Toucher le pactole : signification et origine de l’expression

toucher le pactole signification origine expression

Midas et Bacchus, Poussin, 1630 (détail) | Wikimedia Commons

Toucher le pactole : signification et origine de l’expression


Toucher le pactole signifie toucher beaucoup d’argent, obtenir une grande richesse.

Le pactole est une source de richesse.

Ce terme est une antonomase tirée du Pactole, rivière de l’ancienne Lydie, dans l’ouest de l’Anatolie, en Turquie actuelle. Le Pactole, ou Sart Çayı en turc, est un affluent du fleuve Hermos, ou Gediez en turc.

Chez les Grecs, le fleuve avait la réputation de charrier de l’or dans son lit. Selon Plutarque (46 ~125), les Grecs l’avaient d’abord nommé Chrysorrhoas, « qui charrie de l’or » (khrussos, or en grec ancien). Selon l’historien grec, le fleuve aurait tiré son premier nom d’un mythe dans lequel Chius, fils d’Apollon et d’Apathippé, a sauté avec plein d’or dans le Pactole pour échapper aux gardes de Crésus, roi de Lydie, dont il avait dérobé une partie du trésor. Il aurait pris le nom de Pactole (Paktolos) d’après celui du fils d’Iolis et de Leucothée, qui a violé sa sœur Démodicé sans savoir qui elle était, et s’est jeté dans la rivière par désespoir après s’être rendu compte de son crime.

Ovide (43 av.J-C. – 17/18 ap. J.-C.) rapporte une autre légende au livre XI des Métamorphoses. Le roi de Phrygie, Midas, ramène à Bacchus (Dionysos), séjournant alors près du Pactole, son vieux précepteur, Silène. En remerciement, Bacchus promet à Midas d’exaucer ses voeux. Le roi de Phrygie, avide, demande que tout ce qu’il touche soit transformé en or. Mais le nouveau pouvoir de Midas menace de le faire mourir de faim et de soif : sa nourriture aussi se change en or. Apitoyé, Bacchus lui permet d’être délié de son vœu s’il se plonge dans le Pactole, qui hérite de ce pouvoir particulier.

Les Lydiens semblaient en effet tirer du Pactole des paillettes d’or pour produire un type de monnaie frappée en un métal jaune, mélange d’or et d’argent, nommées « électrum« . Le roi historique Crésus (VIe siècle av. J.-C.) disposait d’or très pur grâce à cette rivière (on dit toujours aujourd’hui : « riche comme Crésus »). L’historien grec Hérodote (Ve siècle av. J.-C.) indique d’ailleurs au livre premier de son Histoire :

La Lydie n’offre pas, comme certains autres pays, des merveilles qui méritent place dans l’histoire, sinon les paillettes d’or détachées du Tmolus par les eaux du Pactole.

 

Exemples :

[…]
Coûte par an six cent soixante-quatre mille
Soixante-six ducats ! — c’est un pactole obscur
Où, certes, on doit jeter le filet à coup sûr.
Eau trouble, pêche claire.

Hugo, Ruy Blas, III, 1, Le Comte De Camporeal

 

Le choix d’un contrat à Paris était apparu aux yeux de ses détracteurs comme celui d’un mercenaire séduit par le pactole offert (près de 30 millions d’euros annuels, le double de ses émoluments au Barça).

Lemonde.fr

 

À lire

Pierre Chuvin, Riche comme Crésus, Lhistoire.fr

Hélène Nicolet-Pierre, Numismatique grecque

Adrian

https://www.laculturegenerale.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *