L’école buissonnière : origine & définition [expression]

Faire l’école buissonnière : ne pas aller à l’école, se divertir au lieu d’aller à l’école. 

Synonyme : sécher les cours. 

 

L’école buissonnière : origine de l’expression


L’origine de l’expression n’est pas bien établie, mais son sens est évident : l’école buissonnière (des buissons), c’est passer son temps d’école dans la nature, à se promener ou à découvrir le monde. Le monde des buissons est placé à l’opposé du monde clos et fermé de l’école.

Au reste, cette expression a une connotation positive. L’école buissonnière est vue avec sympathie, alors que ses effets réels, absentéisme, décrochage scolaire, sont eux chargés très négativement. Le synonyme « sécher les cours » a lui aussi une connotation négative.

Une hypothèse place l’origine de cette expression dans les écoles clandestines ou les prêches clandestins des protestants, mais rien ne l’atteste.

Selon le Dictionnaire d’expressions et locutions, elle est répérée au plus tôt dans la Seconde Épître du coq à l’âne (1535) de Clément Marot (1496 – 1544), dans une allusion qui n’est pas très claire :

Vray est qu’elle fut buissonniere
L’escolle de ceulx de Pavie.

Elle était assez courante pour qu’un dictionnaire français-anglais de 1611 la relève, et la définisse comme « to play the truant ».

Furetière rapporte une hypothèse amusante dans son Dictionnaire (1690) :

Borel dit que l’escole est appellée buissonniere, lors qu’on la frequente si peu, que les ronces & les buissons y naissent.

 

À lire ici : que veut dire « manger son pain noir » ?

 

Exemples


L’aspect des allées du Luxembourg me fit bondir le cœur, et toute autre pensée s’évanouit. Que de fois, sur ces petits tertres, faisant l’école buissonnière, je m’étais étendu sous l’ombrage, avec quelque bon livre, tout plein de folle poésie !

Musset, La Confession d’un enfant du siècle

 

Au goût délic, qui se trouvait à côté de son école. Ma mère faisait semblant de ne pas s’en apercevoir. Parfois, il faisait l’école buissonnière et il allait dans les magasins voler des petites voitures qu’il donnait à ses camarades de classe. Il savait très bien que s’il les rapportait à la maison, c’était la raclée assurée.

Parismatch.com

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *