436 Vues
Enregistrer

Pourquoi appelle-t-on un avocat « maître » ?

Publié le 05/09/2022
0 commentaire

L’origine de l’appellatif traditionnel « maître » (par abréviation : Me) pour les avocats n’est pas bien claire. On trouve dans certains ouvrages juridiques l’explication selon laquelle cet appellatif viendrait de l’origine médiévale de la profession, lorsque les premiers avocats étaient des clercs laïcs qui avaient le titre de « maître ». Cette explication n’est pas attestée, mais elle pourrait être corroborée par une note de l’Histoire des avocats au Parlement et du barreau de Paris… (1813) de Jean-François Fournel selon laquelle les légistes (les conseillers juridiques du roi de France) se faisaient nommer maîtrePlus généralement, un « maître » est celui qui a autorité sur un domaine (en l’occurrence, le droit). Au XIIe siècle, magister désigne celui qui domine une branche du savoir. Abélard est nommé « Maître Pierre » par Innocent II.

On lit cependant dans le Dictionnaire du moyen français que « maistre » est plutôt attesté au XIVe siècle comme « client d’un avocat, celui qui paye les services d’un avocat ». Les ordonnances médiévales réglementant la profession, notamment celle de 1274 réglementant la profession d’avocat, n’y font pas référence.

Selon l’Histoire du barreau de Paris depuis son origine jusqu’à 1830 (1864) de Joachim Antoine Joseph Gaudry, un arrêt de la cour du Parlement de Paris du 24 février 1699 (introuvablee en ligne) décida que les avocats devaient porter le titre de maître (alors que sieur aurait été en usage). Un arrêt du 26 août 1721 aurait confirmé les avocats dans ce titre.

L’usage précédait ces dates. Le Pierre Pathelin de la Farce de maître Pathelin du XVe siècle est un avocat pauvre. On peut lire ici un « plaidoyer » de « maistre Simon premier Avocat » (1546) dans une parodie de procès de Guillaume Coquillart. On trouve dans un ouvrage de 1599 « Maître François Bardonnin Avocat ». La première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694) note au reste :

Maistre, Est aussi un titre qu’on donne aux Magistrats, & gens de robe. Ainsi en termes de Palais, on dit des Conseillers, des Avocats, des Greffiers, des simples Prestres, Maistre tel.