Intox et infox : quelle différence ?

Intox et infox appartiennent au vocabulaire de l’information et de la manipulation de celle-ci.

 

Intox : définition


Intox est une apocope d’intoxication, synonyme d’empoisonnement.

L’intox désigne donc, par métaphore, l’ « empoisonnement » de l’esprit par l’action d’une personne, d’une organisation, d’un État qui, par la propagande, diffuse de fausses nouvelles, ou des informations trompeuses. L’objectif de l’intox peut être, par exemple, d’influencer les foules, de démoraliser des adversaires, des ennemis, etc.

On parle aussi de « désinformation » ou de « bourrage de crâne » (expression dont le succès est né avec la Première Guerre mondiale).

Selon la « loi de Brandolini »

la quantité d’énergie nécessaire pour réfuter des foutaises (bullshit) est d’un ordre de grandeur supérieur à celui nécessaire pour les produire.

 

Voir ici : langue « vernaculaire » et langue « véhiculaire », quelle différence ?

 

Infox : définition


infox intox difference

Louis-Auguste Cezanne, père de l’artiste, lisant L’Événement, 1866

 

Infox est un mot-valise (un mot issu de la fusion d’autres mots) composé de « information » et « intoxication ».

Ce néologisme a été conçu par l’administration française pour traduire l’anglais fake news, terme aujourd’hui très employé, sous l’influence du président des États-Unis Donald Trump (2016 – 2020) notamment. Proposé par le « groupe d’experts » du ministère de la Culture et par la Commission d’enrichissement de la langue française, il a été présenté dans le journal officiel du 23 mai 2020.

Plus que la fausse information (la « nouvelle fausse » dont la publication et la diffusion sont réprimées par la loi sur la liberté de la presse de 1881) l’infox est, comme la fake news (fake signifie notamment frauduleux, truqué), une information fallacieuse qui cherche délibérément à tromper celui qui la lit. FranceTerme la définit ainsi :

Information mensongère ou délibérément biaisée.

Note : Une infox peut servir, par exemple, à favoriser un parti politique au détriment d’un autre, à entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou à contredire une vérité scientifique.

Infox est donc la traduction d’un terme qui vise à discréditer les informations fabriquées qui cherchent à manipuler l’opinion. L’infox se distingue donc de la simple erreur du journaliste ou du canular (dont certains sites, comme Le Gorafi, sont spécialistes).

Toutefois, déterminer ce qu’est une infox est parfois soumis à interprétation. 

L’intox, ou une opération d’intox, peut se servir d’infox. 

 

Voir ici : « ébahi » et « ébaubi », quelle différence ?

 

Exemples :

« L’objectif est de montrer aux yeux de l’opinion nationale et internationale que la population s’entre-déchire. Le pays ne va pas bien, certes, mais c’est un cliché de dire cela », estime Lassina Sermé, rédacteur en chef d’IvoireCheck, un site qui lutte contre les infox et les théories du complot depuis l’apparition du Covid-19 en Côte d’Ivoire.

Lemonde.fr

 

Twitter, Facebook et tous les autres opérateurs bénéficient actuellement d’une clause de protection leur permettant de fonctionner, de diffuser du contenu, sans devoir en répondre, sans risquer d’éventuelles poursuites judicaires que pourraient générer certains propos échangés sur leurs sites. Donald Trump a donc décidé de mettre fin à ce régime, et de rendre les hébergeurs responsables des contenus circulant sur leurs plateformes.

C’est une mesure de rétorsion contre la tendance des réseaux à vouloir désormais faire la chasse aux infox et aux manipulations de l’information les plus flagrantes et les plus dangereuses. Cette tendance du fact checking ou de la vérification s’est renforcée avec la crise du Covid-19. Qui plus est, à l’approche des élections américaines du 3 novembre, Donald Trump veut y mettre fin.

RFI.fr

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *