À bon escient : définition & origine [expression]

À bon escient signifie : avec discernement, à raison, à propos. 

 

À bon escient : origine de l’expression


« Escient » (entendement, conscience) est un calque du latin sciente (sachant), dérivé de scire, « savoir », qui a par exemple donné la locution me sciente (à mon escient, en connaissance de cause).

L’expression « à bon escient » est donc très ancienne. Elle signifiait autrefois « sciemment », véritablement :

L’enfant qui estait sage de son aage, contrefist tres bien le malade, & tellement que ses gardes, qui cuydoyent que ce fust a bon escient, ne feirent pas grand force de le garder. 

Les Croniques et annales de France, 1562 – 1566

 

Les femmes ont tant usé, & usent journellement de larmes feintes, que quand elles pleurent à bon escient […]

Guillaume La Perrière, Le miroir politique, 1567

 

Dans l’extrait suivant, Montaigne l’emploie dans un sens identique à celui qu’à l’expression aujourd’hui :

Je ne sçay parler qu’en bon escient, et suis du tout denué de cette facilité, que je voy en plusieurs de mes compaignons, d’entretenir les premiers venus et tenir en haleine toute une trouppe, ou amuser, sans se lasser l’oreille d’un prince de toute sorte de propos, la matiere ne leur faillant jamais, pour cette grace qu’ils ont de sçavoir employer la premiere venue, et l’accommoder à l’humeur et portée de ceux à qui ils ont affaire.

Montaigne, Essais

« À mauvais escient » existe mais est plus rare : 

Ces accessoires, relativement peu chers, vont sans doute connaître un petit succès grâce à l’offensive marketing de Samsung (et bientôt d’Apple ?). Or ils peuvent facilement être utilisés à mauvais escient, afin d’espionner une personne.

Numerama.com

Voir ici : pourquoi dit-on « se faire un sang d’encre » ?

 

Un exemple


On regretta d’autant plus d’avoir laissé à Paris, par crainte de l’abîmer, le stéréoscope. Seul, M. Bloch, le père, avait l’art ou du moins le droit de s’en servir. Il ne le faisait du reste que rarement, à bon escient, les jours où il y avait gala et domestiques mâles en extra.

Proust, À la recherche du temps perdu

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *