On écrit : un tant soit peu.

 

Pourquoi l’orthographe est-elle « un tant soit peu » ?


En effet, cette locution adverbiale signifie « en très petite quantité », « presque rien », « un tantinet ». Il ne serait donc pas logique d’utiliser le nom « temps » à la place de l’adverbe « tant » qui permet de désigner une quantité.

En outre, on utilise le verbe « être » et non pas le pronom réfléchi « soi ». L’article « un » peut être supprimé.

Cette expression peut avoir une dimension ironique : un tant soit peu permet des tournures de phrases euphémiques. Elle est relevée pour la première fois dans la 7e édition du Dictionnaire de l’Académie française (1878) à l’article « peu ». Si l’on se fie aux résultats donnés par Gallica, elle est entrée en usage au XVIIIe siècle. Cependant, l’expression « noyau » tant soit peu est beaucoup plus ancienne (XIV selon le Dictionnaire historique de la langue française).

 

Exemples


En noble homme qu’il était, il ne haïssait pas le bon vin, et cela l’avait un tant soit peu prédisposé aux coups de sang.

Dumas, Le Meneur de loups

-> En noble homme qu’il était, il ne haïssait pas le bon vin, et cela l’avait un petit peu prédisposé aux coups de sang.

 

J’avoue qu’on lui avait fait tort, et que si elle était un tant soit peu plus petite, elle était beaucoup mieux faite, d’un esprit plus doux et plus raisonnable.

Voltaire, Souvenirs de madame de Caylus

-> J’avoue qu’on lui avait fait tort, et que si elle était un tantinet plus petite, elle était beaucoup mieux faite, d’un esprit plus doux et plus raisonnable.

 

Mais voyons, si elle avait aimé tant soit peu son mari, pourrait-elle supporter avec ce flegme de se trouver dans le même salon que la femme dont il a été l’amant éperdu pendant tant d’années ?

Proust, À la recherche du temps perdu

 

Mais elle était lucide sur l’humanité et ses possibles dérives, c’est sans doute ce qui, de temps à autre, voilait son regard. «Ce qui m’attriste, c’est de penser que notre expérience et le prix si élevé que nous avons payé n’ont pas servi à rendre l’humanité un tant soit peu meilleure, plus pacifique, plus respectueuse d’autrui. Je ne sais même pas si nous avons été capables de transmettre cette expérience aux autres. Je crois que nous l’emporterons avec nous. Soixante ans plus tard, ce que je vois m’horrifie.» 

Liberation.fr