On écrit : « festivals ». Le pluriel de festival (du latin festivalis, de festum, fête) est en -als, pas en -aux, bien que la tentation soit forte d’écrire « festivaux » en suivant la règle générale (un cheval/des chevaux, un journal/des journaux, etc.). Ce n’est pas le seul mot qui fait exception. On peut aussi citer : bal/bals, carnaval/carnavals, cérémonial/cérémonials, final/finals, natal/natals, récital/récitals, etc. Voir ici : quel est le pluriel de banal ?

 

Exemples


  • Les festivals de musique ont beaucoup de succès aujourd’hui et plaisent beaucoup aux jeunes, tandis que les bals sont assez rares.
  • Ils avaient plaidé pour que les festivals qu’ils allaient organiser soient gratuits. 
  • Pour attirer un plus grand public, le producteur avait insisté pour présenter son film à tous les festivals de cinéma du pays.
  • Les halles de Paris, c’était de grands festivals de couleurs sous pavillon.
  • Il convient toutefois de faire une exception pour l’Angleterre, qui par ses institutions permanentes de festivals réguliers […] (Saint-Saëns, Portraits et Souvenirs)
  • Mark, que j’avais croisé dans des festivals, a pensé à moi. Dès que j’ai été disponible, en 2018, j’ai fait retravailler le scénario, et nous avons tourné quelques mois plus tard, à l’automne. (Lemonde.fr)