré les plus anciens foyers construits de feu, daté de -450 000 ans. Les plus anciens restes d’espèces du genre Homo retrouvés en France appartiennent aussi à hHmo erectus (deux dents, datant d’il y a environ 500 000 ans). 

À lire

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Herrmann-Auclair dit :

    Excellent article! Bravo pour les thèmes choisis.

  2. Adrien dit :

    Il y a plusieurs contradictions dans ces recherches. Tous les jours, je me rends compte que les chercheurs ne travaillent pas bien du tout. Je suis le seul humain doté de la logique ou quoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.