128 Vues
Enregistrer

Des « yeux vairons » ou « yeux vairon » ? au pluriel

Publié le 21/10/2021
0 commentaire

On écrit : des yeux vairons. Parmi les adjectifs de couleurs, le cas de « vairon », qui qualifie surtout les yeux, est particulier. En effet, cet adjectif change de sens selon qu’il est employé au singulier ou le pluriel (selon Le Bon Usage). Au singulier, il signifie « dont l’iris est cerclée de blanc » (parce que dépigmentée, souvent pour les chiens et les chevaux). Exemple : « Une dépigmentation totale ou partielle de l’iris de l’œil peut donner à celui-ci un aspect gris clair, presque blanc, sans diminution de la vision : c’est l’œil vairon. » (Jacques Gendry, Le Cheval). Au pluriel, il signifie « dont les deux iris sont d’une couleur différente » (une personne ou un animal à des yeux de couleurs différentes). C’est l’emploi le plus courant. On parle aussi, dans un registre plus scientifique, d’hétérochromie. Exemples : 

  • « C’était un homme pansu, avec un nez rouge, des yeux vairons et un sourire qui lui faisait le tour de la tête (Gautier, Mademoiselle de Maupin)
  • « […] un chat tout blanc aux yeux vairons dort dans la chambre de Smautf […] » (Perec, La Vie mode d’emploi)

Le TLFi remarque que « vairons » veut parfois dire que la couleur des yeux est indécise, changeante.

  • « Fort laid, les yeux petits, vairons et troubles, le nez gros et bulbeux, ce prince de vingt-six ans tenait mal sur ses jambes décharnées et cagneuses » (A. France, Vie de Jeanne d’Arc)

À lire ici : retrouvez les règles d’accord des adjectifs de couleur

Son féminin, vairone, est très rare et d’usage spécialisé.

Vairon est dérivé d’un terme de blason, vairé, « bigarré ». Vairon (comme nom) a désigné notamment un petit poisson d’eau douce de plusieurs couleurs (cf. Dictionnaire historique de la langue française). Il a aussi servi à qualifier (comme adjectif) un cheval à robe tachetée (un cheval vair), puis tout animal au pelage varié.

Remarque : les yeux pers sont des yeux d’un bleu foncé, presque violets.