Paradoxe : définition simple et exemples | Figure de style

paradoxe definition exemples

Blaise Pascal, maître du paradoxe

Lecteurs vulgaires, pardonnez-moi mes paradoxes : il faut en faire quand on réfléchit ; et quoi que vous puissiez dire, j’aime mieux être homme à paradoxes qu’homme à préjugés.

Rousseau, L’Émile, Livre II

Paradoxe : définition simple


Le paradoxe est un procédé par lequel on énonce une idée contraire à l’opinion commune. En effet, ce terme vient du grec :

  • para : « contre »
  • doxa : « opinion »

Exemple :

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

Ce célèbre aphorisme, qui associe dans une antithèse les termes « ange » et « bête », est un paradoxe : on pense spontanément que celui qui fait l’ange, c’est-à-dire celui qui fait l’effort de bien se comporter, est une personne bonne. Cependant, Pascal nous dit que lorsque l’on fait l’ange, on finit toujours par développer des comportements mauvais. En réalité, seul Dieu est parfait : l’homme n’est qu’un pécheur moyen, ni complètement bon, ni complètement mauvais. 

Un paradoxe est une figure de style dans la mesure où des idées ou des mots ordinairement opposés sont rassemblés d’une manière originale. Ces associations surprenantes frappent l’esprit. 

Autre exemple :

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.

Matthieu 5 : 3, Bible de Jérusalem

Cette sentence tirée des Béatitudes paraît de prime abord paradoxale. En effet, les propositions apparemment contradictoire « Heureux » et « les pauvres en esprit » (c’est-à-dire les pauvres, les humbles) sont ici associées. Jésus renverse en effet l’ordre établi : c’est aux humbles, aux pauvres, que revient le Royaume des Cieux, alors que la Terre est dominée par les riches et les puissants. 

 

Le paradoxe, une figure de l’opposition

Le paradoxe déroute puisqu’il choque l’opinion admise. Derrière lui se cache une intention provocatrice, celle de choquer, de heurter le sens commun. Par là, le paradoxe invite ou force à la réflexion (souvent morale).

Le paradoxe est un procédé rhétorique efficace qui permet à l’orateur de s’imposer à son auditoire en adoptant une posture non-conformiste. Celui qui l’énonce remplit le rôle de celui qui fait réfléchir au-delà des idées reçues, il surprend, il révèle ce qui était jusque là inconnu.

 

Paradoxe et antilogie

Lorsqu’un paradoxe est volontairement faux, on peut parler d’antilogie, c’est-à-dire une contradiction entre plusieurs idées dans d’un même discours.

On ne montre que ce qui n’est pas sûr, pour inspirer confiance.

Jarry, La Chandelle verte

 

Étymologie de paradoxe


Paradoxe vient du grec :

  • para : « contre »
  • doxa : « opinion »

 

Exemples de paradoxes


Nul n’est méchant volontairement.

Socrate

 

Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers.

Matthieu, 20:16

 

Nous proclamons la mort du Seigneur

Paul de Tarse et formule courante dans le rite de l’Église catholique

Proclamer la mort du Seigneur est paradoxal pour ceux qui ont foi en lui. En réalité, la mort de Jésus annonce sa résurrection. 

 

C’est puer que de sentir bon

Montaigne, Essais, LV, Des senteurs

À l’époque de Montaigne, on met du parfum pour masquer les mauvaises odeurs corporelles.

 

Adieu : je vais chercher au milieu des combats
Cette immortalité que donne un beau trépas.

Corneille, Polyeucte, II, 2, Sévère

 

La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique.

Pascal, Pensées, 103

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

0

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

1

Le paradoxe, comme on peut le lire ici, peut revêtir une dimension ironique (quel fardeau de n’avoir rien à faire !) mais aussi morale : c’est un fardeau, en effet, de ne pas trouver sa place dans le monde. 

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

2

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

3

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

4

Pour une explication de cette citation, cliquez ici.

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

5

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

6

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

7

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

8

 

L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête.

Pascal, Pensées, 572

9

 

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.

Matthieu 5 : 3, Bible de Jérusalem

0

 

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.

Matthieu 5 : 3, Bible de Jérusalem

1

 

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.

Matthieu 5 : 3, Bible de Jérusalem

2

 

Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume des Cieux est à eux.

Matthieu 5 : 3, Bible de Jérusalem

3

Le paradoxe que l’on trouve dans ce slogan sert le régime totalitaire décrit par Orwell. Le totalitarisme cherche à faire croire aux pires absurdités. 

Adrian

Étudiant et passionné par les sciences humaines. N'hésitez pas à me contacter :)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. la lumière n’est pas si il n’y a pas d’ombre

  1. 06/11/2017

    […] est finalement énoncé avec force : la prétérition cache pour mieux montrer. Elle tient donc du paradoxe. Elle expose à moitié quelque chose qui semble secret : la curiosité des auditeurs est […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *