Meurtre et assassinat : quelle différence ?

Le meurtre et l’assassinat désignent deux formes d’homicide, ce qui signifie « tuer un être humain ». « Homicide » vient du latin homo, « homme », et caedere, « tuer ». La notion d’homicide n’est pas définie par le Code pénal français.

Meurtre et assassinat sont des crimes.

Les crimes constituent la catégorie des infractions les plus graves. Contraventions et délits sont d’autres catégories d’infractions, moins graves.

 

Meurtre : définition juridique


En France, le meurtre est le fait de donner volontairement la mort à autrui (article 221-1 du Code pénal).

Il est puni de trente ans de réclusion criminelle (le nom de la peine de prison pour un crime). 

Il est puni de la réclusion criminelle à perpétuité s’il précède, accompagne ou suit un autre crime, ou s’il a pour objet préparer ou de faciliter un délit, ou s’il a pour objet de favoriser la fuite ou d’assurer l’impunité de l’auteur ou du complice d’un délit (article 221-2 du Code pénal).

 

Assassinat : définition juridique


meurtre assassinat difference

Le meurtre de David Rizzio, Jean Lulves, 1868 | Wikimedia Commons

En France, l’assassinat est un meurtre commis avec préméditation ou guet-apens (article 221-3 du Code pénal).

Selon l’article 132-72 du Code pénal, la préméditation est le dessein formé avant l’action de commettre un crime ou un délit déterminé.

Selon l’article 132-71-1 du Code pénal, le guet-apens est le fait d’attendre un certain temps une ou plusieurs personnes dans un lieu déterminé pour commettre à leur encontre une ou plusieurs infractions.

L’assassinat est puni de la réclusion criminelle à perpétuité.

L’assassinat est donc un projet, il a été planifié, alors que le meurtre « simple » est une décision qui a été prise sur le coup.

 

Assassinat et meurtre : des homicides volontaires

Assassinat et meurtre sont des homicides volontaires, car le méfait est commis avec l’intention de le commettre. 

 

L’homicide involontaire

L’homicide involontaire est le fait de causer la mort d’autrui par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement (article 221-6 du Code pénal).  

Il est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

L’homicide involontaire n’est pas un crime, mais un délit

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *