« Je serai » et « je serais » sont deux formes conjuguées du verbe « être ». La confusion entre ces deux formes peut changer le sens de la phrase.Il est souvent difficile de choisir entre le futur et le conditionnel. Mais certaines valeurs sont communes.

 

Je serai : futur de l’indicatif


Le verbe « être » ici à la première personne du singulier du futur de l’indicatif.

Il faut donc employer cette forme lorsque l’on parle d’un événement à venir et dont la réalisation paraît certaine. Le locuteur (celui qui parle) évoque son avenir.

Exemple : Je serai là demain dès le début de l’après-midi.
Je serai en Allemagne le mois prochain.

Puisqu’il sert à évoquer l’avenir, il permet d’exprimer une action hypothétique. Dans ce cas, on peut aussi employer le conditionnel présent, « je serais ».

Exemple : si je suis en forme, je serai(s) peut-être capable de terminer ce marathon.

Il peut aussi servir à atténuer une demande ou un souhait. 

Exemple :  Je serai bien heureux de t’accompagner, si tu l’acceptes bien sûr.

Les verbes conjugués à la première personne du singulier au futur de l’indicatif se terminent par -ai

Conjugaison du verbe « être » au futur de l’indicatif : 

Je serai
Tu seras
Il sera
Nous serons
Vous serez
Ils seront

 

Exemples littéraires

Ets’il faut embrasser tes piedsje les embrasse !
Suivons le roi tous deuxViensje serai ton bras,
Je te vengeraiducAprèstu me tueras.

Hugo, Hernani

 

Ah ! je comprends… Mais, moi, je n’ai rien au monde ! tu es tout pour moi. Aussi je serai tout pour toi, je te serai une famille, une patrie ; je te soignerai, je t’aimerai.

Flaubert, Madame Bovary

 

À lire ici : quelle différence entre « j’aurai » et « j’aurais » ?

 

Je serais : conditionnel présent


Le verbe « être » est ici à la première personne du singulier du conditionnel présent.

Les verbes conjugués à la première personne du singulier au conditionnel présent se terminent par -ais

Conjugaison du verbe « être » au conditionnel présent : 

Je serais
Tu serais
Il serait
Nous serions
Vous seriez
Ils seraient

On emploie cette forme pour : 

  1. exprimer « le futur hypothétique vu du passé » : Si j’avais réussi mon examen, je serais aujourd’hui un salarié bien payé. 
  2. exprimer une action incertaine, qui pourrait se passer ou non dans l’avenir : Je serais son ami si nous nous voyons souvent. Dans ce cas, on peut aussi utiliser le futur « je serai ». 
  3. exprimer une hypothèse : s’il m’aide, je lui serais redevable. 
  4. exprimer un fait imaginaire : je serais fou si je pouvais entendre les pensées des autres.

 

Exemples littéraires :

Votre cœur est bien bon, bien grand, cher ami et vos yeux sont biens noirs, bien vifs, bien pénétrants. Vous le savez, je serais folle de vous si je ne l’étais d’un autre et peut-être que vous m’aimeriez plus que tout si d’autres fantômes en jupon ne dansaient plus gracieusement et plus coquettement, la nuit, sous le berceau de vos allées. 

Sand à Delacroix

=> Ici, Sand exprime une action incertaine, et même irréelle.

 

Et dire que, si je n’avais pas été depuis trente ans grugé par des espèces de cette sorte, je serais riche, Homo serait gras, j’aurais un cabinet de médecine plein de raretés […]

Hugo, L’Homme qui rit

=> Le locuteur exprime le futur hypothétique vu du passé.

 

Attention ! On écrit « je vous saurais gré » et pas « je vous serai gré » ! À lire ici : un article complet à ce propos

 

Je serai ou je serais : prononciation


Ces deux conjugaisons sont habituellement prononcées de la même manière. Mais :

  • le « ai » de « je serai » devrait plutôt se prononcer comme « é » ;
  • le « ais » de « je serais » devrait plutôt se prononcer comme « è ».