Mer et océan : quelle différence ?

Quelle différence entre les termes « mer » et « océan ». Ils désignent tous deux de vastes étendues d’eau salée. En effet, l’objet est le même.

Ce que l’on appelle l’océan mondial, ou l’océan planétaire, rassemble les eaux salées qui communiquent entre elles, et forment un volume continu, c’est-à-dire les océans, au nombre de cinq selon la tradition (Pacifique, Atlantique, Indien, Arctique et Antarctique), et les « mers », comme la mer Méditerranée, la mer Rouge ou la mer du Japon.

L’océanographie est d’ailleurs l’étude des mers et des océans.

Cet océan mondial couvre environ 71% de la surface terrestre, ce qui correspond à 361 millions de km² (les terres émergées occupent 149 000 000 km² environ). Il représente environ 97% de toute l’eau de la planète. Sa profondeur moyenne est de 3800 m (11 000 m pour la fosse des Mariannes). 

Cet espace est régi par le droit de la mer, dont le texte le plus important est la Convention des Nations unies sur le droit de la mer, ou Convention de Montego Bay, de 1982.

On distingue les mers des océans par convention, par usage, par tradition, dans des appellations ou expressions. En français, « l’océan » peut être interchangeable avec « mer » : on peut parler de l’océan comme « de la mer ». Lorsque l’on navigue sur bateau, on se dira « en mer » ou « sur la mer », même si l’on est sur l’océan.

 

Qu’est-ce que la mer ?


mer ocean difference

Mer d’automne, Gustave Courbet, 1867 (détail) | Wikimedia Commons

La mer (du latin mare, qui pourrait avoir signifié « lagune ») est un terme imprécis.

Les mers peuvent être des parties déterminées, par la tradition, de l’océan, et peuvent être bordées de terres émergées. On parle alors de mer épicontinentale ou de mer bordière. Exemples : la mer d’Oman, la mer Celtique, la mer d’Argentine, etc.

Les mers peuvent être quasiment fermées sur elle-mêmes, reliées à l’océan par un détroit. On parle alors de mer continentale ou de mer intercontinentale. Exemples : la mer Méditerranée (séparée de l’océan par le détroit de Gibraltar), à laquelle est reliée par deux détroits la mer Noire (par les détroits des Dardanelles et du Bosphore, qui délimitent la petite mer de Marmara), à laquelle est reliée la mer d’Azov (par le détroit de Kertch) ; la mer des Caraïbes, la mer Rouge.

La mer des Sargasses est, elle, sans rivages. C’est une partie de l’océan Atlantique.

Certains golfes, ou certaines parties des océans, qui n’étaient pas encore identifiés, ont pu prendre le nom « mer », ou de se voir privés de ce titre. Ainsi, le golfe du Bengale, ou le golfe Persique, sont des mers.

Il existe plusieurs types de mers selon le droit de la mer.

La mer fermée ou semi-fermée, comme la mer Méditerrannée, est définie par la Convention de Montego Bay à l’article 122 :

Aux fins de la Convention, on entend par « mer fermée ou semi-fermée » un golfe, un bassin ou une mer entourée par plusieurs Etats et relié à une autre mer ou à l’océan par un passage étroit, ou constitué, entièrement ou principalement, par les mers territoriales et les zones économiques exclusives de plusieurs Etats.

Si l’on suit cette définition, les mers intérieures, c’est-à-dire mer d’Aral, la mer Caspienne et la mer Morte, ne sont pas des mers. Elle sont nommées « mer » par tradition, mais seraient plutôt, alors, des lacs d’eau salée.

La mer territoriale est quant à elle l’espace maritime sur lequel l’État côtier peut exercer sa souveraineté territoriale. Sa largeur est définie par l’article 3 de la Convention de Montego bay :

Tout Etat a le droit de fixer la largeur de sa mer territoriale, cette largeur ne dépasse pas 12 milles marins mesurés à partir de lignes de base établies conformément à la Convention.

[12 miles marins font environ 22 km]

En droit, la haute mer est l’espace qui se situe en dehors de la souveraineté des États (c’est-à-dire, selon l’article 86 de la Convention de Montego Bay, l’espace qui s’étend en dehors de la zone économique exclusive, de la mer territoriale et des eaux intérieures d’un État, et des eaux archipélagiques d’un État archipel).

Il faut ajouter que l’Organisation hydrographique internationale a proposé des limites aux mers et océans.

Au reste, certaines expressions ne s’utilisent qu’avec « mer », et pas « océan » : prendre la mer, mettre à la mer, un homme à la mer.

Voir ici : les plus grands pays du monde !

 

Qu’est-ce que l’océan ?


L’océan est, en Grèce antique, le fleuve qui entoure le monde, personnifié par le titan Océan, fils d’Ouranos et de Gaïa. Le terme a été remployé au fur et à mesure de la construction de l’idée d’océan, au fil des explorations.

On distingue, à côté de la notion d’océan mondial, cinq océans, équivalents symboliques des cinq continents. Le calcul de la superficie des océans dépend de la superficie prise en compte. L’océan Pacifique reste toutefois le plus grand océan.

 

À lire

Pascal Braud, Serge Bourgeat, Catherine Bras, Dictionnaire de géographie

Géoconfluences : Océan et Mer

Une mesure des océans par le National Centers for Environmental Information. 

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *