176 Vues
Enregistrer

L’infinitif : définition et exemples (grammaire)

Publié le 16/02/2024
1 commentaire

Définition de l’infinitif

L’infinitif est un mode verbal particulier. Comme le participe, il présente le verbe sous une forme non conjuguée (manger, regarder, sentir, ne sont pas conjugués), il est invariable.

Ainsi, on dit que l’infinitif est un mode non personnel : il n’indique pas la personne (comme « je mange » indique la première personne), il n’est pas fléchi (terme technique). Il n’indique donc pas le nombre (« nous mangeons » indique qu’il y a plusieurs personnes, ce que l’infinitif « manger » ne fait pas). L’infinitif peut donc se rapporter à une ou plusieurs personnes, des deux genres.

  • Il avait voulu s’installer dans un café pour lire.
    • Un homme seul s’installe dans un café.
  • Nous sommes ensemble pour regarder un film.
    • Plusieurs personnes vont regarder le film.

On dit aussi que l’infinitif est un mode non temporel : il n’indique pas où l’action se situe dans le temps (on dit, en termes plus techniques, qu’il ne situe pas le procès dans le temps). Elle peut très bien se dérouler à l’avenir, dans le présent ou dans le passé. « Regarder » n’indique pas quand l’action s’est passée, alors que « je regardais » indique que cette action s’est déroulée dans le passé.

  • Aller en forêt, se promener dans les fourrés ou écouter les oiseaux chanter sont mes plaisirs secrets.
    • On ne sait pas quand se déroulent les actions décrites pas ces verbes. On ne sait même pas si ces actions se sont déroulées.

Il souvent indiqué par « de ».

Les formes de l’infinitif

La forme simple : elle dénote que l’action décrite par le verbe est inaccomplie.

  • « Il s’est levé pour débarrasser la table ».  La table n’est pas encore débarrassée.
  • « Nous avons hâte de fêter ça toute la nuit ! ». L’action décrite par le verbe est dans le futur. C’est une action pontentielle.

La forme composée, qui se construit avec l’auxiliaire être ou avoir : elle dénote que l’action décrite par le verbe est accomplie. On parle aussi d’infinitif passé.

  • Avoir regardé longuement le tableau ne m’avait pas permis d’y déceler quoi que ce soit.
  • Être diplômé lui avait permis de trouver un travail rapidement.

Les terminaisons de l’infinitif

  • -er : fabriquer, manger, regarder, etc.
  • -ir : finir, bâtir, agir, etc.
  • -re : débattre, lire, naître, etc.
  • -oir : voir, asseoir, pleuvoir

L’infinitif comme prédicat

Rappel : un prédicat est le terme qui apporte une information sur le sujet d’un énoncé.

L’infinitif d’ordre

Dans une phrase injonctive, l’infinitif permet de donner un ordre de manière adoucie et neutre, car il est impersonnel. On le trouve par exemple dans les recettes de cuisine, sur les panneaux, dans les formulaires, etc.

  • Remuer doucement après incorporation.
  • Signer ci-dessous.

L’infinitif délibératif

On le trouve dans les phrases interrogatives.

  • Que dire ?
  • Pourquoi le croire ?

L’infinitif exclamatif 

On le trouve dans les phrases exclamatives.

  • Boire du café ! Quel plaisir !
  • Quoi ! Dépenser tout cet argent !

L’infinitif de narration ou historique

On le trouve dans des phrases déclaratives dans des contextes littéraires ou journalistiques. Il peut notamment souligner le caractère habituel de l’action décrite ou maintenir le narrateur dans une espèce de détachement.

  • Et le chat, trop curieux, de me suivre du regard pendant toute l’opération.
  • Et ma femme de me féliciter malgré la petitesse de l’exploit.

L’infinitif dans une proposition subordonnée

  • Nous ne faisions rien que chanter.
  • Je vois qui recruter.
  • Nous admirions les étoiles briller (proposition infinitive).

L’infinitif comme nom

On dit parfois que l’infinitif est la forme nominale d’un verbe, ce qui veut dire qu’il en est sa forme en tant que nom. Toutefois, il reste un verbe, parce qu’il a des compléments verbaux et parce qu’il peut accepter la négation (au contraire d’un nom).

L’infinitif sujet

  • Vouloir n’est pas pouvoir.
  • Savoir aimer demande parfois beaucoup d’humilité.
  • Manger une pastèque (groupe infinitif) peut étancher la soif.

L’infinitif comme attribut du sujet

  • Le plus grave n’est pas perdre, mais perdre sans honneur.

L’infinitif comme complément du verbe

  • Le skieur s’est laissé glisser. (COD)
  • Je me suis interdit de travailler (COI).

L’infinitif dans un tour impersonnel

  • Il faut le voir pour le croire.
  • Il s’agit d’agir.

L’infinitif substantivé 

Certains infinitifs sont transformés en noms. On parle de nominalisation.

  • Pour ces gens-là, tout était dans le paraître.
  • L’aller avait été assez convenable en sa compagnie.

À lire

Cécile Narjoux, Le Grevisse de l’étudiant