Le chef-lieu et la préfecture de la région Bretagne est Rennes.

Le conseil régional (« l’assemblée de la région ») et le préfet de région de la Bretagne y siègent.

Rennes est donc considérée, en raison de ce statut, comme la capitale de Bretagne. En effet, la capitale est généralement la ville où se siège le pouvoir.

Cependant, la Bretagne n’est plus un État indépendant. Elle n’a pas de capitale comme les États souverains. La notion de capitale, en parlant de la Bretagne, peut donc recouvrir une autre réalité : soit la ville qui est le siège historique du pouvoir dans la région, soit la ville qui a connu le plus bel épanouissement de la culture régionale soit la ville qui est le principal pôle économique de la région.

Ainsi, le chef-lieu de la Bretagne est Rennes, mais l’opinion peut considérer que la véritable capitale de la région est ailleurs.

De ce point de vue, des villes peuvent disputer le statut de capitale à Rennes. C’est le cas de Vannes, qui est une ville très importante dans l’histoire de la Bretagne, et surtout de Nantes, qui ne se trouve même pas dans la région Bretagne. Bien que Nantes, ville prospère, soit au cœur de l’histoire bretonne cette ville est chef-lieu et la préfecture d’une autre région : les Pays de la Loire.

En effet, Nantes se situe en Loire-Atlantique, département qui recouvre un territoire qui appartient culturellement à la Bretagne (surtout pour la partie située au Nord de la Loire), mais qui a été intégré à une autre région, les Pays de la Loire.

 

Nantes, capitale de la Bretagne ?


Nantes et le territoire correspondant au département de la Loire-Atlantique actuel faisaient partie du duché de Bretagne, État indépendant du IXe siècle au XVI, avant son union avec le royaume de France après le règne d’Anne de Bretagne (1488 – 1514). 

Le duc François II (règne de 1458 à 1488) a d’ailleurs siégé à Nantes, alors que certains de ses prédécesseurs préféraient Vannes. Il est imité par sa fille, la duchesse Anne. 

On trouve en outre à Nantes le château des ducs de Bretagne, résidence ducale dont l’aspect actuel est l’œuvre de François II. 

Après l’union de la Bretagne à la France, le duché devient une province. Le château des ducs de Bretagne se transforme en résidence bretonne des rois de France. Cependant, le parlement de Bretagne nouvellement constitué est installé à Rennes. La chambre des comptes siège néanmoins à Nantes, ville qui devient un important port de commerce. 

La Révolution supprime les provinces. Le Bretagne est divisée en cinq départements. Aucune ville ne peut plus prétendre au statut de capitale.  

 

Le détachement de Nantes et la Loire-Atlantique de la Bretagne


capitale de la bretagne

Pour des raisons complexes, la Loire-Atlantique n’a pas été intégrée à la région Bretagne lorsque les régions modernes ont été créées en plusieurs temps au XXe siècle. Rennes, après avoir été le siège du parlement de Bretagne sous l’Ancien Régime, a vu sa prépondérance confirmée. 

Le régime de Vichy, qui s’inspire lui-même de découpages faits dans l’entre-deux-guerres, est accusé d’être à l’origine de cette exclusion.

Cependant, les régions administratives créées par le régime de Vichy ne lui ont par survécu. En outre, cette exclusion n’avait pas été motivée par la volonté de faire taire l’identité régionale de la Bretagne. Au contraire, Vichy, inspiré par l’idéologie monarchiste et réactionnaire de l’Action française, souhaitait décentraliser la France sur le modèle des provinces d’Ancien Régime. De ce point de vue, rien n’aurait motivé l’exclusion de la Loire-Atlantique et de Nantes de la Bretagne. Elle répondait à d’autres impératifs, économiques et militaires.

Ce n’est qu’à partir des années 1950 que la République s’inspire du découpage régional de Vichy lorsqu’elle s’affaire à la création des régions modernes.

 

Le rattachement de la Loire-Atlantique à Bretagne


L’appartenance historique et culturelle de Nantes et de la Loire-Atlantique à la Bretagne poussent aujourd’hui des militants et citoyens à demander le rattachement du département à la région Bretagne. Les manifestations et pétitions sont régulières

Les difficultés sont toutefois nombreuses : Nantes est déjà la capitale d’une région qui pourrait souffrir de son départ, Rennes pourrait souffrir de l’intégration d’une métropole comme Nantes en Bretagne, les résistances politiques locales sont fortes, etc.

Plus largement, les régions modernes sont des entités technocratiques qui ne suscitent pas le même attachement que les départements, nés à la Révolution. La question de la capitale de la Bretagne se posera peut être avec plus d’acuité quand celles-ci seront l’objet d’une attention plus grande des citoyens. 

Ici un quiz sur histoire de la Bretagne.

Voir ici :