Le double effet Kiss Cool : signification et origine

double effet kiss cool deuxième effet

Le double effet Kiss Cool : qu’est-ce que c’est ?


Le double effet Kiss Cool (littéralement baiser frais) signifie qu’une action provoque un effet supplémentaire à celui normalement attendu. Le double effet Kiss Cool implique un effet secondaire, qu’il soit positif ou négatif.

Cette expression est un slogan publicitaire entré dans le langage courant. Dans les années 1990, la marque Kiss Cool lance une campagne publicitaire vantant le double effet de ses bonbons : ils rafraichissent l’haleine, et provoquent ensuite un effet inattendu, un peu fou, que ce soit une poussée d’euphorie ou de délire.

Selon Philippe Normand, dans son livre « Langue keufs sauce piquante », le double effet kiss cool est, chez les policiers, la peur ressentie après les interventions, pendant lesquelles ils doivent se maîtriser et garder la tête froide. 

Ce slogan publicitaire n’est toutefois plus exploité par la marque, qui n’a d’ailleurs plus été commercialisée au début des années 2010, avant de revenir comme le « bonbon double effet ».

Marque d’une époque (années 1990, début des années 2000), on peut supposer que l’expression disparaîtra avec le succès moindre de son usage commercial.

 

 

Exemples

C’était une journée d’étourdissement, la tiédeur de juillet, un camping géant sur le bord des routes, le vignoble du Beaujolais où l’on avait anticipé le thème du jour avec une bouteille de morgon bien frais, la première gorgée un poil râpeuse mais, une fois les canalisations humidifiées, ça glisse tout seul (oui, oui, fond de palais de griotte). Puis, deuxième effet kiss cool, il y eut la découverte d’un parcours encore plus exigeant que ce qu’annonçait le livre de route, car il y avait bien sept côtes répertoriées entre Mâconnais et monts du Lyonnais, mais aussi une multitude de coups de cul, raidards, bosses qui n’avaient pas été signalés et qui ont sans doute donné envie à plus d’un coureur de balancer leur vélo dans le ravin le plus proche, à commencer par Yoann Offredo, largué dès les premiers kilomètres et qui a vécu un enfer pour en venir à bout, et Christophe Laporte, qui est à la maison ce dimanche matin.

Lequipe.fr

 

En voix off, il confie : « Aujourd’hui j’ai joué devant 80 000 personnes, et je ne me suis jamais senti aussi seul. » Les rappeurs sont au sommet des charts. Seulement ils découvrent le deuxième effet kiss cool du succès : la solitude. Celle néfaste liée à la célébrité, celle choyée face à toutes les sollicitations.

Lexpress.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *