La capitale du Maroc est Rabat (al-Rabat, الرباط). En 1912, Rabat devient le siège du résident général français, Hubert Lyautey (1854 – 1934), et la capitale administrative du protectorat français sur le Maroc. Dans ce rôle, elle remplace les « villes impériales », Marakkech, Meknès, Fès et Rabat, les quatre capitales historiques du pays. Avant la présence française, Fès était le siège principal de la dynastie Alaouite, qui règne toujours sur le royaume du Maroc. Rabat a l’avantage d’être située sur la côte atlantique, et donc d’être aisément accessible à des troupes étrangères. Elle a en outre l’avantage de déraciner le centre de décision de l’une des capitales spirituelles du pays et de l’islam mondial, Fès. Le traité faisant passer le Maroc sous protectorat français était d’ailleurs surnommé « Traité de Fès ». À son retour à l’indépendance en 1956, Rabat est restée la capitale du pays. On y trouve le principal palais royal, ainsi que le parlement. On peut aussi y visiter, entre autres, la Kasbah des Oudayas, la cathédrale Saint-Pierre, inaugurée en 1921, la tour Hassan ou le mausolée Mohammed V.

Fondée au XIIe siècle par les Almohades, son nom vient de l’arabe ribat, « forteresse ». La ville intra-muros compte une population de près de 580 000 habitants pour une superficie de 118,5 km2, et forme une conurbation avec sa voisine Salé Cependant, l’agglomération rabataise, avec plus 3 millions d’habitants, est la deuxième du pays, derrière celle de Casablanca, située à 80 km au sud sur la côte atlantique. Casablanca reste la capitale économique et la ville la plus peuplée du Maroc, avec environ 3,6 millions de personnes (pour une population totale du Maroc de 36 millions de personnes).

Voir ici :