969 Vues
Enregistrer

« N’oublies pas ! » ou « n’oublie pas ! » ? (orthographe)

Publié le 07/10/2021
1 commentaire

Orthographe

À l’impératif, on écrit : « n’oublie pas ! Le » En effet, il ne faut pas conjuguer ici le verbe « oublier » à la deuxième personne du singulier du présent de l’indicatif, avec un « s » final (exemple : « Tu oublies tout le temps de me souhaiter mon anniversaire. »). Les verbes du premier groupe (c’est-à-dire ceux dont la terminaison à l’infinitif est en -er, sauf aller) conjugués à la deuxième personne du singulier de l’impératif n’ont pas de « s » final. Exemples :

  • Ne paye pas ! (payer)
  • Ne mange pas ! (manger)
  • N’appelle pas ! (appeler)
  • Ne t’inquiète pas ! (s’inquiéter)

Un « s » final doit cependant être ajouté pour éviter un hiatus (la rencontre de deux voyelles) lorsque le verbe à l’impératif est suivi de « en » ou  « y », pour des raisons d’euphonie (pour que la phrase soit plus facile à prononcer et soit plus mélodieuse). Ils sont liés par un trait d’union :

  • Achètes-en !
  • Penses-y !

Mais à la tournure négative, « en » ou « y » se placent après l’adverbe « n’ » (ne). Le -s euphonique est donc inutile.

  • N’en n’oublie pas !
  • N’y oublie pas ton parapluie !

Vous trouverez en cliquant ici un article présentant quelques conjugaisons qui prêtent souvent à confusion en français.

Exemples avec « n’oublie pas »

  • N’oublie pas de prendre ton dentifrice dans ta trousse de toilette !
  • N’oublie donc pas de téléphoner à ta grand-mère demain soir, elle attend ton appel depuis deux jours !
  • « Elle est fort sensuelle et très-susceptible ; embrasse-la tant que tu voudras ; mais, dans l’abandon le plus intime, n’oublie pas de l’appeler madame au moins trois fois par phrase » (Gautier, Mademoiselle de Maupin)
  • « Pendant que j’y songe, n’oublie pas de faire enlever les fruits, dès demain : notre locataire peut arriver d’un moment à l’autre. » (Zola, La Conquête de Plassans)
  • « L’expression angoissée d’Aurélien fit rire Barbentane. “Oui… oui… entendu… et mes respects à Simone, n’oublie pas… mes profonds respects… »” (Aragon, Aurélien)