Zeugma (zeugme) : définition simple et exemples | Figure de style

Le zeugma (ou zeugme, ou attelage) est une figure par laquelle on adjoint à un terme (un verbe, une préposition) deux compléments de nature différente, par la syntaxe ou par le sens. Ces deux compléments sont coordonnées ou juxtaposés.

Exemple

Il y a comme un élément central (par exemple le verbe « meubler »), auquel se rattachent plusieurs autres éléments dissemblables (« une chambre » et « la conversation »).

[…] ces cadeaux qui meublent une chambre et la conversation mais auxquels la réalité actuelle ne correspond pas.

Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs

Proust associe à « qui meublent » deux compléments de nature différente :

  • un complément direct concret : « meubler une chambre »
  • une expression idiomatique abstraite : « meubler une conversation ». 

Le verbe meubler est employé dans deux sens différents. 

Le zeugme permet d’éviter une répétition (celle du verbe « meubler »). Le zeugme est donc une forme d’ellipse.

Voir ici : les principales figures de style de la langue française.

 

Autre exemple

Le ciel s’est couvert de rage et de plumes

Queneau, Le ciel s’est couvert

« S’est couvert » est associé à un terme concret (« le ciel s’est couvert de plumes ») et un terme abstrait (« le ciel s’est couvert de rage »).

 

Les différents types de zeugmas


zeugma definition exemples

Zeugma syntaxique et zeugma sémantique

On parle de zeugma syntaxique quand les compléments liés n’ont pas la même nature grammaticale (ils ne se construisent pas de la même façon), et de zeugma sémantique quand on rapproche un terme concret et un terme abstrait, ou un terme pris au sens propre et un terme pris au sens figuré.

Zeugma syntaxique :

Il croyait, je n’ose dire à la providence, mais bien du moins à son étoile, et qu’un certain bonheur lui était dû tout comme l’air aux poumons qui le respirent. 

Gide, Les Faux-Monnayeurs

Le verbe « croyait » est associé à un complément d’objet indirect (« à son étoile ») et à un complément direct (« qu’un certain bonheur lui était dû »).

Zeugma sémantique :

Vêtu de probité candide et de lin blanc.

Hugo, Légende des siècles, Booz endormi

« Vêtu » est associé à un terme abstrait (« de probité candide ») et à un terme concret (« de lin blanc »). Ce vers tient aussi de la syllepse.

 

Zeugma temporel

On peut parler de zeugma temporel lorsque deux verbes de temps différents s’appliquent à un même sujet.

Des lapins sortirent de leurs terriers et broutaient le gazon.

Flaubert, Bouvard et Pécuchet

Nous avons ici une succession du passé simple et de l’imparfait.

 

Zeugma simple et zeugma composé

Le mot sous-entendu est le même que le mot exprimé dans le zeugma simple, alors que le mot sous-entendu diffère du mot exprimé dans le zeugma composé

Zeugma simple :

Je renonce à la Grèce, à Sparte, à son empire,
À toute ma famille ;

Racine, Andromaque, V, 3, Hermione

Le terme sous-entendu devant « à Sparte », « à son empire », « à tout ma famille » est toujours « je renonce ». 

Zeugma composé :

Je dépeuple l’État des plus heureux monarques ;
Le foudre est mon canon, les Destins mes soldats :

Corneille, L’Illusion comique, II, 2, Matamore

Le terme sous-entendu n’est pas « est » mais « sont », à peine de commettre une faute grammaticale.

 

Différence avec l’attelage

On parle aussi d’attelage avec Morier, qui désigne sous ce terme le zeugma sémantique, c’est-à-dire l’association d’un terme concret et d’un terme abstrait.

 

Quel effet ?


Le zeugma crée une fausse naïveté, de l’innocence, et teinte la langue d’une couleur enfantine :

Tout jeune Napoléon était très maigre et officier d’artillerie.
Plus tard il devint empereur.
Alors il prit du ventre et beaucoup de pays.

Prévert, Paroles, Composition française

Cette figure de style, par la répétition forcée qu’elle opère, surprend le lecteur. Elle reste difficile à pratiquer dans la langue française selon Henri Suhamy, et est parfois prisonnière de sa visée humoristique. 

 

Étymologie de zeugma


Zeugma vient du grec zeugma, qui signifie « lien, jonction » et au figuré « joug », dérivé de zeugnunai, « unir, joindre, mettre sous le joug ».

 

Exemples de zeugmas


 

Ah ! savez-vous le crime, et qui vous a trahie ?

Racine, Didot, V, 4, Égine

 

Quoi ! vous parlez encore de vengeance et de haine
Pour celle dont vous-même allez faire une reine ?

Corneille, Rodogune, II, 2 Laonice

Il y a ici licence poétique : « haine pour » est correct, mais « vengeance pour » ne s’emploie pas. 

 

Vous régnez ; Londres est libre et vos lois florissantes

Voltaire

Zeugma composé : le terme sous-entendu n’est pas « est », mais « sont ».

 

J’ai dit mon retour à Combourg et comment je fus accueilli par mon père.

Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe

 

L’air était plein d’encens et les prés de verdures

Hugo, Les Rayons et les ombres, Tristesse d’Olympio

Zeugma composé encore :  le terme sous-entendu n’est pas « était », mais « étaient ».

 

Vos veuves aux fronts blancs, lasses de vous attendre,
Parlent encor de vous en remuant la cendre
De leur foyer et de leur cœur !

Les Rayons et les ombres, Oceano Vox

 

Ils savent compter l’heure, et que leur terre est ronde.

Musset, Namouna

 

Foules d’un pied léger et d’un regard serein.

Baudelaire, Fleurs du mal, Je te donne ces vers

 

Tandis qu’une folie épouvantable broie,
Et fait de cent milliers d’hommes un tas fumant.

Rimbaud, Le Mal

« Cent milliers d’hommes » est complément direct de broie, et complément indirect de « fait ».

 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours

Apollinaire, Alcools, Le Pont Mirabeau

Licence poétique : coule a deux sujets, « la Seine » et « nos amours ».

 

Je ne dépense un peu que pour la nourriture, parce que j’ai l’estomac fragile et horreur du graillon

Jules Romain, Les Hommes de bonne volonté

 

Tout tremblait dans l’immense édifice et soi-même des pieds aux oreilles possédé par le tremblement,

Céline, Voyage au bout de la nuit

Dans cet extrait, il n’y a pas de reprise de tremblait.

 

Par Desproges

Les zeugmes créés par Pierre Desproges (1939 – 1988) illustrent bien la puissance humoristique du zeugme.

En achevant ces mots, Damoclès tira de sa poitrine un soupire et de sa redingote une enveloppe jaune et salie.

 

Après avoir sauté sa belle-soeur et le repas du midi, le Petit Prince reprit enfin ses esprits et une banane.

 

Prenant son courage à deux mains et sa winchester dans l’autre, John Kennedy se tira une balle dans la bouche

 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

4 réponses

  1. Arezki BEWDIA dit :

    La notion de zeugme est un peu difficile à avaler et plus encore à retenir.

  2. Michel Potay dit :

    J’ai 91 ans et je n’avais plus entendu parler de zeugma depuis le lycée Hoche, mon adolescence (tiens ! un zeugma).
    Merci de m’apporter ce vent frais de ma jeunesse.

  3. wilbaya dit :

    Serge Gainsbourg Ce mortel ennui (1964)
    « Le jour où j’aurai assez d’estomac et de toi »
    « je ne veux pas d’ennui avec ma conscience et ton père. »..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *