Définition.

  • (Adjectif). « Interlope » signifie :

1. en dehors de la légalité, clandestin ;

2. d’aspect louche, suspect, équivoque.

  • (Nom masculin). « un interlope » signifie  : navire qui se livre à des activités frauduleuses, à de la contrebande. 

À lire ici : que veut dire « apocryphe » ?

 

Synonymes d’interlopes


Illégal, clandestin, contrebandier, louche, suspect, équivoque, douteux, frauduleux.

 

Exemples


Les agents secrets se méfiaient de la faune interlope qu’ils rencontraient chaque soir dans les bars du quartier.

Les citoyens aiment les émissions de télévision qui leur permettent de se plonger dans les mondes interlopes sans risquer leur vie.

Les Hollandois ne virent pas de bon œil ces Interlopes, comme ils les appelloient, & les menacérent de leur faire la guerre ; 

Les Voyages et avantures du capitaine Robert Boyle, 1730 / Employé ici comme nom, ce qui ne se fait plus aujourd’hui.

On pourroit en détacher douze de ces rangs avec huit fregates pour le convoi de nos flottes & de nos galions, & pour empêcher le commerce interlope dans nos Colonies. 

Théorie et pratique du commerce et de la marine, 1753

Enfin, on commençait à parler de Malaga dans le monde interlope des femmes équivoques, et l’on y attaquait son bonheur par des calomnies.

Balzac, La Fausse Maîtresse

 

Étymologie d’interlope


Emprunté au XVIIe siècle à l’anglais interloper, enterloper (XVIe), terme qui désignait les marchands qui commerçaient illégalement, sans les privilèges des compagnies à charte, c’est-à-dire qui trafiquaient dans des domaines réservés. Le terme est aujourd’hui synonyme, en anglais, de intruder, « intrus ». Le néerlandais enterlooper semble être d’origine anglaise.

Interloper est probablement formé de inter, « entre », et de loper , de landloper « vagabond, aventurier », dérivé dialectal de leaper ( « sauteur », to leap, « sauter, courir »).

Selon le Dictionnaire historique de la langue française, il est d’abord employé en français comme nom et adjectif (vaisseau interlope) à propos des vaisseaux de fraudeurs qui se livrent à ces trafics illégaux. Il sort de l’usage comme nom au XVIIIe siècle. L’adjectif prend la valeur « dont l’activité n’est pas légale » au début du XVIIIe (commerce interlope) puis, au XIXe siècle, celle de « d’apparence louche, suspecte » chez Balzac (« monde interlope »).